Avertir le modérateur

  • Clémentine Autain et le livre : L'homme féministe : un mâle à part ?

     Sa préface :

    Qui a écrit en 1673 que « les deux sexes sont égaux : c’est-à-dire, que les femmes sont aussi nobles, aussi parfaites, aussi capables que les hommes » ? Un certain François Poulain de la Barre, philosophe précurseur totalement méconnu.

    Qui a défendu pendant la Révolution française, dans un pamphlet intitulé Sur l’admission des femmes au droit de cité, l’idée selon laquelle « ou aucun individu de l’espèce humaine n’a de véritables droits, ou tous ont les mêmes ; et celui qui vote contre le droit d’un autre, quels que soient sa religion, sa couleur ou son sexe, a dès lors abjuré les siens » ?

    Un homme également, le révolutionnaire Condorcet.

    Aussi minoritaires fussent-ils dans l’histoire, des hommes ont plaidé pour l’égalité entre les sexes. Et pourtant… Le féminisme est perçu comme un combat féminin. Ses mouvements ont longtemps été composés quasi exclusivement de femmes et ses grandes figures sont féminines, d’Olympe de Gouges à Simone de Beauvoir en passant par Madeleine Pelletier.

    Dans les années 1968, la non mixité était même revendiquée haut et fort. « Ne me libère pas, je m’en charge », clamait-on à l’époque du MLF. Cet « entre soi » féminin fut une étape nécessaire pour produire du politique à partir du privé, grâce à la mise en commun et à la déconstruction des vécus intimes.

    En plagiant la célèbre formule de Marx, on pourrait postuler que l’émancipation des femmes sera l’œuvre des femmes elles-mêmes. Mais, si celles-ci constituent de façon décisive le moteur de l’histoire de l’égalité entre les sexes, les hommes ont partie liée avec cette affaire politique. Car le féminisme est un humanisme. C’est un parti pris, un engagement social et politique pour l’émancipation des femmes, en droit comme en fait, au nom de valeurs qui n’appartiennent à aucun sexe.

    Par ailleurs, les hommes sont directement concernés par le féminisme. La hiérarchie et la dualité des rôles sexués sont en cause. Autrement dit, si l’on change la place des femmes dans la société, on modifie également celles des hommes.

    Ont-ils tout à perdre à l’égalité, au partage des pouvoirs, des savoirs et des temps ? Rien n’est moins sûr. Les modèles de virilité sont aliénants. La séduction et la sexualité restent enfermés dans des moules sexistes qui brident la liberté, la créativité, l’authenticité des relations.

    L’espace privé historiquement dévolu aux femmes, et notamment le rôle parental, recèle des tâches pénibles mais aussi des joies et des richesses dont les hommes peuvent légitimement regretter d’être exclus ou encore mal inclus. En somme, les chemins balisés par avance en fonction d’une appartenance biologique à l’un des sexes nuisent à la liberté véritable de chacune et de chacun.

    La révolution – et je pèse mes mots ! – au XXème siècle en matière de droits des femmes permet aujourd’hui de reposer les enjeux féministes. Avec une équation qui reste entière, celle de l’articulation entre liberté et égalité.

    Nous savons à quoi ressemble l’inégalité et l’aliénation, nous cherchons encore le visage de l’émancipation véritable. Pour trouver le chemin, les hommes aussi ont à décrypter leur quotidien, leurs désirs, à mesurer combien leur privé est aussi politique.

    La mixité du combat féministe s’affirme. Ce livre en témoigne. Des hommes prennent progressivement conscience de ce fait : le défi féministe les concerne. Écoutons donc ce qu’ils ont à en dire...

     Clémentine Autain

     

     

    En cliquant sur la vignette, vous pouvez en savoir plus, et même le commander !

    1° de couv avecPP.jpg

  • Brassens for ever !

     

    70.jpgDepuis que Georges Brassens nous a quitté voilà une trentaine d'années, et ça fait un bon bout de temps, de souvenance, il ne cesse de musarder dans son jardin des délices poétiques tout autant que chansonniers.


    Oui,déci delà, il musarde donc entre allées musicales, massifs de rimes ondulantes, taillis de chansons, broussailles de mots veloutés, fourrés de bonne grogne, bosquets de paillardises. Il y trouve même une fraîche tonnelle d'humanité flanquée d'une rude treille au cépage de vérités.

    Ainsi l'Artiste de la Porte des Lilas lui a offert, à lui l'humble crayonneux et rimailleur de bonne errance, une tournée de ce vin d'écrits qui tache et vous saoule d'allégresse si bien qu'il ne cesse d'y repiquer en moultes goulées.

    Et il continue ses ballades en musardises.

     

    Un imagier au long cours.

     

    Cliquez sur cette vignette !

    1 de couv Georges.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu