Avertir le modérateur

  • La graine et le mulet

    92ffb5249522e93f8e6de43408e81638.jpgPrix Louis Deluc

    Sélection officielle en compétition de la Mostra de Venise 2007 (Prix spécial du jury )

     Après ‘La Faute à Voltaire’ et ‘L’Esquive’, Abdellatif Kechiche* persiste et signe son long métrage le plus abouti.

    Le pitch : A Sète, Monsieur Beiji, la soixantaine, divorcé, est mis à la retraite. Il décide d'ouvrir un restaurant sur un bateau abandonné. Ses familles, l'ancienne et la nouvelle, se laissent peu à peu gagner par ce rêve. Le réalisateur émeut avec cette histoire de solidarité et d'amour. Et oui la solidarité et l'amour... on en sort pas ! Bref un cinéma à la fois distrayant et intelligent, ambitieux et populaire.

    Impardonnable de ne pas aller voir ce film, un des plus merveilleux que j'ai vu et celui qui m'a le plus impressionné par les jeux des acteurs depuis Forest Gump... Oui ! Des acteurs bouleversants de justesse, une clarté narrative qui n'empêche pas la complexité d'une vision du monde, une fidélité à ce que l'on est qui n'implique nul renoncement et voilà deux heures trente de film qui passent presque trop vite.

    Allez ciné !!!

    *Né à Tunis en 1960, acteur au théâtre, puis au cinéma où il tient notamment le premier rôle du Thé à la menthe (1984) d'Abdelkrim Bahloul avant d'apparaître dans Les Innocents (1987) d'André Téchiné, il passe à la réalisation avec La Faute à Voltaire (2000), l'histoire bigrement bien menée d'un immigré clandestin (Sami Bouajila) qui tombe amoureux d'une paumée (Elodie Bouchez). A la Mostra de Venise, le film fut récompensé du Lion d'or de la première oeuvre

  • Dans la nuit de Bicêtre

    45bf3407c681a3911c56f131c24061d1.jpg

     Exceptionnellement, notre prochaine soirée se tiendra au réservoir de l'hôpital du K.B.
    Nous recevrons Marie Didier pour son ouvrage "Dans la nuit de Bicêtre". Nous devons rendre la salle nettoyée à 22h00 aussi nous commencerons la soirée à 19h30.

    *

    Bien sûr l'anonymat a recouvert la plupart d'entre eux, et dire le nom est déjà un acte de résurrection : ici nous découvrons avec elle " Jean-Baptiste Pussin ", le nom est demeuré sur quelques pages oubliées, accompagné de quelques informations, rares, épisodiques. À partir de ces quelques bribes, Marie Didier et elle rejoint là l'impératif de cette belle collection réinvente une existence et approche une âme, en même temps qu'elle s'interroge sur ce qui la pousse, elle, à s'y consacrer ainsi, pendant des mois, alors que notre monde, au dehors, l'appelle et la tourmente. " Qu'ai-je besoin d'ajouter à la misère des camps de Guantanamo, des orphelinats roumains, des bidonvilles de Bombay ou de Sao Paulo celle, dramatique, de Bicêtre il y a à peine deux cents ans ? " Sans doute une sorte d'identification profonde unit-elle la narratrice, elle-même médecin, à cet homme qui fut un des premiers à considérer comme ses semblables des êtres en proie à la souffrance ou à la folie, mais que l'on peut soigner, tenter de comprendre, d'aider : " Tu viens de découvrir en toi une chose éblouissante, secrète, qui ne s'apprendra ni dans les écoles, ni dans les universités, qui a été et sera bâillonnée longtemps, qui va bouleverser ta vie et celle de tant d'autres : tu aurais pu être pareil à ces fous. Ils auraient pu être pareils à toi. " Nous découvrons alors les tentatives tâtonnantes de ce premier soignant en ces temps bousculés, révolutionnaires : " ramassé un soir dans une venelle de Paris ", à 26 ans, en 1771, un " paquet d'écrouelles encore purulentes " au cou, il lui faudra de longues années avant que d'éveiller la confiance de ceux qui ne sont encore, dans ces hospices, que des geôliers et devenir portier de Bicêtre puis, en 1780, " chef de la division des garçons enfermés du Bâtiment neuf ". Pendant la Révolution, après s'être marié, devenu " gouverneur du Septième Emploi " (un des secteurs de cette sorte de ville de plus de trois mille habitants qu'est Bicêtre), il travaillera avec Philippe Pinel, premier aliéniste, qui saura s'inspirer de certaines de ses méthodes et surtout de son inaltérable attention, vigilante et empathique, envers les malades.

    Se fondant sans doute sur un long travail de recherche documentaire, mêlant citations et réécriture, Marie Didier nous plonge dans ce monde à la fois violent et en gestation, nous décrit avec force les enfants de 8 ou 10 ans condamnés à perpétuité, la " cacophonie infernale " de " la cour des Fous " et les cachots où tout est conçu pour " ne laisser aux prisonniers qu'un genre de vie qui leur fasse regretter la mort " ainsi que le dénonce Malesherbes. Nous croisons Latude, prisonnier-symbole de la Bastille, les " envoyés du peuple " assommeurs de septembre 92, ou encore le bon docteur Guillotin venant essayer sa machine qui procurera, assure-t-il, une mort sans douleur : " à peine si on a le temps de ressentir une certaine fraîcheur ". Toutes ces pages, vibrantes et réfléchies à la fois, parviennent ainsi à illustrer la devise inscrite au-dessus des grilles de cette " forteresse du désastre " : " Respect au malheur.

  • Pas une ride !

    bdc7817a4b5c32a8b693dc3a3d9dd3ec.jpgCe premier volume d'une Intégrale Pierre Dac propose une anthologie des meilleurs textes parus de 1938 à 1940 dans "L'Os à moelle". En 1938, Pierre Dac, dont l'humour loufoque est familier des auditeurs de la radio, fonde "L'Os à moelle", l'organe officiel des loufoques, hebdomadaire satirique de 4 pages, qui connut d'emblée un succès exceptionnel. Avec 400 000 exemplaires, c'est un des plus forts tirages de la presse d'avant-guerre. S'il commente l'actualité (et l'époque est très animée !), L'Os à moelle propose également : des grand reportages, des petites annonces bidon, des conseils pratiques, jeux et recettes de cuisine, des concours farfelus, des brèves, un faux courrier des lecteurs, des pensées, conseils et aphorismes, etc... 

    Chez Omnibus

    1196 pages

    28,00 €

  • Benazir Bhutto a été assassinée

    http://www.harrywalker.com/speakers_template.cfm?SPEA_ID=48

    La trève des confiseurs s'arrête ! 

    Benazir Bhutto, assassinat d'un "symbole" au Pakistan 

    Elle avait été la première femme au monde chef de gouvernement d'un pays musulman, avant de chuter pour des accusations de corruption. Après avoir survécu deux mois plus tôt à une attaque meurtrière contre son cortège lors de son retour au Pakistan, Benazir Bhutto a été tuée aujourd'hui dans un attentat à l'issue d'un rassemblement politique.

    **********************

    FILLE DE L'ORIENT Benazir Bhutto

    Chez notre consoeur : Héloïse d'Ormesson Editeur,  A paraître en mars 2008 

    PS : Son autobiographie chez Stock semble être définitivement épuisée

  • Fêtes !

    Rendez-vous en 2008 et en attendant, joyeuses fêtes à toutes et tous !

    4d9db16997306b80c661a4ed4943ea15.jpg

  • No comment...

    404045e9ff50c5ca8b8e6ced7ba29097.png

  • Marie Trintignant

    Attention quantité limitée !

     126974698e72b0a7c7e14e4820e69180.jpg"Tout est d'elle et rien de moi. Ce livre est le reflet en images et en mots du travail de Marie. Ces mots sont les siens. Je n'ai fait que les réunir par thèmes. Elle évoque son métier, la maternité, l'amour, la condition des femmes, les choses de la vie. Ce livre est celui de Marie, c'est son regard, c'est elle... ou du moins la partie de l'iceberg que chacun d'entre nous décide de dévoiler." Nadine Trintignant

    Code Article :
    EAN 13 : 9782213620459
    Auteur : N. TRINTIGNANT
    Editeur : FAYARD
    Format : 29,5 x 33,5 cm     -    268 pages
     

    Ancien prix public :   35,00 € TTC

    Prix Les Points sur les i 17,50 € TTC hors frais de port
     

    Cliquez sur cette photo 3e77114a7f32f8f06a89a52b5cdfac21.jpg
  • Les banlieues

    Compte rendu thématique de la revue Espace et Société publié en décembre 2007

    Sur la mobilisation des « héritiers » postcoloniaux eux-mêmes et leur interprétation des émeutes, le livre de B. Girard, spécialiste des questions d’immigration et de discrimination, fournit une explication éclairante.

    L’« insurrection des jeunes de banlieue » aurait donné à une « nouvelle bourgeoisie – une petite bourgeoisie intellectuelle, en fait – issue de l’immigration, assoiffée de reconnaissance, l’occasion de sortir de l’ombre, de s’affirmer, de s’installer dans le paysage politique et médiatique ». L’accent mis de manière quasi obsessionnelle sur la question de l’invisibilité/visibilité des « minorités » pourrait effectivement trouver là un début d’explication.  

    Peu importe, en effet, que « la France invisible » des déclassés englobe des gens de toutes origines « ethniques », comme le montre encore un ouvrage récent, et que, dans la nuit de la paupérisation et de la marginalisation de masse, tous les chats ne soient pas forcément noirs ou basanés. En réitérant avec emphase que « les “immigrés” rendent visible l’inégalité par leur simple présence dans les espaces discrédités », c’est à leur propre situation d’individus ayant eu, à un degré moindre, à subir également des discriminations que les indigènes diplômés de la République font implicitement référence, même si, grâce à leur parcours scolaire – pour ne rien dire des stars du sport ou du show-biz appelées à la rescousse –, ils ont pu, quant à eux, accéder à la visibilité dans des lieux plus valorisants. Rien de tel, dès lors, que de mettre sur le devant de la scène la question du postcolonialisme français pour se mettre eux-mêmes en scène et jouir ainsi à leur tour de leur « quart d’heure de célébrité, que ce soit dans les salles de rédaction, les studios de la radio, sur les plateaux de télévision ou… dans les bureaux feutrés des maisons d’édition ».

    Forts de leur statut de représentants légitimes du « monde des cités », même s’ils les ont quittées depuis longtemps ou n’y ont jamais mis les pieds, sinon à titre de « personnalités » invitées à donner sens à la révolte qui en sourd, ils ont su tirer parti des événements pour livrer enfin au grand jour (etau grand public) une vision de ce monde conforme à leurs propres aspirations. Une vision rehaussée par l’aisance de cette élite rompue au maniement du verbe et à l’échange d’arguments, acquis dans les joutes oratoires des milieux universitaires ou associatifs, et qui pouvait d’autant plus séduire les auditeurs, téléspectateurs ou interlocuteurs, qu’elle contrastait avec la « révolte muette » des cadets déshérités aux prises avec la police.

    À l’instar des « Blancs » éduqués du siècle passé à l’égard de feu le mouvement ouvrier, qui se réclamaient de lui afin de faire passer leurs propres revendications, les membres d’une néo-petite bourgeoisie « rebeu » ou « renoi » scolairement dotée se veulent aujourd’hui les intellectuels organiques d’un mouvement anti-« postcolonial » plus ou moins fantasmé mais conforme à leurs voeux. Excipant d’une origine ou d’un destin postulés communs avec celui des « jeunes de banlieue en colère », cette nouvelle intelligentsia s’est présentée tantôt comme leur porte-voix tantôt comme meilleure experte de leurs frustrations, leurs ressentiments et leurs désirs pour exprimer ses propres desiderata.

    Aussi B. Girard est-il fondé à en déduire que ses membres les plus en vue ont « fait main basse sur les émeutes», qu’ils ont « détourné les violences à leur profit ». Désireux avant tout de se positionner en acteurs incontournables sur la scène politico-médiatique, et scientifique aussi, il est logique qu’ils n’aient pas placé la question sociale au centre de leurs interprétations puisqu’elle n’a guère de raisons de figurer au centre de leurs préoccupations. Cette propension à ethniciser la conflictualité sociale transparaît encore, bien que de manière plus subtile et plus sophistiquée – et quelquefois alambiquée –, dans le dossier de Lignes consacré au « soulèvement des banlieues ».

    Comme il fallait s’y attendre de la part d’une revue à dominante philosophique située « à gauche de la gauche » – tendance radical-chic –, il ne s’agit pas d’un dossier à charge contre les fauteurs de troubles, mais, au contraire, d’un plaidoyer principalement destiné à « montrer que les diverses raisons exposées à gauche pour se désolidariser de ces jeunes révoltés des nuits de novembre méritent d’être réexaminées, et qu’elles ne résistent pas à l’examen ».

    Or, si elle n’évacue pas totalement le soubassement socioéconomique des aspirations égalitaires implicitement portées par la révolte, cette déconstruction n’en privilégie pas moins la dimension « postcoloniale » voire raciale du tort fait à ces jeunes Français qui, du fait d’être parqués dans des enclaves socialement, culturellement et surtout politiquement déconnectées du territoire de la République, « ne sont pas à proprement parler des habitants de la France ».

    Commander ? Cliquez ci-dessous, vos livres vous seront expédiés sous 2 à 4 jours :
  • Les frais de port

    Depuis quelques temps, les grands sites de vente à distance offraient les frais de port sur les livres. Attaqué par le Syndicat de la Librairie Française, le système a été déclaré illégal...

    http://www.generalia-software.com/thundersite/interface/ts/logo_amazon.gif Une fois encore, la "Justice" est venu supprimer un droit que l'on avait offert aux plus modestes. Les livres, produits culturels par excellence, pouvaient être achetés sur Amazon et sur d'autres sites ( livres-a-lire, notre librairie en ligne  par exemple ), en bénéficiant de la gratuité des frais de port. Une aubaine pour les foyers les plus modestes, qui pouvaient s'offrir le "luxe" de commander à distance, sans payer plus cher.

    Malheureusement, le Syndicat de la Librairie Française ne l'a pas entendu de cette oreille et a attaqué le site de vente à distance, pour concurrence déloyale, arguant que cette forme de vente à perte destabilisait le marché du livre, déjà très fragile...

    Le Tribunal de Versailles s'est rangé du côté des libraires en condamnant Amazon à 100 000 euros de dommages-intérêts. Le site dispose de 10 jours pour changer sa politique de paiement et une astreinte de 1 000 euros par jour sera effective au delà de ce délai...

  • Resistance musclée

    Des tentes pour les sans abris…
    Merci Liliane de m'avoir donné ce texte et cette photo ! Crédit photo : Charles Platiau

    b9a6b0a816f703eaa7bfb5e228c42bec.jpg 

    Á 10h30, une centaine de journalistes couvrant le rassemblement de plusieurs associations s’étaient donné rendez-vous sous le pont d’Austerlitz.

    Tandis que ce leurre stratégique faisait diversion, une action citoyenne, sur les quais aux abords de Notre-Dame de Paris, rassemblait différentes associations et au moins un millier de personnes conduites par Les Enfants de Don Quichotte, surprenant touristes et forces de l’ordre par son ampleur et sa rapidité.

    Á 11 heures précises, plus de 200 tentes se déployaient à la vitesse grand « V », portées et déposées les unes à côté des autres, pour être ensuite reliées entre elles par les participants présents.

    Ceux-ci se sont alors placés devant chacune d’elles, voire même à l’intérieur.

    … détente pour les CRS ? 

    Si les forces de l’ordre ont tout d’abord donné une impression de lenteur, leur intervention s’est ensuite révélée rapide et plutôt musclée face à des citoyens pacifistes.

    Tout d’abord postés nombreux à chaque extrémité de l’alignement des tentes, ils tentent de repousser la foule venue soutenir les sans abris.

    Dans le mouvement, un des responsables du Secours Catholique, acculé au muret du quai, perd l’équilibre, goûtant le froid des eaux de la Seine , secouru par les hommes grenouilles de la brigade fluviale de Paris sur le qui-vive.

    Au même moment, une marseillaise entonnée sur les quais, est reprise par les touristes sur les ponts, tandis que les occupants continuent à résister à l’évacuation.

    medium_1°_de_couv.png

    Même conviction, même punition : chacun est sévèrement bousculé, que ce soit les frères Legrand ou Jacques Deroo, molesté par un représentant des forces de l’ordre.

    Puis, les CRS ont commencé à couper les liens reliant chaque tente, au fur et à mesure qu’ils délogeaient, avec rudesse, les occupants des quais et jetaient les abris de toile contre le mur avant de les embarquer dans leurs camions.

    ‑ Vous n’avez rien compris ! Leur lance une personne qu’ils bousculent. Nous, on se bat en leur faveur, vous, vous battez contre nous !

    Retenus durant presque une demi-heure sur les quais, le groupe des derniers résistants encadrés par les forces de l’ordre, remontent enfin pour se diriger vers le parvis de la cathédrale pour continuer le mouvement pacifiste et citoyen en faveur des sans abris.

    Deux tentes rescapées sont installées symboliquement devant Notre-Dame, au milieu des personnes réunies.

    Il fallait bien quelques dizaines de CRS pour les confisquer !

    Retournement de situation : la foule les entoure, non pour un lynchage, mais entonne à nouveau la Marseillaise , comme pour leur prouver que cet hymne est celui de toute personne libre.

    Libre de vivre, de manger à sa faim, de se loger décemment, d’avoir un travail, d’obtenir des soins, de dire son indignation, haut et fort.

    Tard dans la soirée, l’action se termine, le rassemblement se dissous, mais, qu’on se le dise, le combat n’est pas fini.

    Liens

    JDD

    http://www.lejdd.fr/cmc/societe/200750/les-don-quichotte-evacues_79684.html

    L’Express

    http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=60185

    Boursorama

    http://www.boursorama.com/pratique/actu/detail_actu_flash.phtml?&news=4941947

    Le Monde

    http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-33617100@7-37,0.html

    Seniorpalnet

    http://www.seniorplanet.fr/actualite/depeche-afp.071215131613.xzpfuk8v.xml.html

    RTL info http://www.rtlinfo.be/news/article/71325/--Les+Enfants+de+Don+Quichotte+installent+des+tentes+pr%C3%A8s+de+Notre-Dame+de+Paris

    LCI http://tf1.lci.fr/infos/france/societe/0,,3652451,00-don-quichotte-investissent-parvis-notre-dame-.html RMC http://www.rmc.fr/edito/info/21777/la-police-deloge-les-don-quichotte-a-paris/

    Dailymotion http://www.dailymotion.com/playlist/x9afc_laurent_montmartre_les-enfants-don-quichotte-a-notreda/1

    Rue 89 http://www.rue89.com/2007/12/15/les-don-quichotte-evacues-par-la-police-mais-toujours-determines

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu