Avertir le modérateur

  • Tomorrow England

    a505d808422b4910ee3eb96378d49ea1.jpg Il y a cinq ans fermait Sangatte et depuis presque rien n'a changé.

    Ces cinq ans, ce furent cinq ans d'humiliation et de traque, cinq ans de peine, cinq ans de violation des droits humains. Les autorités détournent toujours la tête, les habitants appelent toujours les migrants "kosovars", tandis que la police perpétue encore et toujours ses incessantes rafles du matin au soir. Les bénévoles eux, sont fatigués, mais continuent ce qu'ils estiment être juste : soutenir, aider, lutter, agir pour les migrants.

    A midi les exilés de Calais se bousculent autour de la cabina où les associations ont du mal à fournir suffisamment de repas pour tous.

    Le sixième hiver approche et près de 300 migrants s'apprêtent à dormir ce soir dans les bois de la zone des Dunes et les parcs de la ville. J'y suis allé, j'ai vécu trois semaines avec eux le jour comme la nuit, et depuis les migrants de Calais sont devenus une partie de moi.

    Je ne peux plus envisager de voir passer un mois sans aller là-haut regarder ce qu'il s'y passe. Ce récit, c'est eux, c'est moi, c'est une insulte à notre bonne conscience.

    Cédric Domenjoud (né le 01 septembre 1985 à Troyes) est étudiant licencié d'histoire et prépare le concours d'entrée à l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille. ( son blog http://dissidence.over-blog.org/ )

    A paraitre début janvier 2008

    150 pages - 15 €uros

  • Nouveauté ! Du Nil au Canal de l'Ourcq

    dd6815afe668320d0bf84744ef52faf0.pngDe son enfance ensoleillée dans les rues du Caire à l’hiver rigoureux de Genève.

    Du confortable et spacieux appartement bourgeois familial au petit studio qu’il a du mal à payer.

    Du communisme honteux en Egypte au syndicalisme que l’on affiche fièrement en France. La vie de Georges Abdel-Sayed a connu de nombreux détours et de nombreux culs-de-sac.

    Il a emprunté beaucoup de sens interdits mais sans jamais transiger avec son idéal idéologique, ni sa liberté, pour franchir malgré lui le Nil et se retrouver sur les rives de l’Ourcq.

    Itinéraire d’un homme de conviction, une belle leçon d’engagement, de désintérêt et de pugnacité. Le courage et la volonté faites homme !

    À offrir, à s'offrir pour les fêtes  !

    Cliquez sur cette photo 488ef9a5e1bcc8dc5131fa3dd41fc417.png

  • Chichin...

    C'est comme ça
    Ah, la la la la
    Ouais
    le secret
    ça coupe et ça donne
    Oh, oh, faut que j'moove
    Sans fin
    du venin
    qui me fait mal au cœur
    Quand
    le serpent
    Chaloupe et console
    Oh, oh, faut que j'moove
    L'ami Sadi
    s'enlise
    et là ça fait peur
    Si c'est ça
    Ah la la la la
    Ça le susurre
    a mes entournures
    Ah, ah, faut que j'moove
    Ça le grince
    juste pendant la nuit
    Ah, c'est comme ça
    ça plonge et ça vire
    Ah, ah, faut que j'moove
    Et ça gêne
    quoi, quand y a pas de plaisir

    C'est comme ça
    Ah la la la la
    La lala lala lala lalala...
    J'veux pas t'abandonner,
    mon bébé
    J'veux pas nous achever,
    tu sais
    C'est pas que je veuille tenir
    ni que je veuille m'enfuir
    Il me faut prendre le frais, c'est vrai
    Hé, hé, hé
    hé, viens près de moi
    que je te le dise
    Faut que j'moove
    ce secret qui me tord le cœur
    Ah, la la la...

    No comment -;((((((((

  • Noël,Lorient,Caen...

    Merci aux 267 internautes ( chiffre arrêté à ce jour ) qui ont fait leurs emplètes pour Noël sur ce blog, nous attendons les retardataires -;).

    medium_Arlequin_LesPointsSurLesI_CouvProvisoire_16.10.2007.4.jpg

    Le livre "Le monde d'Arlequin" est arrivé hier, MAGNIFIQUE ! une belle leçon d'humilité que cet ouvrage dont les droits sont reversés à l'association "Les Enfants d'Arlequin". Lorient et la fête de l'Huma de Bretagne samedi et dimanche, une foule importante, un accueil des plus chaleureux. Demain Liliane présente son livre à Caen invitée par le Mémorial de la déportation pour son livre sur l'Exclusion ( gros succès ! ) PPDA en a parlé samedi et dimanche dernier sur LCI. Week-end prochain Congrès de l'Arac et présentation du livre de Jean-Michel Leterrier "Paul Vaillant-Couturier" Signature de Jean-Marie Pallardy au Leclerc de Franconville ( 15/18 Heures ) pour son thriller "Amours parallèles". 6ad0d9293428c86bbf9d835d5d11ebd7.png Ludo quant à lui est reçu ce mardi chez Téléssonne pour le journal de 12 heures ( passage en direct prévu vers 12H45 ). Préparation d'un ouvrage sur Sangatte 5 ans après ... un autre sur l'itinéraire d'un militant ( Du Nil au Canal de l'Ourcq ) et enfin un livre "brulot" sur Nicolas 1°... medium_1°_de_couv.png

    medium_1°_de_couvPVC.2.png medium_1°_de_couv_LudoBD.3.PNG

    Beaucoup d'initiatives ! mais on aime ça !! - Pour en savoir plus, merci de cliquez sur les couvertures !

  • La sagesse

    1 - Tenez compte du fait que le grand amour et les grandes réussites impliquent de grands risques.

    2 – Lorsque vous perdez, ne perdez pas la leçon.

    3 – Suivez les trois R : Respect de soi-même, Respectez les autres, Responsabilité de tous vos actes.

    4 – Souvenez vous que ne pas obtenir ce que vous voulez est parfois un merveilleux coup de chance.

    5 – Apprenez les règles pour savoir comment les transgresser correctement.

    6 – Ne laissez pas une petite dispute meurtrir une grande amitié.

    7 – Lorsque vous réalisez que vous avez commis une erreur, prenez immédiatement des mesures pour la corriger.

     8 – Passez un peu de temps seul chaque jour.

    9 – Ouvrez vos bras au changement, mais ne laissez pas s’envoler vos valeurs…

    10 – Rappelez vous que le silence est parfois la meilleure des réponses.

    11 – Vivez votre vie d’une façon honorable. Ainsi, lorsque vous vieillirez et que vous regarderez en arrière, vous en profiterez une deuxième fois.

    12 – Dans les désaccords que vous avez avec ceux que vous aimez, ne vous occupez que de la situation actuelle. Ne réveillez pas le passé.

    14 – Partagez votre savoir. C’est une manière d’atteindre l’immortalité.

    15 – Soyez tendre avec la terre.

    16 – une fois par an, allez quelque part où vous n’êtes jamais allé auparavant.

    17 – Souvenez vous que la meilleure des relations est celle dans laquelle l’amour que chacun porte à l’autre dépasse le besoin que vous avez de l’autre.

    18 – Jugez vos succès d’après ce que vous avez dû sacrifier pour les obtenir.

    19 – Approchez l’amour et la cuisine avec un abandon insouciant.

    DL

  • Père Noël ?

    d21e5904ae5c78a2e1650fd7c78541b3.jpgCher Père Noël,

    J'ai pas toujours été sage, j'ai souvent désobéi, je suis allé dans un bon nombre de manifestations, je ne me couche pas à l'heure, je ne crois plus en toi depuis très très longtemps, j'édite des livres subversifs (oups), je ne vais pas sur la tombe de Tino Rossi... j'ai pas voté à droite (sic), mais ...

    ...je t'en supplie ne me prive pas des livres des "Editions les Points sur les i !..." dans mes souliers -;) Ils sont tellement bons !

    medium_1°_de_couv.png medium_couv_1968.9.png medium_Arlequin_LesPointsSurLesI_CouvProvisoire_16.10.2007.2.jpg medium_medium_Couv_C3_A7a_ira.5.jpg medium_1°_de_couvPVC.2.png medium_Couverture_BD.jpgd5f67372f943591085444c218c6937f4.png 303d9a49f8a94d7b996d96cd7cad62fa.jpg 6ad0d9293428c86bbf9d835d5d11ebd7.png medium_251.2.jpg medium_st_trop2BD.2.PNG medium_1°_de_couv_HT.jpg medium_Pourquoi_communiste.pngmedium_Fulbnert.JPG medium_1°_de_couv_LudoBD.3.PNG medium_1°couv_neutrecorrigée.png medium_logofinal002.jpg

    Si vous achetiez un cadeau utile ? un livre d'un éditeur indépendant.... Non ?

    Pour commander des ouvrages, merci de cliquer sur les vignettes, vous bénéficiez d'une remise de 5 % (Loi Lang)
  • Humanisme mondial et agnosticisme sans frontières

                    Neuropsychiatre, anthropologue et auteur de nombreux ouvrages le Dr Jean GUILHOT a tenté dans sa pratique, ses recherches et ses enseignements d’élaborer un Nouvel Humanisme éthique et scientifique, pédagogique et thérapeutique dans le sillage des sciences humaines et des sciences de la santé mentale, des sciences de la communication et de celles des milieux de vie culturels et naturels. Et dans ce même contexte il lui est apparu nécessaire de concevoir une révolution humaniste qui place l’épanouissement et l’accomplissement de la personne au cœur de toutes les entreprises politiques et sociales, économiques et écologiques. Une telle révolution humaniste proclame la souveraineté de la personne et réclame une  libération radicale, une maturation et une progression globales des esprits et des cœurs, des corps et des sexes. Mais le Dr GUILHOT a situé aussi l’actualité et les finalités de cette révolution humaniste au confluent des autres grands courants de pensée et de conscience de notre temps parmi lesquels figure un agnosticisme méthodique et engagé dans la triple quête des savoirs, des valeurs et des bonheurs mieux partagés – car un hédonisme fraternel fait naturellement parti des objectifs d’une révolution humaniste. Humanisme et agnosticisme peuvent-ils ainsi constituer une alliance historique à laquelle peut être assignée de nombreuses vocations ? Sans doute.

    Cette alliance peut aussi susciter un art de vivre et de communiquer et un art de s’engager sous le signe d’un nouveau décalogue mais aussi sous le signe d’une science et d’une politique d’un développement humain intégral et équitable, diversifié et unifié. Cette alliance peut enfin encourager un nouveau « volontarisme ».

    d0ac9d8e7edffb959579facc6d6237e4.png

    C’est dans cet esprit que l’auteur a créé une Université Populaire du Nouvel Humanisme Mondial.

    Humanisme mondial et agnosticisme sans frontières -À paraître en janvier 2008

    ISBN : 978-2-915640-59-5   - 320 pages  - 25 €

    NB: Jean Guilhot nous avait déjà confié un ouvrage tout à fait remarquable sur les fins de vies : "Mourir dans son jardin"  ( préface Marie Humbert ) ce livre est encore disponible, cliquez sur cette petite vignette, merci.6f686ddcebab737544ad3470f9a4c6f7.jpg

  • Amours parallèles

    75a09329538c0469f7b99dada3454246.pngAnna et Thibault, jeunes, beaux, aisés forment un couple idéal. Or Thibault, plus par intérêt que par amour, trompe Anna avec Marie- Paule, la jeune châtelaine du village. Marie-Paule tue son très riche mari, Gaspard De La Roche, pour vivre avec Thibault. Mais lorsque Marie-Paule rencontre Anna, elle tombe folle amoureuse d’elle. Marie-Paule est désemparée.

    Doit-elle supprimer Thibault ?

    Est-elle l’objet d’une vengeance diabolique d’Anna ?

    Est-elle prisonnière des rumeurs qui ricochent sur les murs et les toits du village ? Ou alors est-elle une sorcière qu’il faudrait brûler vive dans les souterrains du château ?

    Seul le vent connaît la réponse.

    Un thriller décapant, une intrigue digne des grands polars des années 60, l'auteur nous livre ici le meilleur de lui-même !

    978-2-915640-57-1

    305 Pages

    16,90 €uros - 5% = 16,15 €uros hor frais de port

    Pour les fêtes, voici un cadeau à offrir !  Merci de cliquez ci-dessous pour le recevoir sous 48 heures.

    6ad0d9293428c86bbf9d835d5d11ebd7.png
  • Onfray ou le bonheur d'exister

     e05f8e4ac10549fd87d5e79382a4a4fa.jpgUn plaisir pour les fêtes...

    Les conférences de Michel Onfray à la Bibliothèque Nationale de France
    enregistrées les 9, 10 et 11 février 2005 à Paris

    Sous un anonymat vite démasqué dans le “Traité théologico-politique” Spinoza posait une question centrale et dérangeante : “Pourquoi les hommes se battent-ils pour leur servitude comme s’il s’agissait de leur liberté ?” Michel Onfray avec clarté, humour et jubilation nous invite à y répondre.

    Après le succès du “Traité d’athéologie”, dans ces trois conférences inédites données à la BNF, Michel Onfray revendique, et il s’en explique, la nécessité pour le philosophe de défendre un vrai “système”.

    Il tente de résumer pour lui même, et pour le public, ce qu’il a développé dans une trentaine d’ouvrages. Si le style implique une “variation continue”, Michel Onfray nous offre ici une superbe variation sur l’hédonisme.

    L’écouter, c’est être invité à comprendre comment une vie devient un style. Michel Onfray, aussi pédagogue à l’oral qu’à l’écrit, délivre de manière simple, efficace, mais néanmoins documentée, le mode d’emploi de l’hédonisme ; le pur plaisir d’exister.

    Un livre, un CD, un DVD, faire un cadeau ? cliquez là 0a420cd2e8e5b8c846d31348c53029fe.jpg
  • Il assume, nous aussi !

    Chère cliente, cher client,

    Je suis en grève aujourd’hui et je l’assume. Oui, j’assume de devoir vous poser des problèmes dans votre train-train quotidien, j’assume de vous obliger à modifier vos habitudes quotidiennes.

    On m’accuse de vous prendre en otage. Mais vous ai-je enfermés, vous ai-je attachés ? Non, je vous laisse libres. Libres au milieu des contraintes que vous acceptez tous les jours sans vous en plaindre. J’assume pleinement de vous laisser voir vos chaînes, parce que ces chaînes sont aussi les miennes. Parce que moi aussi, je dois faire garder mes gamins quand je commence au petit matin, moi aussi, quand je rentre le soir, j’ouvre ma boite à factures qui naguère s’appelait boite aux lettres, moi aussi je m’affale parfois dans le canapé pour manger docilement la soupe de la télé, car moi aussi, je vis dans cette société. Oui, je l’assume. Comme j’assume les contraintes de mon métier qui me font vivre à part du groupe, qui me font travailler avant vous pour vous emmener bosser et après vous pour vous ramener à la maison. Pour vous emmener dans votre famille passer les fêtes, je ne les passerai pas dans la mienne. Je vous transporte et par définition, mon travail commence là où s’arrête le vôtre, et vice versa.

    Quand j’ai pris la décision de faire ce métier, il y a 15 ans, j’ai pesé le prix de ma mise à l’écart de la vie collective, par les horaires farfelus. Ce prix, je l’ai accepté et j’entends me le faire payer.

    Bien sûr, je ne suis pas le plus mal loti de la terre. Bien sûr, il y a bien pire et bien plus malheureux. Mais doit-on se sentir coupable d’avoir un toit en voyant les sans-abri ? Doit-on se sentir coupable d’avoir un emploi en comptant les chômeurs ? Doit-on se sentir coupable de se défendre ?

    Ma défense, je l’ai préparée. Parce que les résultats des élections de mai ne laissaient aucun doute. Le conflit aurait lieu, historiquement il devait avoir lieu. Où et quand ? Vous avez la réponse aujourd’hui. Parce que, je ne vous le cache pas, Il était encore sur le yacht de Bolloré que je mettais de coté l’argent nécessaire à ce combat. S’il le faut celui prévu pour quelques projets futiles sera utilisé et tant pis si le home cinéma ne vient pas dans mon foyer cette année. Quoi, j’aurais pu me payer un home cinéma et je suis dans la rue ? Et bien ça aussi je l’assume. Et sans aucune honte depuis que j’ai lu que la marque qui commercialise le plus grand écran plasma, un joujou à cent mille euros, visait aussi le marché des particuliers en France. On me donne 2600 euros par mois pour conduire les trains, pas pour acheter mon silence et ma docilité. On trouve au MEDEF des syndicalistes bien mieux lotis ayant toujours une larme à faire couler sur leur sort.

    C’est aussi pour ça que j’assume de faire grève aujourd’hui.

    On m’accuse de ne pas faire preuve de solidarité parce que la réforme est nécessaire et doit être approuvée. A force de lire les rapports du Conseil d’Orientation des Retraites, à force de lire tout ce qui peut me tomber sous les yeux parlant de retraite, du sénat au blog débile, j’ai acquis la conviction que tous cela aurait pu être évité, pour moi comme pour vous, si nos dirigeants avaient préparé ces échéances comme j’ai préparé cette grève.

    On nous a parlé de catastrophe, de faillite, de banqueroute même or n’importe quel économiste honnête vous le dira, en 2000, l’effort prévisible à réaliser, sans rien changer pour les retraites, pour les 40 années à venir était calculé inférieur à celui fourni pendant les 40 années passées. On a montré que le petit bout de la lorgnette, on n’a pas dit que la richesse du pays augmenterait plus vite que cette charge, même dans les pires scénarii. Il y avait ce problème du baby boom ? Et alors, est-ce une raison pour tout mettre à bas alors qu’il suffisait de remplir le fond de réserve des retraites créé en 2002, la seule véritable réforme honnête faite sur le sujet ? Que fait un ménage quand il sait qu’une dépense va venir ? Soit il économise, soit il emprunte, soit il attend et se serre la ceinture le moment venu. C’est cette voie qu’ont choisie nos dirigeants, c’est regrettable mais je suis citoyen et je respecte les suffrages. Alors cette politique qui n’est pas la mienne, je l’assume y compris les conséquences, y compris cette grève.

    Aujourd’hui, je refuse de faire mon travail dans la société parce que j’ai un différent à régler avec cette société. J’utilise un moyen légal, constitutionnel, occasionnant une gêne que j’assume pleinement parce que je suis dans une entreprise qui fait des bénéfices et qui, seule, paye les avantages de mon régime de retraite. Une cotisation patronale supérieure de près de 12% à celle de votre patron, soit environ 500 millions, pour compenser un âge de départ inférieur au vôtre, dans des conditions souvent inférieures aux vôtres d’ailleurs. Le reste ? C’est ce que nous payerions ensemble si nous étions dans le même régime. D’ailleurs la compensation entre régimes bénéficie à 93.7% aux artisans, commerçants, salariés et exploitants agricoles, et en 2015, mon régime ne sera plus bénéficiaire du système mais deviendra contributeur. Ces 12% sont à moi, pas à mon entreprise qui voudrait bien les récupérer. Comme les cotisations patronales, que les patrons appellent volontiers « charges », sont à vous, payant par avance votre droit à la santé ou à la retraite. C’est parce que la seule personne volée dans cette réforme c’est moi, j’assume totalement de réclamer mon dû. On me dit que ce sont finalement les clients qui payent. L’a-t-on dit aussi fort aux clients de Carrefour qui on payé les conditions de fin d’emploi du patron d’alors ? Le dit-on aussi fort de toutes ces retraites chapeaux, primes de départs et autres joyeusetés faites aux dirigeants des grandes entreprises ? Le dit-on aussi fort des avantages d’autres salariés ? A ce dernier titre, il est bon de calculer que 5 années de bonus sur une carrière de 40 ans ne représentent finalement guère plus qu’un mois et demi par ans. Je n’ai jamais eu de treizième mois, l’avantage est-il si exorbitant ?

    Alors j’assume ne pas vouloir perdre ces 12% dans cette réforme qui ne vous apportera rien. Le gain escompté est de l’ordre de 200 millions d’euros par ans. A ce rythme, il faudra 75 ans pour rembourser les 15 milliards de cadeaux fiscaux faits cet été ! Suis-je encore Le privilégié de cette société ?

    Mais plus encore. Cette réforme, comme les précédentes, vous coûtera beaucoup, elle nous coûtera beaucoup à tous. Parce que c’est la solidarité que l’on tue aujourd’hui. Cette solidarité voulue par nos pères au lendemain de la guerre, cette solidarité insupportable pour qui se réclame du libéralisme et du chacun pour soi. Cette solidarité dont le sens profond ne dépasse pas, pour notre gouvernement, la notion de l’aumône dominicale. Mais pour moi elle a un sens, parce qu’elle est profondément humaine. C’est elle, le ciment de notre société. A quoi bon vivre comme les loups où le couple dominant mange en premier et où le dernier mange ce qui reste ? Tous mangent, certes, mais est-ce le modèle que nous voulons pour notre société ? Est-ce l’exemple pour nos enfants ? Ma conviction profonde est que la société humaine ne peut être basée que sur la solidarité, sur l’entraide mutuelle. C’est ce à quoi je crois et c’est pour cela que j’assume ce combat.

    Et je me souviens de 1995. Vous étiez derrière nous à 75% ! Autre époque où nous portions l’espoir, où l’on a vu des personnes venir apporter une journée de salaire dans notre caisse de grève en nous demandant de faire la grève pour eux. La grève ce n’est pas mon métier. J’assume d’avoir laisser tomber cet espoir faute de pouvoir le porter seul. J’assume aujourd’hui de me battre d’abord pour moi, règle première de cette société libérale que je veux combattre. C’est paradoxal ? Oui, mais j’assume ce paradoxe parce que vous ne m’aimez plus aujourd’hui et que cette désaffection est le fruit d’un combat que vous n’avez pas voulu mener, croyant à tort que je le ferais pour vous. Nos père se sont battus, certains sont morts, pour nos congés, nos retraites, notre santé et pour bien d’autres choses encore. Qui se souvient aujourd’hui du prix payé par eux pour nos avantages de salariés de pays riche ?

    Certains perdront leur boulot paraît-il. Mais qui est assez stupide pour m’accuser moi et laisser en paix cette crevure de directeur du personnel qui utilisera cyniquement cet alibi, ce sous-homme incapable de considérer son prochain comme son égal dans la difficulté ? Et bien, oui, j’assume de fournir cet alibi fallacieux à cette personne qui ne devrait rien avoir à faire dans la société des hommes.

    Il n’y a pas si longtemps, nous, cheminots, avions un slogan plein d’avenir, nous voulions partager le progrès pour tous. Souvenez-vous : « Le progrès ne vaut… » Où est-il ce progrès, aujourd’hui où l’Homme de ce siècle a enfermé sa liberté dans une télé et un portable ? Où l’on vante les soi-disant mérites du libéralisme sans parler de ses inconvénients comme la précarité ? Où l’on détruit l’avenir de nos enfants en oubliant les combats de nos pères ? Où l’on brade notre société solidaire pour peu qu’on nous fiche la paix ? Où est-il le progrès aujourd’hui ?

    J’assume tout cela, chère cliente, cher client, j’assume tout.

    Durail

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu