Avertir le modérateur

Plaidoyers pour l'immigration, ouvrons nos frontières !!!!

(Plaidoyers pour l'immigration aux éditions Les Points sur les i), l'auteur démonte un à un tous les arguments de tous ceux qui mettent des barrages à l'entrée des étrangers qui souhaitent venir travailler chez nous.

Il n'est pas vrai que les immigrés prennent le travail des Français, il n'est pas vrai non plus qu'ils coûtent particulièrement cher à nos systèmes sociaux. Et quant aux difficultés d'intégration, elles relèvent plus du fantasme que d'autre chose : les difficultés, lorsque difficultés il y a, concernent d'abord des jeunes gens nés et élevés ici, des jeunes français, donc, qui sont, par définition, intégrés.

Cette déconstruction du discours anti-immigrés est nécessaire tant il est massif et dominant. Mais au delà, on peut développer toute une série d'arguments qui montrent que nous aurions tout intérêt à laisser nos frontières ouvertes.

Cinq types d'arguments peuvent, je crois, être avancés en ce sens :


Le premier tourne autour de la sécurité. La fermeture des frontières n'empêche pas l'arrivée de travailleurs étrangers, mais elle les force à entrer de manière calndestine, ce qui a trois effets : - cela conduit au développement de mafias spécialisées dans le passage de frontières. Le chiffre d'affaires de ces mafias, qui ont partie liée avec les trafiquants de drogue et d'armes, est considérable. Et plus le passage des frontières est difficile, plus il progresse, - elle favorise le développement de la délinquance fiscale (les salariés clandestins travaillent au noir dans des entreprises qui ne les déclarent pas et vendent leurs produits à des commerces qui eux-mêmes ne déclarent pas tous leurs revenus), - elle entretient tout un secteur qui ne respecte pas les droits sociaux élémentaires et viole en permanence le code du travail.

Laisser les frontières ouvertes ferait immédiatement tomber ces mafias et faciliterait la lutte contre la fraude fiscale et contre les violations répétées du droit du travail. Ce dont nous serions tous bénéficiaires.

Le second argument relève du marché du travail. On sait qu'il fonctionne mal, que les entrepreneurs ne trouvent pas les salariés dont ils ont besoin, que ceux-ci soient qualifiés ou pas : l'ouverture des frontières permettrait de piocher dans un marché beaucoup plus vaste et de trouver plus facilement les personnels dont on a besoin.

Le troisième argument se situe à la jonction entre marché du travail et marché de l'innovation. Lorsqu'ils sont diplômés, les travailleurs immigrés ont un handicap réel : ils maîtrisent mal la langue, ont des diplômes qui ne sont pas toujours acceptés. Ils doivent donc mettre leurs compétences, leur savoir-faire au service d'activités que des professionnels autochtones négligent. Or, ce sont ces "pas de coté" qui sont à l'origine de la plupart des innovations. Le succès d'Israel dans le domaine des biotechnologies tient, pour beaucoup, à la présence d'un très grand nombre de médecins formés en Russie qui ne peuvent exercer la médecine, faute de maîtriser parfaitement l'hébreu, mais qui peuvent utiliser leurs compétences dans de nouveaux domaines.

Le quatrième argument tient à la création de liens commerciaux avec les pays d'origine. Les immigrés ne coupent pas tout lien avec leur pays d'origine. Ils sont souvent les mieux armés pour créer des relations commerciales entre pays. Lorsque ces pays connaissent un fort développement, comme c'est aujourd'hui le cas de la Chine ou de l'Inde, l'existence de ces liens favorise les relations commerciales et les échanges dont tout le monde profite.
Enfin, et c'est le cinquième argument, l'ouverture des frontières devrait rapidement contribuer à réduire les inégalités entre pays riches et pays pauvres. C'est ce qui s'est produit au début du 19ème siècle, lors de la première phase de mondialisation. C'est ce qui se produirait si l'on ouvrait aujourd'hui les frontières. Deux mécanismes devraient contribuer à cela : - pour éviter que l'ouverture de nos frontières n'entraîne une trop rapide fuite des bras et des cerveaux, les pays d'origine (et les industriels qui y sont installés!) auront intérêt à réduire les écarts, à augmenter les salaires, à rapprocher les systèmes sociaux (alors qu'aujourd'hui, c'est tout le contraire!), - l'amélioration des conditions de vie dans les pays de départ favorisera le retour des cerveaux qui pourront contribuer au développement de ces pays.


On le voit de nombreux arguments militent en faveur d'une ouverture aussi complète que possible de nos frontières. S'ils sont aujourd'hui encore peu connus, ils ne sont pas sans rappeler ceux avancés pour justifier la levée des obstacles au commerce des biens.

Bernard Girard

Philosophe de formation, Bernard Girard suit depuis quelques années de très près les développements de la théorie économique.

Auteur de plusieurs articles sur les discriminations et l’immigration, il tient une rubrique économique hebdomadaire sur AligreFM 93.1

ISBN 2-915640-00-9 - 150 X 210 - 214 pages 20 € Commander ? Cliquez sur le lien dessous (livres à lire ) Vos livres vous seront expédiés sous 2 à 4 jours : Dans la lilmite des exemplaires disponibles..

Commentaires

  • Ouais... Le soucis, c'est pourkoi ça fait peur le mouvement, et là j'crois qu'il ya un truc à entendre dans notre France toute sclérosée. D'où vient donc cette peur irraisonnée de l'autre ? quel qu'il soit.

    J'ai l'impression que dans l'éducation, beaucoup de parents francais ont utilisé la peur pour obtenir la sagesse de leurs enfants. Après, il n'y a qu'un pas de la peur du méchant loup à la peur de l'autre. Ca aurait été plus efficace d'etre franc tout de suite.

  • Ouais... je préfère que les relais blogs ne soient pas réservés aux adultes..., je ne censure pas mais je préfère pas ! Ici toutes les personnes ont le droit de s'exprimer, encore faut-il que le message corresponde à la note du jour.

  • A en voir la couverture et un résumé de ce que contient le livre de Bernard Girard, ça peut être intéressant et enrichissant surtout qu'il est apolitique ce qui est encore mieux.

  • @Aurélien
    Sur un tel sujet l'apolitisme n'existe pas, si ce n'est que l'auteur ( talentueux ) a remis à l'ordre du jour un phénomène qui a été dévoyé par bon nombre de politiques.
    "Plaidoyers pour l'immigration" quand des Charters partent tout les jours, c'est de la politique ou pas ?
    A bientôt, et demandez à votre bibliothèque municipale d'en faire l'acquisition, ce livre m'érite mieux que les ventes qu'il a engendré... par faute d'une presse trop aux aguets d'un coup médiatique...

    Vous ête le bienvenu !

  • C'est pas si simple. dans l'un ou l'autre camp. Les fermetures et les ouvertures. Dans le long terme, l'ouverture interdit tout développement des pays du Sud. La fermeture cloisonne ces même pays. Et en interne l'un et l'autre ne sont pas assurables à long terme. Parce que ce sont les populations immigrées qui en décident autrement. Voir les états-unis, tous immigrés. Alors si l'Angleterre affirme qu'en naturalisant les clandestins cela rapportait plus de 20 milliards d'euros, c'est surtout pour les actionnaires. L'immigration tire toujours les revenus des natifs vers le bas. Et tous les pays en jouent.

  • Mais surtout avant d'être immigré, il faut être émigré. L'unique solution noble est le co développement. Ce sont les bourgeois mercantiles qui décident de la classification subalterne des travaux. Si cette classifiaction devenait inverse des revenus. Eboueur = smic X4 plus indemnités de nuit, de salissures, de toxicité.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu