Avertir le modérateur

L'ambassadeur du ghetto ! Et la rebelle des sans logis ! !

medium_1°_de_couv_LudoBD.2.PNG

Puisqu'il est là, devant moi, (Merci à Joëlle et Hélène !) sur mon bureau, j'ai pensé qu'il était bien qu'il soit en "note" à NOUVEAU ! n'en déplaise  à ... -;)  Et déjà des commandes arrivent, vous pouvez, si vous le souhaitez, en faire l'acquisition, et puis un autre livre qui traite de la misère sociale dont le témoignage et l'engagement est une merveille, Liliane est une militante au sens noble du terme ! Je suis un éditeur heureux d'avoir la chance d'éditer ces deux ouvrages, pour en savoir plus, cliquer sur les petites photos de chacun des ouvrages à gauche de cet écran ! et sur cette note

Une partie de la préface du livre de WLH :

Lorsque l’on pense aux États-unis on pense à Malcolm X, lorsque l’on pense à l’Afrique du sud on pense à Nelson Mandela, lorsque l’on pensera à la France, on pensera, pour sûr, à W.L.H l’Ambassadeur du ghetto….car l’Histoire est ainsi faite!! C’est dit. Ni rappeur, ni slameur, il est radicalement autre : dandy écrivain.Un torrent d’idées choc et de concepts novateurs, le tout agrémenté de citations et autres proverbes pertinents. Un bouleversement, une plume saisissante, un séisme intellectuel qui brise le scepticisme et qui nous sonnent, nous abasourdissent, nous interloquent.

Pascal Sevran, Doc Gynéco, La Tribu Ka, Diabledonné; en somme, quelques unes des marionnettes du crétinisme sont, au passage, raillées, à des degrés divers, dans une diatribe insolente, impitoyable à l’égard de l’inintelligence.

W.L.H décortique les fondements du ghetto, la souffrance qui lui y est inhérente et y apporte des solutions concrètes. En résumé, il préconise, pour les jeunes du ghetto, la déconstruction de l’identité ghetto qui serait le résultat d'un fait social Durkheimien, pour amener à la reconstruction d’une identité à Soi. Celle-ci permettrait à chacun d’être ce qu’il est et non pas celui que la Rue a voulu qu’il soit. Il baptise cette initiative la Renaissance identitaire !!!

W.L.H persuade que l’on peut transcender le racisme, articulé autour des représentations sociales (stéréotypes, préjugés...), grâce au port sur soi-même de l’idée du Beau, tant physique, intellectuel que moral.

Il en est l’illustration. C’est ce qu’il qualifie de Blackdandysme.

Lorsqu’on le lit, on sait être face à un génie!! La plume incisive, le talent rhétorique, la verve et l’aplomb offerts en prime. L'évidence assomme l'esprit, il est le porte-parole du ghetto. Il en est le véritable Ambassadeur. C’est en sa qualité de diplomate, averti et téméraire mais aussi fort de son casier judiciaire (quatre incarcérations, entres autres), qu’il appelle Nicolas Sarkozy au débat.

Mieux encore, il le convoque. L’idée de ce duel ne me parait pas fantaisiste. W.L.H en a l’envergure et le charisme.

Olivia Nloga

Et un autre ouvrage, tout aussi impliqué pour les causes que nous défendons de notre  amie Liliane medium_1°_de_couv.2.png

Refuser la situation inhumaine que vivent certains d’entre nous, « les » sans domicile fixe telle est notre démarche. Nous voulons que soit mis fin à ce scandale, à la honte que cette situation représente pour un pays comme le nôtre.

La Constitution garantit le droit à la dignité, à des moyens convenables d’existence, et nous avons un devoir d’assistance à personne en danger.

Nous n’acceptons plus que les plus fragiles ou les plus pauvres soient laissés au bord de la route.

Il faut rompre avec les solutions provisoires, les logiques d’urgence qui aggravent la précarité et condamnent tant de personnes à une souffrance insupportable, et même parfois à une mort prématurée.

Nous demandons aux pouvoirs publics de mettre en place dès maintenant une politique ambitieuse garantissant l’accès de tous à un vrai logement, afin de garantir la dignité de tous. Ce livre, « Si l’exclusion m’était contée » n’est pas l’histoire des Enfants de Don Quichotte, il est, tout comme nous, une pierre à l’édifice dans la dénonciation des conditions inacceptables de vies des plus défavorisés et les solutions à y apporter.

Liliane, l’auteure, a passé quelques années au Samu Social de Paris et s’engage désormais auprès de l’association « Les enfants de Don Quichotte » avec un dévouement hors du commun, elle est sensible aux autres, et sa pugnacité a redonné de l’espoir à beaucoup d’exclus.

Ce livre se veut aussi l'itinéraire d'une militante aguerrie auprès des sans abri, son apport au Canal Saint-Martin fut considérable, Liliane a toujours le mot juste, elle donne de son temps de son énergie, elles nous offre avec ce livre, le plaidoyer d’une révoltée écrit par une authentique rebelle.

Les rebelles ne sont décidemment pas assez nombreux. On les appelle souvent travailleurs sociaux, militants, sortes de missionnaires chargés du lourd fardeau d’éducation et d’assistance dont se déleste l’État, transferts tout choisis pour s’innocenter des erreurs et des échecs. Ces rebelles suffiront-ils à entraîner les mentalités dans un changement radical ? Liliane veille et ses nombreux amis des Enfants de Don Quichotte avec elle !

Un récit passionnant écrit par une passionnée !

Augustin Legrand - Fondateur de l’association

Les Enfants de Don Quichotte

978-2-915640-41-4

Pour en faire l'acquisition merci de cliquer sur cette petite photo

medium_1°_de_couv.png

Commentaires

  • Ben j'lui souhaite bon vent, moi, à ce livre! Qu'il ouvre les yeux des lecteurs et change, lui aussi, le regard sur la banlieue et les "cailleras".

    Encore, M. WLH...

  • @Lili

    Ces deux livres sont complémentaires et comme celui que tu as écrit ( Si l'exclusion m'était contée - à gauche de cet écran ) rencontre son public, de plus en plus, il faut avouer que tu ne ménages pas ta peine, Ludo non plus, et ton serviteur accorde une place importante à des livres comme ceux-ci. Alors à force de rassembler nos efforts on va pas les arrêter avant qu'ils ne soient nés -;) Le temps va nous protéger, les propos étant d'actualité, il est important que des oeuvres de l'esprit soient à la connaissance du plus grand nombre, il en sera ainsi grâce à cette complicité qui rassemble des auteurs et leur éditeur (qui a eu confiance en eux), et qui à ce jour sont encore trop peu connus... mais plus pour très longtemps !

  • Du n'importe quoi !
    La phrase intro de ce machin est au mieux une caricature et au pire l'inculture de son auteur.
    Que de stéréotype !
    Moi quand je pense aux USA je vois le génocide des Indiens avec des couvertures contaminées vendues par des marchands juifs, je vois la déportation des Noirs par les mêmes descendants d'Hyksos et le racisme institutionnel. Je vois des leucodermes qui ont peur au point de ce jeter dans les bras du premier alcoolique venu (dubya). Bref je vois des ténèbres.
    Quand je pense à l'Afrique, je vois la matrice de l'humanité, je vois la renaissance et la vie, je ne vois pas forcement les personnes qui sont citées dans ce blog et que je respecte par ailleurs.
    Lorsque je pense à la France, je ne vois qu'une immense fumisterie moisie et mainte fois resservie qui coure à sa fin : le mensonge de la patrie des droits de l'homme et le mythe de la résistance entre autre.
    Et enfin, quand je pense à ce livre dont l'auteur du billet semble sous le charme, je pense tout de suite à une vaste manipulation, à une escroquerie.
    Que l'auteur de ce livre succombe au fantasme noir-ghetto-rap-casier judiciaire pourquoi pas, qu'il considère que ceux qui ne pensent pas comme lui (politiquement correct) sont des crétins ou des lucifers c'est son droit, que le débat avec le nabot ivrogne qui occupe l'Elysée soit son aboutissement je respecte, mais qu'il viennent se présenter en donneur de leçons et en porte-parôle des gens qu'il ne représente pas, je trouve que c'est une imposture.
    S'attaquer aux plus faibles n'a jamais été une marque d'insolence, bien au contraire.

    Il mérite juste de faire des génuflexion à ceux qui lui donnent à manger, au lieu de raconter n'importe quoi.

    Le premier respect qu'il se doit à lui même et à ses lecteurs est de se présenter. Des initiales d'emprunt qui cachent certainement un nom d'esclave ne l'aident pas beaucoup, j'en conviens.
    Quand au bloggeur, connaissance son intransigeance pour la discussion et la liberté d'expression, je ne doute pas un instant que ce post sera intégralement publié pour nourrir le débat d'idées, même si c'est pour parler d'un livre qui ne connaitra pas le succès du roman-photo de Loana.

    Odzamboga

  • @ Odzamboga,

    Vous êtes bien virulents!
    Achetez le livre et vous verrez que l'auteur se présente. Les lettres sont simplement ses initiales mais voilà vous devez faire partie de ces gens qui ont un avis fermé et intolérant sur tout sans même connaitre le sujet dont ils parlent.

    Vous vous permettez de jugez arbitrairement.

    Si vous étiez juré, vous couperiez certainement des têtes.

    En tout cas je suis certaine que vous n'êtes pas un artiste, ni un penseur, ni un philosophe ni un poète pour parler ainsi, tout juste un humain en tout cas pas humaniste. Votre cerveau semble bien embrumé.
    Votre post transpire la haine.

    Je vous plains!!!
    "la haine est la colère des faibles" Alphonse Daudet

    A moins que vous ne soyez que raciste.
    Dans ce cas, je vous recommande ce livre qui vous fera peut-être évoluer...

    Veuillez m'excuser pour LA SIGNATURE
    Mais je vous assure que ces lettres correspondent à mes initiales.

    JVSD vous salue (et ce n'est pas Jeudi, Vendredi, Samedi, Dimanche)
    De toute façon, vous ne devez pas avoir d'humour

  • Avoir publier mon post est déjà un point positif qui vous honore.
    Publier mon post et ne pas apporter une contradiction argumentée, mais remplie d'anathème est plutôt une lacune, mais je suis persuadé que vous ferez un effort la prochaine fois.

    Vous me qualifiez de fermé (vous vouliez sûrement dire sectaire) et d'intolérent parce que je donne mon avis sur votre opinion sur le livre d'untel c'est déformer un peu la réalité, mais bon, passons. Puisque vous ne me connaissez pas, c'est donc du ressenti ;-((

    Ensuite, vous nous faites croire que votre crédit n'est décerné qu'aux artistes (sauf Diabledonné selon votre expression), aux penseurs, aux philosophes (par exemple notre Finky national ???) et qu'en dehors de ces heureux élus la terre n'est pas promise aux crétins qui ne méritent de l'ouvrir que pour manger ou rôter. Excusez moi, mais je dis que c'est une imposture. Ne me plaignez donc pas, bien au contraire, faites le pour vous, ça nous permettra d'avancer.

    Alors là, le clou c'est d'évoquer Daudet , le père des lettres de mon moulin et de la chevre de M. Seguin que j'espère, vous avez lus. Tomber si bas en allant récupérer des phrase dans un dictionnaire des citations et nous vendre un livre qui conforte 53% de gens dans leurs préjugés est proprement désolant.

    Je suppose qu'en me traitant de raciste, vous ne saviez pas que vous utilisez le registre de ceux qui traitent les intellectuels d'intelligentsia/droitdelhomistes et qui masquent ainsi la vacuité de leur argumentation. Mais je vous le concède, parce que le suffixe "iste" montre l'amour du radical qu'il porte, j'ai un immense amour qui frise la sublimation pour mon peuple et je vous suggère d'en faire autant, car en aimant les siens, on accepte mieux les autres.

    En lisant votre billet et la réponse que vous donnez à mon post, je trouve que vous soutenez ceux qui continuent d'étouffer mon humanité.

    Et pourtant j'aime l'humour de celui que vous surnommez Diabledonné (sûrement par humour ;-))

  • @Odzamboga

    Ici c'est moi qui décide si un commentaire doit rester ! Avant de porter un jugement sur une oeuvre de l'esprit, ( que vous appelez "ce machin" )il me semble pour le moins raisonnable d'en prendre connaissance. J'ai bcp de travail aujourd'hui mais je ne vais pas manquer de vous répondre.

    @JVSD

    Votre réponse vous honore !

  • @ odzamboga,

    Vous vous permettez de me reprendre sur mes mots??
    pour vous qualifier j'ai bien dit FERME et non sectaire.
    Imaginez l'huitre ou la moule qui se ferment pour ne plus voir l'extérieur et bien oui c'est à elles que je vous ai comparé, loin de penser qu'elles puissent être sectaires (à moins que...?...?).
    Se fermer au monde n'est pas être sectaire mais c'est plutôt le signe d'une crainte de l'autre. Alors comment voulez vous évoluer dans notre sociéte si vous rejetez l'AUTRE.
    Pas très brillant!!!
    Ce qui "m'ennuie", c'est que vous donnez votre opinion, comme vous dites sur un livre que vous ne connaissez pas et vous le prouvez en citant :

    "un livre qui conforte 53% de gens dans leurs préjugés est proprement désolant."
    vous êtes totalement dans l'erreur par rapport au contenu de cet écrit.

    Alors, faites un effort, lisez-le et venez nous en reparler

    Je voulais aussi vous rassurer sur l'acceptation des autres, moi, je respire bien...et permettez moi d'aimer Daudet.

  • Allez, un peu de provoc...

    Donc, pendant que d'aucuns se masturbent l'esprit, d'autres ronronnent de satisfaction... et c'est mon cas!
    Sans doute est-ce légalement le cas de WLH. Car le fruit d'un travail, quelqu'il soit, est tellement délicieux...

    Alors, la critique est bienvenue, certes, encore faut-il qu'elle soit constructive.

  • @Lili

    Cette personne n'est "pas étanche" je crois reconnaître l'adresse IP d'un dérangé qui gravite dans mon entourage....-;) le genre je reçois mais ne donne pas, même qu'il pourrait y avoir recel... Attendons mais ne donnons pas une suite plus importante qu'elle ne le mérite c'est a dire pas grand chose, et moins que rien c'est vraiment pas grand chose...

    Ne perdons pas notre temps...

  • Shalom !

    Il est facile en effet de faire la promotion d'un machin dont le propos rassure, surtout quand il soutient les stéréotypes sur la banlieue (oh, pardon ! vous dites ghetto. Alors c'est Varsovie, Venise, New-york ou Clichy ?) et sur ceux qui vous déplaisent. C'est plus confortable et ça éviter de s'exposer au regard de l'autre ce méchant dérangé et fermé. Il paraît que c'est ça la nouvelle insolence.
    Dans le genre "les détracteurs de mes ennemis sont mes amis...", on ne fait pas mieux.

    Par contre expliquer par des arguments rationnels en quoi ce machin peut constituer une alternative républicaine aux mots ou maux de notre société semble être un exercice très difficile ici.

    Pour les adresses IP, ne vous foulez pas trop à les identifier, elles sont empruntées, ce qui n'est pas le cas de mon nom ;-)).

    Odzamboga

  • @Odzamboga

    Et bien vous persistez et signez, je vous cite :

    Il est facile en effet de faire la promotion d'un machin dont le propos rassure, surtout quand il soutient les stéréotypes sur la banlieue (oh, pardon ! vous dites ghetto.

    Le livre est sous presse, et vous l'avez déjà lu ?

    No comment, vous vous écoutez écrire et vous êtes sans intérêt.

    Passez votre chemin, ou mieux continuez à vous rendre ridicule en venant ici, aucun de vos commentaires sera interdit sauf si vous devenez insultant ou contraire à la déontologie qui régit les textes sur la toile.

  • @Odzamboga

    J'ose espérer que vous n'avez pas usurpé l'identité de Stéphane, ou alors il y a une telle contradiction entre vos écrits ici et ceux sur "Regards" ou sur le "Diplo" mais cela date alors peut-être que...

  • La dialectique est décidément un joli champ de bataille où chacun y va de son mot doux et taille de la croupière à qui mieux mieux; ça vous construit le personnage et ça en jette dans la mascarade des illusionnés de la connaissance. Avec Odzamboga on touche à la fine fleur de la critique prédéterministe capable de vous emballer son propos dans un caisson étanche à toutes variations saisonnières. Comment critiquer un livre qu'on n'a pas lu ? un auteur parce qu'il se présente sous des initiales ? Au fait, la notion de "marchand juif" vendant des couvertures contaminées aux indiens n'est pas sans m'indisposer uun peu (peut-être me conseillera-t-on alors d'aller aux chiottes?). Je ne savais pas que c'étaient des juifs qui dirigeaient l'armée américaine des 18ème et 19ème siècle mais peut-être viendra-t-on éclairer "scientifiquement" ma lanterne sur un sujet qu'il me semblait pourtant bien connaître.
    Je n'ai pas lu le livre qui a fait l'objet de ces billets d'humeur (le mien compris) à mots mouchetés, aussi n'ai-je rien à en dire hormis que le thème ne peut manquer de susciter le débat et en ces temps de démocratie étriquée (et dans le mot étriqué il y a "trique" n'est-ce pas?...) on ne va tout de même pas s'en plaindre.
    Sur ce, salut tout le monde.

    GJM (Gilbert Jacques Moreau)

  • @GJM

    Je reconnais bien là ta plume, et en plus ta réponse sonne juste, difficile de faire mieux, je m'incline.

    Pour ton prochain livre si je présente la 1° de couv avec la 4° tu crois que notre voyant de service pourra apporter une critique constructive, on parle de " Clameurs d'enragé" ou "Ca ira !" ?

    Va pas être heureux notre critique littéraire, lui qui connait les livres avant qu'ils ne soient publiés... Incroyable !

    C'est un peu comme si tu vas vers une voyante, tu sonnes et elle te demande : c'est qui ? ...

    Là tu te casses et vite ! Ba lui c'est un voyant qui sait pas ce qui est écrit mais qui en parle, costaud l'artiste !

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu