Avertir le modérateur

  • Les coulisses du village de l'espoir

    1317316184.PNGComme dans le précédent ouvrage de Liliane Gabel "Si l’exclusion m’était contée", celui-ci traite également de la gestion de l’exclusion, sur la base d’une nouvelle expérience passionnante au sein de l’équipe éducative d’un village pas comme les autres.

    Le défi est loin d’être raisonnable : prouver l’efficacité rapide de cette structure pilote.

    Or, il faut du temps aux plus démunis comme à n’importe qui, pour se poser, pour se reconstruire, pour "renaître".

    Mais le temps leur est compté.

    Tout est compté : les aides financières, les lois…

    Illustrés pas des anecdotes piochées dans la vie quotidienne du village, Liliane présente ici ses constats, ses conclusions et propose des esquisses de solutions, en toute humilité.

    Elle s’inspire de lectures traitant du même sujet ainsi que de réflexions de Thomas Mur (déjà cité dans le précédent ouvrage) qui remarque : « Dans le monde, il existe des endroits où l’on trouve moins de travail, moins de richesses, moins de logements mais pourtant... moins d'exclusion ».

    L’essentiel de la tâche des travailleurs sociaux est d’amener les personnes qui vivaient à la rue à se reconstruire puis, à tisser à nouveau des liens, à aider au nouvel apprentissage d’une vie sociale ordinaire et quotidienne.

    C’était exactement le but de ceux qui s’étaient engagés au service des résidents du Village de l’Espoir...

     

    ISBN : 978-2-915640-73-1

    14,90 €

    Pour commander merci de cliquer sur la vignette ci-dessous :

    1317316184.PNG
  • La presse en parle !

    Immigration : Lettre ouverte aux humanistes en général et aux socialistes en particulier

    Le telephone sonne, France Inter le 23 juillet, le jour de la sortie du livre : Le téléphone sonne sur France Inter le jour de la sortie du livre !

     Et Sud Ouest : 1945788855.png700974652.png

    Cliquez sur la petite couverture !
  • Vêtements d'Hiroshima

    Quelques mots sur une exposition récente à la galerie municipale.

    Celle de Michel Aguilera, photographe, qui à partir d’images de vêtements ayant appartenus à des personnes victimes des bombardements atomiques américains sur le Japon, reconstitue avec une humilité et simplicité toute la beauté d’une ignoble horreur.

    Il a réalisé ses prises de vue à partir d’un appareil artisanal en bois avec le procédé dit du calotype.  Une technique qui remonte à la naissance de la photographie et qui consiste en une impression directe sur papier photographique avec des temps d’exposition de plusieurs secondes.

     

    «Ce dispositif particulier, écrit-il, comparable à un rituel s’est imposé à moi pour sa lenteur suscitant le respect et le recueillement. La modification assez inattendue du rendu photographique, par l’accentuation des contrastes et la transformation des couleurs, m’inspirait les effets imprévisibles des radiations atomiques comme révélant l’irradiation même des victimes».

     

    Chemise, pantalon, robe s’agranent sous nos yeux, tachés de sang ou maculés de traces de brûlé, de charbon. Ces vêtements tachés exposés comme en vitrine d’un prêt à porter de la mémoire, soulignés de petits textes courts précisant ce que fut la vie et la mort des corps qui les portaient lorsque la bombe explosa sur Hiroshima, sont d’une implacable réalité. Visitant l’exposition un dimanche, écoutant les réflexions d’enfants, accompagnés de leurs parents, devant ce déroulé de l’indicible devenu voyant et évident, je pensais à la campagne « nos villes ne sont pas des cibles » lancée par le réseau mondial des Maires pour la Paix, Majors for Peace.

     

    L’abomination actuelle de l’arsenal nucléaire est, sans fioriture ni discours au coeur même du travail de Michel Aguilera et à notre portée : le quotidien, le risque permanent de l’anéantissement civil.

    Dominique Vétillard

    Exposition d'oeuvres d'art :

    30 Tirages photographique originaux (Calotypes) 40X60  - Contre collage PVC  - Plastification  - Caisse de transport

     

    Location  : Semaine, quinzaine, mois...

    Assurance obligatoire, transport en sus. Demande de tarifs, nous consulter, à partir de 1000 €uros HT.1412932114.jpg

     

     

     

     

    1464127572.jpg

     

     

    473346693.jpg 

     

     

  • Carnet de voyages ...

    Edition numérotée - 100 exemplaires - Edition numérotée - 100 exemplaires -1007549907.png

    Connaissez-vous les îles Saint-Paul et Amsterdam ?

    Elles sont situées dans l’Océan Indien en marge des eaux froides des Terres Australes et Antarctiques Françaises… Mais j’en dévoile déjà trop. Ce livre va vous y emmener et va, à la façon de Lord Byron ou de Théodore Monod, vous décrire leur histoire, leur faune, leur flore, les bases et les hommes qui ne font qu’y passer. En effet, là-bas, la nature est si puissante que l’Homme y est comme la mousse qui tente d’y croître, une balle légère poussée et chassée par des vents bénis d’Éole. Alors en route pour ces îles, avec un homme qui fut poussé, que dis-je, balayé par ces vents.

    Olivier Binois

    Professionnel du noble métier qui cuit l’artiste s’il est trop près du piano, il a hiverné sur l’île d’Amsterdam en 1993 (44e mission). Il aimerait bien y revenir ; comme beaucoup d’autres anciens hivernants d’ailleurs.

     Pour le commander cliquez sur cette vignette1007549907.png

  • Les vêtements suite...

    950842266.jpg

    Souhaitant toucher un large public – parce que la tragédie vécue à Hiroshima et Nagasaki appartient à l’Histoire de l’Humanité (au passif de son patrimoine pourrait-on dire) – nous avons décidé de présenter ces photographies dans un livre. Le succès de l’exposition et l’impact émotionnel qu’ils éveillèrent chez de nombreux visiteurs laissent entrevoir l’accueil que pourrait avoir un tel ouvrage dans l’opinion.
    Notre implication et notre détermination en faveur de la paix trouvent naturellement des relais à travers ce livre. Nous sommes intimement persuadés qu’il participe de l’amitié entre les peuples et ne peut que s’inscrire positivement dans le développement des relations franco-japonaise dont on célèbre cette année le 150e anniversaire. Au demeurant le travail de Michel Aguilera effectué en étroite collaboration avec la municipalité de Hiroshima et le staff du musée mémorial, illustre merveilleusement la richesse desdites relations.
    Depuis le début de cette aventure la ville de Vitry-sur-Seine, messagère de paix, accompagne le travail de ce photographe et lui donne une visibilité remarquable.
    La parution du livre serait aussi pour elle consécration de cet accompagnement.
    Dès à présent nous faisons notre la démarche de le promouvoir auprès des autres communes du département et au-delà à travers les Alliances Culturelles des pays d’Europe et d’Asie.

    A paraitre en septembre 2008

    Cet ouvrage sera, dans son contenu, décliné en 4 langues : Français, anglais, espagnol et Japonais

    L'auteur : Michel Aguilera, photographe professionnel

    Préface de M. Tadatoshi Akiba maire de Hiroshima.
    Témoignages des Hibakushas recueillis par Nicolas Grossé.

    Texte de poésie de Gilbert Moreau

  • Une affaire personnelle

    1954165954.jpgCopinage !

    Sept années de procès, tant judiciaires que médiatiques: voilà ce qu'aura rapporté à Denis Robert son enquête sur Clearstream. Mais pour l'ancien journaliste de «Libé», après la découverte de ces financements occultes, tourner la page n'est pas simple. C'est ce qu'il raconte aujourd'hui dans «Une affaire personnelle». Extraits :

    Je est un autre

    J'ai parfois l'impression que Denis Robert est un type que je connais de loin et qui a pas mal d'emmerdements avec les banques, les huissiers, les journalistes installés et la droite au pouvoir. Quand je pense à lui, je me dis que sa vie doit être vachement compliquée. Je n'aimerais pas être à sa place. Le seul problème, et il est de taille, c'est que Denis Robert, c'est moi.

    Harcèlement

    Je range les plaintes déposées contre moi, les assignations et les lettres que m'apportent huissiers et facteurs, dans une commode de mon bureau. Les quatre lettres reçues la semaine du concert de La Passerelle viennent des avocats de la multinationale. Elle est chargée d'effectuer et d'enregistrer des transactions financières internationales entre banques, diverses sociétés et institutions. Dès que je m'exprime à son propos et que je dénonce son fonctionnement, une plainte tombe. Les lettres sont des rappels judiciaires de ces plaintes. En six années, quatre tiroirs et autant de boîtes à archives se sont remplis de missives à caractère judiciaire ou coercitif.

    Au fil des mois, mes adversaires se sont diversifiés. Deux banques, un pays, des hommes politiques, des journalistes, plusieurs services juridiques, quelques chargés de communication, des avocats sont venus soutenir la multinationale dans son combat contre moi. C'est ma routine. Le signe que j'ai dû toucher un point sensible. À moins que je sois devenu complètement fou. Il m'est arrivé de me poser la question.

    Oublier Clearstream

    Dès qu'un journaliste évoque l'affaire à la télévision, mes filles zappent. Je leur ai fait la promesse de ne plus prononcer le nom de la multinationale. Même si ça me démange parfois :

    - Je te jure chérie. Plus un mot sur eux.

    - Qui, eux ?

    - Personne.

  • le Leprest de la semaine

    La colère

    Ca te vient, ça t'arrive, cent clébards dans la tête,
    Une locomotive, un barrage qui pète
    Ca te sort d'une graine et ça devient un tronc
    Et les branches d'un chêne qui t'éclatent le front
    C'est jouir à l'inverse, c'est un ciel à sanglots
    Et son grelon qui perce les parois de la peau
    C'est pleurer à l'envers, le pétard de la peine
    L'orgasme de la haine. C'est s'entr'aimer quand même,
    La colère

    C'est un piano qui cogne dans l'orchestre des veines
    Ce pipeau dont l'haleine sent mille saxophones
    C'est la sueur de décembre, mourir en italique
    Vouloir nouer ensemble la Manche et l'Atlantique
    C'est une épée tendue à la barbe des cons
    Une fleur de passion aux pétales pointus
    C'est le jour moins le jour, c'est un accouchement
    Sans l'aube d'un enfant, les mâchoires de l'amour,
    La colère

    C'est les yeux qui s'effritent et le poing qui se blesse
    Au tranchant des caresses, au baiser de la vitre
    "Patron, une dernière, à la santé du diable !"
    Et je casse mon verre sur le bord de la table
    C'est un rire qui balance sous le ciel des gibets
    Et son sexe bandé en haut de la potence
    C'est le cœur éclaté mais c'est mieux que se taire
    De pouvoir la chanter, comme hurler de colère,
    Sa colère

    C'est l'anus du Vésuve dessous ma casserole
    Un fleuve de pétrole où navigue l'étuve
    La langue qui s'embrase, la salive qui brûle
    Et le ventre qui hurle pour attiser les phrases
    Cette vague de braises au bûcher de la mer
    Cette écume incendiaire qui lèche la falaise
    C'est un feu de chevaux lancés au cœur des champs
    Et le vent qui reprend l'odeur de leurs sabots,
    La colère

    C'est sauter à deux pieds sur l'édredon des ronces
    La rage qui défonce les portes enfoncées
    C'est l'opéra du cri, l'orage de tes bras
    C'est cracher du lilas à la gueule des orties
    C'est un hymne de fou, c'est l'étincelle noire
    Qui porte à la victoire l'agneau contre le loup
    Un baiser en dedans à l'amitié complice
    Qui mord à pleine dents le cul de l'injustice,
    La colère

        Paroles: Allain Leprest. Musique: Georges Augier   1998  "Nu"
    © Night and Day

  • L'ALTERNATIVE A GAUCHE, ORGANISONS LA AUSSI DANS LE VAL-DE-MARNE

    Comme les mois précédents, juin a été l'occasion pour des centaines de milliers d’entre nous de battre le pavé aux quatre coins de France. Il faut dire que le gouvernement Sarkozy-Fillon ne nous laisse ni le choix, ni le temps de souffler. Après 15 milliards d'euros de cadeaux fiscaux accordés aux plus privilégiés l'été dernier, c'est le pacte social et républicain né à la Libération qui se voit petit à petit dépecer. La sécurité sociale est mise à mal au travers des cyniques franchises médicales. L'école est mise dans l’impossibilité de remplir son rôle d'un service public d'éducation ambitieux pour toutes et tous. Les chômeurs se voient rendus responsables de leur situation et menacés de sanction s’ils n’acceptent pas d’être condamnés à la misère des petits boulots précaires et déqualifiés. Des hommes, des femmes, des enfants sans-papiers sont pourchassés au nom d’une comptabilité inhumaine.

    Les 35 heures et les retraites sont désormais dans le viseur des snipers du gouvernement. La perspective de la retraite s'éloigne en effet pour beaucoup d’entre nous avec l'allongement de la durée de cotisation, dont le but à peine caché est de mettre à bas le régime par répartition pour obliger les salariés à cotiser individuellement à des fonds de pension à caractère financier. C'est la même idéologie régressive qui vise à battre en brèche les 35 heures. En jouant sur tous les tableaux à la fois, le gouvernement entend faire plier le mouvement social. Mais ne nous y trompons pas. Il s'agirait là d'un recul sans précédent qui irait à l'exact inverse du cours de l'Histoire : l'allongement sous toutes ses formes du temps passé dans une vie à travailler.

    À l’heure où la crise environnementale se traduit plus durement au plan économique et social, le gouvernement n’a aucune intention de remettre en cause les modes de production et de consommation actuels (et surtout pas les profits qui vont avec !). Il préfère laisser régler l’addition par les plus pauvres, quitte à lâcher quelques mesures dilatoires si la pression se fait trop forte.

    Si les manifestants de 2008 se sont si fortement mobilisés et continuent encore de défiler, c'est qu'ils n'ont pas perdu espoir et aspirent à un réel changement. On s'est souvent plaint dans les cortèges de l'absence de réaction de la gauche face aux attaques gouvernementales et de son incapacité à incarner une alternative crédible. La demande pour que se dessine enfin une réponse politique  aux revendications et  aux aspirations du peuple de gauche n'a jamais été si forte.

    C'est parce que la situation politique et sociale de notre pays l'impose que le journal Politis relayait le 15 mai dernier l'appel : « L'alternative à gauche, organisons là »*. Trois semaines après, cet appel est déjà un succès avec plus de 7500 signataires. Dans le Val-de-Marne, ce sont plus d’une centaine de citoyennes et de citoyens qui ont  rejoint cet appel. Rien d'étonnant à cela. Notre département a largement montré lors du référendum du 29 mai 2005 son refus  d’accepter la fatalité des politiques libérales et depuis, dans les luttes comme dans les urnes, sont refus de se résigner à la politique de la droite.

    *Se reporter au site de Politis http://www.politis.fr/L-alternative-a-gauche-organisons,3708.html qui détaille chaque semaine les réactions et les débats qui se manifestent à propos de cet appel.

     

  • Antoine a pris le large...

    1181102909.PNG

    « La mort n’est rien.

    Je suis seulement passé dans la pièce d’à côté.

    Je suis moi, vous êtes vous.

    Ce que nous étions les uns pour les autres,

    Nous le sommes toujours.

    Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné.

    Parlez de moi comme vous l’avez toujours fait.

    N’employez pas un ton différent,

    ne prenez pas un air solennel et triste.

    Continuez à rire de ce qui faisait rire ensemble.

    Que mon nom soit prononcé comme il l’a toujours été,

    sans emphase d’aucune sorte,

    sans une trace d’ombre.

    La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié.

    Elles est ce qu’elle a toujours été.

    Le fil n’est pas coupé.

    Pourquoi serais-je hors de votre pensée simplement

    parce que je suis hors de votre vue ?

    Je vous attends.

    Je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin.

    Vous voyez, tout est bien.

    Chanoine Scott Holland

    Au regard des engagement d'Antoine, il souhaite à la place des fleurs que des dons soient adressés à

    SOS Enfants

    8 rue du Château des Rentiers

    75 013 Paris

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu