Avertir le modérateur

Toulouse-la-Rose

P1000607.jpgDe nationalité française et de traçabilité basque, Toulouse-La-Rose, s’est également compromis sous les noms d’Ignace de l’Aïoli, d’Isidor Cocasse, d’Amstel Joviale ou encore d’Eschyle Zavatar- est né le 1er Juillet 1955 entre Auschwitz et Kigali, soit à Oloron-la-vieille, de père et de mère inconnus des services de police.

Elève plutôt rétif dans un lycée pourtant reculé où la philosophie déjà décentralisée n’y faisait pas moins ses ravages, il décide, au moment de passer en phase « terminale » (la classe), de rester finalement et définitivement un branleur de première (la super classe).

De fait, notre homme n’ayant aucun diplôme à se reprocher, seule une poignée de patrons rédhibitoires tentera de le détourner du droit chemin de traverses.

En "vin". Aujourd’hui, Toulouse-La-Rose habite cette ville où, il y a peu encore, l’on « préférait y vivre pauvre plutôt que riche n’importe où ailleurs ». Chercheur occasionnel à l’IMB (Institut du monde basqueastopituhandi@kaxoo.fr) et rédacteur assidu dans la revue thématique Social-traître, il y est en passe de devenir sous nos yeux éblouis un mythomane mondialement reconnu, dont l’érudition spontanée n’a d’égale que la simplicité maladive avec laquelle il regarde passionnément le monde courir à sa perte.

Bref, un auteur atypique avec lequel, en petites coupures comme en grosses, il faudra désormais compter.

Pour voir son livre c'est ici :

1° de Couv Sans culottes.png

Commentaires

  • Sous le pseudonyme éclatant de Toulouse-la-Rose se cache (bien mal) le dénommé Gilbert Oscaby, présentement parisien et montmartrois. A la tienne, mon gars !

  • LE talent l'immense talent ! Son livre est remarquable d'intelligence !
    A la tienne !!!!;-))))

  • Drôle et profond, cet opus restera dans la mémoire de ses contemporains comme une des œuvres majeurs de ce temps ! Un Génie (n'ayons pas peur des mots !). Moi aussi je dis : à la tienne Gilbert !

  • Oui, c'est vrai, un homme capable d’écrire cela est capable de tout mais de là à crier au génie ! Je le dis d'autant plus volontiers que Gilbert Oscaby est un ami et lui sait de quoi on parle quand on dit "génie". En tout cas, tout ce qu'écrira TlR me fera toujours rire !

  • Moi aussi je sais de quoi je parle... Dans le pamphlet c'est un génie, je persiste et signe ! ;-)

  • Vous êtes sûrs qu'on n'est pas dans une séquence des Fatals Flatteurs ? Crier au génie confine ici à la flagornerie. J'ai lu l'ouvrage de Toulouse-la-Rose (ou Gilbert Oscaby, on ne sait plus), il n'y a pas de quoi faire un fromage. C'est le genre de livre qui ne passera pas l'été : aussi vite lu, aussi vite oublié…

  • Oh la vilaine qui n'a jamais écrit une ligne et qui porte des jugements, si les critiques avaient la faconde de l'auteur nouse saurions ! Le prochain tu vas le colorier ?

  • On voit qu'Al1 ne supporte pas une opinion divergente de la sienne et cherche à dévaloriser toute critique en la féminisant : complexe de machiste !
    Reste que ce prétendu chef-d'œuvre d'un génie éblouissant n'obtiendra ni gloire ni reconnaissance : c'est le destin commun de ce qui reste assez banal, voilà tout. Et les compliments outranciers n'y changeront rien. Il n'y a chez Toulouse-la-Rose/Gilbert Oscaby rien de transcendant, seulement un côté potache attardé qui prête à sourire le dimanche en fin de journée…

  • Tu n'as, semble t-il,
    aucun sens de l'humour...
    Aucun recul, tu n'as pas compris le contenu du bouquin, la seule chose c'est une critique sur livre, ce qui est parfaitement ton droit, c'e qui serait mieux, que tes lieux communs, sur cette critique c'est une analyse sur le fond...là c'est plus compliqué pour des cerveaux en mal de développement....

  • Ah, ça s'aigrit (si, si, je le sens, quand on conteste l'humour des autres et leurs cerveaux, ça s'aigrit). Retirons-nous sur la pointe des pieds et laissons le thuriféraire et son idole en tête-à-tête… ils ont tant à se dire !

  • A défaut d'avoir lu le livre et d'y porter donc un jugement digne de ce nom, tu tu te réfugies dans une pirouette, tu n'as plus grand choses a faire ici si ce n'est des lieux communs pour que ta critique soit plausible il serait heureux que tu en sois capable. Bye et bon courage sur le paquebot de feu Saint Cloud via Nanterre, bonjour à la Marine, les arguments étant les mêmes...

  • Aïe, aïe, aïe, ça s'aggrave, voilà la crise de paranoïa : si on ne trouve pas génial le bouquin de son ami Toulouse-la-Rose (ou Gilbert Oscaby, on ne saura jamais), AL1 vous catalogue Saint-Cloud-Marine (vous voyez l'allusion fine ?).
    Aucune autre alternative : AL1 est sûr de son fait, le procureur a parlé, une tête sera coupée !

  • A quand la critique sur le fond du livre...?je ne conteste pas le fait que ce livre soit critiquable, je conteste le fait de balancer des "lieux communs" sans parler du fond, l'allusion est une métaphore pour montrer s'il en est l'incohérence de ta "critique" et les Mmes manières de faire. Inutile de répondre a défaut d'enfin porter un jugement sr le fond sur cet écrit

  • L'opinion, qu'elle soit féminine ou pas, n'a rien à voir avec la critique et...la critique de la critique (ceci dit sans vouloir embrouiller qui que ce soit). Au demeurant, Toulouse doit s'en foutre comme de sa première chemise qui est peut-être aussi sa dernière compte tenu de son nombre d'annuités à récupérer pour prétendre espérer une allocation de sortie de fin d'études... Donc, point de flagornerie dans mon propos (je tiens ici à mettre les points sur les i, ahahahah!!) pour dire que ça faisait lurette que le pamphlet populaire était passé de mode alors même qu'il avait toutes les raisons d'exister. Toulouse n'est qu'un descendant de 1789 qui a eu le mérite de ne pas l'oublier. Qui sait les soubresauts connus par l'espoir d'un monde meilleur pour les gens de peu: de la commune de 1871 à l'Espagne de 1936 et qui attend, comme tant d'autres (et j'en fais partie) que cette putain de bourgeoisie atterrisse enfin sur le fumier où elle finira un jour par pourrir.
    Salut & fraternité

    G. MOREAU

  • Bonjour Gilbert,
    Serais tu le Gilbert musicien révolté du lycée louis Barthou de Pau au siècle dernier dans les années 1970 / 1973
    Patrick

  • Une rencontre avec Toulouse La Rose dans une galerie sur la Butte. Au plaisir de rester en contact. La Canado-suisso-franco béarnaise montmartroise d'adoption.
    Véronique

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu