Avertir le modérateur

Récit de voyage ! Calais au pays des apatrides...

...medium_untitled.JPGJe suis de retour après trois semaines passées avec les migrants de Calais. De plus en plus sensible à la question de l'immigration, des mouvements de populations, des flux de réfugiés, je m'étais mis dans la tête que je ne pouvais pas décemment étudier à 30 minutes d'un lieu où passent tous les migrants en route pour l'Angleterre sans aller ne serait-ce qu'y faire un petit tour...

J'y suis donc allé en mars pour une seule et unique journée, inutile aller-retour digne de ces journalistes de la presse à gros tirage, qui ne permet absolument pas de comprendre, ni même réellement de voir ou de se rendre un minimum compte de ce que vivent les migrants là haut. Frustré par cette visite éclair, j'ai finalement décidé d'y retourner après mes examens de fin d'année, dans l'idée d'y rester une semaine entière. Au final, j'y serais resté quasiment trois semaines !

De cette expérience, que je juge encore trop courte, j'ai appris beaucoup, et même plus que je n'aurais cru, sur la situation française en terme d'immigration. J'ai surtout appris à détester ce pays et ce continent qui m'ont vu naître et qui bafouent aussi allègrement les droits de l'homme. Ayant pris un certain nombre de photos et filmé mes journées avec les migrants, je ne vous livrerai ici qu'une brêve analyse, puisque je destine mon récit dans son intégralité à "Les Points sur les i éditions."

François Legeait, un photographe indépendant avec qui il m'a été donné de discuter et de garder contact, avait publié en 2005 un petit livre aux Editions de Juillet qui s'intitulait "Destins Clandestins". Il y racontait son expérience avec les migrants, trois ans après la fermeture du camp de Sangatte par Nicolas Sarkozy. La situation était alors intenable : les migrants arrivaient toujours en masse et tentaient tant bien que mal de trouver où dormir, sous les ponts, dans les bois, dans les parcs et même dans les écluses... Traqués par la police, gazés, frappés, on détruisait leurs abris, parfois par le feu. Humiliés en permanence, ils ne trouvaient le réconfort qu'auprès des associations qui leur distribuaient nourriture, soins et vêtements : Salam, le Secours Catholique, le collectif C'Sur.

Qu'est-ce qui a changé aujourd'hui ? Pour ainsi dire pas grand chose. On voit moins de migrants à Calais, parce que tout est fait pour les disperser en continu à travers tout le pays, mais le nombre de migrants qui passent par la ville n'a pour ainsi dire diminué que dans les statistiques officielles. Ce qui a changé, c'est qu'on en parle moins. Ce qui a changé, c'est que les migrants se sont désormais presque tous repliés dans les bois avoisinant la zone industrielle des Dunes, classée Seveso, bien à l'éccart de la population calaisienne.

Non content de ne plus les voir dans les rues du centre-ville, les autorités voudraient maintenant leur construire un centre d'accueil à côté de leur "jungle", pour s'assurer qu'ils ne viendront plus du tout aux abords de la ville où aujourd'hui encore ils vont à la rencontre des associations pour les repas. Beaucoup de bénévoles des asso, pas dupes, sont résolument contre cette idée. Les autres sont bien souvent empêtrés dans les luttes de pouvoir, motivés avant tout par leur bonne charité chrétienne et généralement incapables de communiquer avec les migrants...

Sarkozy est contre aussi, parce qu'il y voit un nouveau Sangatte et ne peut se résoudre à ce que la question soit de nouveau abordée et donc diffusée au grand public. Les usines chimiques Tioxide et Ucar ne sont pas plus favorables, étant plutôt hostiles à la présence des migrants qui sont comme autant de témoins gênant de leur polution et s'accrochent sous leurs propres camions pour tenter de passer en Angleterre.

Pour ma part, ayant vu avec quel cynisme et quel dédain la police s'en prend à ces migrants, je ne peux que m'opposer fortement à la concentration des migrants en un lieu déserté de la population, où la police pourrait s'en donner à coeur-joie pour mener à l'abri des regards son ignoble farandole de raffles !

Qu'ai-je retenu de Calais ?
J'ai passé mes journées avec eux, j'ai dormi avec eux, j'ai pour ainsi dire consacré ces trois semaines à me mettre dans leur situation autant qu'il me l'était permis, alors ce que j'en retiens, c'est que ces migrants, majoritairement âgés de 15 à 30 ans, sont pour moi comme des frères. On a le même âge et il ont un désir d'intégration, un désir de travail, un désir de tendresse qu'il ne m'a pas été donné d'observer à ce point chez les jeunes d'ici. Leurs regards sont souvent profondément généreux et leurs paroles sont comme autant de coup de couteau dans la conscience de l'occident : ils ont fui la mort, il ont fui l'oppression, ils ont fui la misère que NOUS leur avons apporté depuis des siècles et des siècles de colonisation, d'impérialisme, de spoliation et de mépris. Nous avons la responsabilité d'avoir armé les taliban, nous avons la responsabilité de sucer les ressources naturelles de leurs pays, nous avons la responsabilité de laisser se faire les massacres du Darfour pour ne pas heurter les intérêts chinois, nous avons la responsabilité d'avoir toujours préféré défendre nos intérêts économiques plutôt que le respect de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme...

Ces jeunes, ils ont sur le corps les traces visibles de nos erreurs ! Ils m'ont montré leurs mains ouvertes, leurs pieds et leurs jambes erraflés, leurs bleus et même les blessures dues aux guerres que nous soutenons contre eux dans leurs pays... Ils m'ont parlé de leurs espoirs, de leurs rêves. Si vous saviez comme ils sont simples comparés aux rêves ambitieux de ma génération ! Leur défaut, c'est d'être nés dans le mauvais pays, du mauvais côté du globe. Et ici, on continue de leur faire payer en les humiliant, en les traquant matraques à la main et chiens en laisse...

J'ai eu l'occasion en dormant avec eux de me réveiller avec les incursions de police du matin au soir, des CRS, de la PAF comme de la police nationale qui n'a sans doute pas réellement un mandat pour mener ce genre d'opérations. Mais la PAF n'a pas assez d'éffectifs, vous comprenez... Les policiers qui interviennent à Calais changent tout le temps, pour ne pas subir le contre coup affectif de leur sale boulot. Quand j'y étais, ils venaient de Moselle...
Chaque jour, ils les attrapent après les avoir poursuivis dans les épines ou sur les bords de routes, les collent dans leur camionnette blanche banalisée, puis les emmènent à Coquelle, un centre de rétention quasi clandestin à la sortie du Terminal transmanche. Après, soit ils les relâchent après leur avoir donné un papier sans valeur les invitant à quitter le territoire, soit ils les gardent une journée entière dans leurs cellules exigüe et inadéquates, soit ils les expédient ailleurs à l'autre bout de la France ou dans le premier pays européen où ils sont arrivés. La police sait pourtant pertinement qu'ils vont revenir, mais il faut tout faire pour que les migrants ne soient plus jamais autant à Calais au même moment comme du temps de Sangatte.

Quand ce n'est pas la police, ce sont les chauffeurs de camions ou les passeurs qui leur mènent la vie dure. S'ils n'ont pas les 300 à 1500 euros pour payer les passeurs, ils n'ont que très peu de chance de réussir leur passage. Alors ils essayent seuls et restent des mois. C'est tout un système, la police connaît très bien les passeurs, il faut cesser de nous faire croire que la police est ignorante. Les passeurs sont généralement les plus propres, parce qu'ils ne dorment pas dans la jungle avec les autres. Et puis souvent ils sont kurdes. Etonnement, les kurdes sont loin d'être le peuple le plus hostile vis-à-vis de l'occident et de ses moeurs... à méditer ! Seulement voila, si la police stoppait vraiment les migrations vers l'Angleterre, comment voudriez-vous que la main d'oeuvre des entreprises britanniques soit alimentée ? Où va l'argent donné aux passeurs ? Aux agents de sécurité privés du port ? Aux chauffeurs de camions ? A qui d'après vous ? Il suffit de regarder à quel point le port est une citadelle infranchissable pour comprendre qu'il y a une faille quelque part : ceux qui passent font partie d'une immigration "choisie". C'est un grand jeu de dupes, dans lequel on joue avec la vie des migrants. Quand quelqu'un se met en travers du chemin des passeurs, il n'est pas rare qu'il aperçoive la lueur d'un canif. Les chauffeurs aussi se permettent des choses sans nom : durant ma première semaine, trois migrants ont reçu sous le camion un jet d'eau bouillante, avant que l'un d'eux ne se fasse tabasser par quelques routiers malvenants. Non, les migrants ne jouent vraiment pas, ils ont une vie de merde...

Cedric sur Dissidence

Commentaires

  • Cedric, je vous conseille de vous balader dans les pays d'où viennent ces pauvres gens que vous appelez migrants, vous verrez que la solution n'est pas de les aider à passer en Angletterre où de les aider à rester en France! La solution est là bas sur place où sont vraiment bafoués les Droits de l'Homme. Tous ces pays qui vivent dans l'incertitude ont besoin de leurs enfants, qui feront des médecins et des cadres de la nation... vous êtes jeunes et c'est bien de soulever des Montagnes! Continuez!

  • @Simon

    La question n'est pas d'aller se balader dans les pays d'où viennent ces pauvres gens, c'est de savoir ce que nous en faisons ici avec dignité... Ce n'est pas compliquer de le comprendre, surtout nous qui avons un toit tous les soirs pour nous coucher... Et en écrivant cette réponse j’écoute à la radio qu’il y a des gens qui ont payé 75 000 € pour faire le premier voyage avec l'A 380 ... Le problème n'est pas que des personnes puissent dépenser autant d'argent pour voyager mais dans le fait que des gens à notre époque puissent dormir dans le dénuement le plus total tant social qu'affectif... Enfin ce que j'en dit ... je le laisse à votre conscience…

  • Je suis bien conscient que nous sommes ici face à un problème de fond et qu'il ne suffit pas de se pencher sur la question des migrants de passage où vivant dans nos pays européens pour trouver des réponses à la question de l'immigration (je me refuse à parler de "problème" de l'immigration qui sous-entendrait l'existence d'une solution unique). Ces migrations restent le résultat de nos politiques passées, de notre vision impérialiste des enjeux mondiaux. Les droits de l'homme quand à eux sont autant bafoué là-bas qu'ici, car il est pour moi impossible de comparer les crimes comme il est impossible de comparer les peines : à partir de l'instant où leur dignité est balayée d'un revers de main, peu importe la façon dont c'est commis, car le mal est fait et la personne humiliée en gardera une trace indélébile qui marquera son existence future. Je ne crois pas être trop jeune pour comprendre les enjeux et malheurs de la société actuelle. Je me suis déjà baladé par trois fois en Russie, une fois en Roumanie et en Bulgarie (l'Europe est loin de les sauver et au contraire les enfonce dans leur misère sociale) et pars pour la Palestine cet été, alors j'ai déjà eu un aperçu de ce que notre système peut produire là où le respect à l'égard de l'homme n'existe pas. Si mon expérience réelle est encore faible, la conscience de ce qu'est l'homme est déjà présente en moi et suffit déjà amplement à me rendre compte des sordides réalités que les conflits humains sous-entendent.
    Merci cependant pour cet encouragement à continuer...
    P.S. : je vous invite à lire mes articles sur dissidence, notamment sur la Russie.

  • @Cédric,
    Je vous cite :
    Si mon expérience réelle est encore faible, la conscience de ce qu'est l'homme est déjà présente en moi et suffit déjà amplement à me rendre compte des sordides réalités que les conflits humains sous-entendent.

    Un seul mot "Bravo ! "

  • CEDRIC, j'apprécie vos articles, même si je ne suis pas en concordance avec tous vos engagements. Mon expérience de vie due à mon âge m'empêche de polémiquer. Je sens en vous une ferveur digne d'un sacerdoce. L'Eglise et la politique se retrouve sur de nombreux points et aussi dans de nombreux domaines. Malhreusement, l'Homme n'est pas forcément bon! Je me suis battu jusqu'au jour où j'ai compris ce que je devais comprendre. Je sais que la naïveté peut sauver des âmes, mais pas des hommes! Quand vous irez en Palestine, n'oubliez pas de revenir par Israël, celà vous permettra de comprendre que d'un côté ou de l'autre du "mur", ces gens veulent la même chose: la paix! Amicalement.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu