Avertir le modérateur

Politique - Page 3

  • science fiction

    C’est une histoire qui se passe sur une autre planète.

     

    Les gens de cette planète sont de couleur BLEUE, VERTE, ROSE ou ROUGE.

     

    En fait, leur couleur dépend uniquement de leurs idées du moment.

    Aussi n’est-il pas rare qu’un VERT devienne BLEU ou ROUGE, parce qu’un BLEU ou un ROUGE l’aura convaincu, ou qu’un ROSE un jour, soit VERT le lendemain.

     

    Sur cette planète, on connaît une forme de démocratie qui consiste, tous les 5 ans, à élire un chef de la même couleur que la majorité des gens.

    Pour les élections tout le monde se réuni dans un même endroit et chacun se range par couleur, les BLEUS à droite juste après les GRIS, les ROSES à gauche, à coté des ROUGES, les VERTS et les CACAS d’OIE là où il reste de la place.

    Les rangs ainsi formés on compte et l’on désigne chef, le candidat des plus nombreux.

     

    Hors sur cette planète, il se trouve que récemment ont eu lieu des élections.

     

    C’était un BLEU qui était chef et avec d’autres BLEUS, ses ministres, il avait mené une politique exécrable.

    Il s’était attaqué aux retraites, à la sécurité sociale, aux services publiques et pour finir il avait même essayé d’imposer un faux contrat de travail pour les jeunes. Mais là s’en était trop et les ROSES, les ROUGES, les VERTS étaient descendus dans la rue et le chef BLEU avait dû reculer.

    Lors d’élections intermédiaires pour connaître l’avis de la population, un jour sur le découpage régional et  un autre jour sur un projet de constitution commune avec des planètes des alentours, à chaque fois il  s’était avérer que le total des ROSES, ROUGES, VERTS était supérieur au total des BLEUS et a chaque fois le chef BLEU avait dû reculer.

    Il était donc évident pour tout le monde qu’à ces élections, les BLEUS allaient perde.

    Surtout que le BLEU qui se présentait pour futur chef, était encore plus BLEU que les autres. Outre le fait qu’il avait été ministre du précédent, il avait à maintes occasions, tenu des propos grossiers sur les jeunes qui ne pouvait que créer le rejet de sa personne.

    La cause était donc entendue les BLEUS n’avaient aucune chance.

    Mais à partir de ce moment, tout alla de travers.

    Au lieu de s’unir les anti-BLEUS se divisèrent.

     

    Chacun voulu montrer sa nuance, il y eu des VERTS EMERAUDE, des VERTS PRE, des ROSES BONBONS, des FUSHIA, des TIRIENS (qui font quand même plaisir) ,il y eu des ROUGES CARMIN, des VERMILLONS, même des ROUGES SANG.

     

    Sans compter que les CACAS D’OIE prétendirent être MAUVES, ce qui ajouta encore à la confusion.

    Après quoi les ROSES au lieu de dire qu’ils étaient ROSES se prétendirent JUSTES ce qui est une couleur que personne n’avait encore jamais vue. Dans leur discours ils agitaient des drapeaux au lieu d’agiter des idées, ils allèrent même jusqu'à prétendre que des idées ils n’en avaient point et qu’ils voulaient écouter celles des gens, lesquels gens savaient bien qu’ils n’en avaient pas.

     

    Les ROUGES, eux, dirent qu’ils n’étaient plus ROUGES mais couleur COLLECTIF couleur que là encore nul n’avait jamais vue.

     

    Quant aux VERTS à force de tergiverser sur les nuances à prendre, ils s’étaient fait piquer leur couleur par un peu tout le monde.

    Résultat seuls les BLEUS avaient l’air clair et disaient franchement qu’ils étaient BLEUS.

    Ils arrivèrent même à persuader les GRIS  que tout bien pesé ils étaient GRIS BLEU. 

    Et même quand le candidat BLEU sorti quelques énormités du genre que la couleur était héréditaire ou que s’il était élu, il s’occuperait plus de la couleur ARGENT que du BLEU, personne ne semblât lui en tenir rigueur.

    Aussi contre toute attente le jour des élections, les GRIS se dirent BLEUS, les BLEUS restèrent BLEUS, les MAUVES refirent un CACA d’OIE et les ROSES malgré le soutien des VERTS et des ROUGES qui il faut le dire avaient pas mal perdu de leur couleur après un premier comptage, n’arrivèrent pas à être les plus nombreux.

    Le soir des élections la candidate des ROSES eu beau dire que si eux les ROSES avaient été plus nombreux et bien eux les BLEUS auraient  bel et bien pris la pâtée, rien n’y fit, c’est un BLEU, qui fut élu.

    Les analystes de cette planète se perdant en conjectures ils firent appel à un terrien, moi-même, dont la qualité principale et d’être un daltonien reconnu.

    Ouvrant les yeux je m’aperçu très vite que si  nul n’hésite entre amis, en famille ou au travail à tenir des propos qui  font voir la vie en ROSE, une fois seul, tous ont une peur BLEUE.  Peur d’être malade, de perdre son travail, peur que la couche d’ozone ne leur tombe sur la tête, peur que leurs enfants ne réussissent pas à l’école, peur de vieillir, de grossir, peur des coups de soleil, du froid, peur de faire l’amour avec des inconnus, peur des envahisseurs, du changement en général, du bruit comme du silence, des voisins, des flics, peur de manquer d’eau, de pétrole, d’argent, peur de la facture du portable, des araignées, des chiens, de la volaille et même des vaches folles.

    Pour que les ROSES, ROUGES, VERTS l’emportent un jour, il faudrait que la peur se transforme en révolte.

    Mais voilà le problème avec la peur, c’est que plus on les collectionne et moins on a la capacité de lutter contre.

  • Sous l'usine la plage

    medium_medium_1936-affiche.3.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A l’occasion de son spectacle annuel,

    Arabesque et les éditions  « Les Points sur les I »,

    vous invitent à une  exposition sur le thème :

    «  1936 – Sous l’usine, la plage !
    A la conquète du temps libre ! »

    Avec la participation de Jean-Michel LETERRIER

     

    1936, année riche d’une aventure sociale,
    essentiellement marquée par l’acquisition des premiers congés payés.

  • Lettre ouverte à Azouz Bégag

    Cher Azouz,

    Je découvre votre blog hier ce soir... et je vais être sincère !

    Il y existe des propos inacceptables qui relèvent de la justice (les anonymes n'ignorent pas que l'adresse IP n'est pas "camouflée" et donc les auteurs de propos injurieux, racistes, doivent être démasqués et la loi doit faire son travail ...)

    J'en viens au propos de mon intervention :

    Je ne suis pas un de vos compagnons de route politique, je suis à l'opposé de Nicolas Sarkozy (sic) et néanmoins tout aussi éloigné de vos options politiques.

    Ce que j'ai aimé chez vous c'est votre courage politique, vos convictions ( pas obligé de les partager ) et surtout votre compassion et votre interpellation sur la situation des banlieues ce qui vous a opposé à Nicolas Sarkozy, encore une fois il n'est nullement dans mon propos de vous flagorner.

    Je voudrais vous faire rencontrer une personne qui, de 4 incarcérations et une prise de conscience, a depuis entamé des études supérieures d'un très haut niveau.

    Editeur (tout petit) et néanmoins attaché à des valeurs républicaines, voici un extrait de la préface d'un propos que je vais publier dans les prochains jours :

    "Les flammes de la révolte"

    **********

    Il est urgent que nous soyons transportés à l’hôpital social au service des grands brûlés, afin d’y être réanimés, soignés, avec les pansements de la renaissance identitaire.

    ***********

    Lorsque l’on pense aux États-unis on pense à Malcolm X, lorsque l’on pense à l’Afrique du sud on pense à Nelson Mandela, lorsque l’on pensera à la France, on pensera, pour sûr, à W.L.H l’Ambassadeur du ghetto….car l’Histoire est ainsi faite!!

    C’est dit. Ni rappeur, ni slameur, il est radicalement autre : dandy écrivain. Un torrent d’idées choc et de concepts novateurs, le tout agrémenté de citations et autres proverbes pertinents. Un bouleversement, une plume saisissante. Un séisme intellectuel qui brise le scepticisme et qui nous sonne, nous abasourdis, nous interloque.

    Pascal Sevran, Doc Gynéco, la tribu Ka, Diabledonné; en somme, quelques unes des marionnettes du crétinisme sont, au passage, raillées, à des degrés divers, dans une diatribe insolente, impitoyable à l’égard de l’inintelligence.

    W.L.H décortique les fondements du ghetto, la souffrance qui lui y est inhérente et y apporte des solutions concrètes. En résumé, il préconise, pour les jeunes du ghetto, la déconstruction de l’identité ghetto qui serait le résultat d'un fait social Durkheimien*, pour amener à la reconstruction d’une identité à Soi. Celle-ci permettrait à chacun d’être ce qu’il est et non pas celui que la Rue a voulu qu’il soit. Il baptise cette initiative la Renaissance identitaire !!!

    W.L.H persuade que l’on peut transcender le racisme, articulé autour des représentations sociales (stéréotypes, préjugés...), grâce au port sur soi-même de l’idée du Beau, tant physique, intellectuel que moral.

    Il en est l’illustration. C’est ce qu’il qualifie de Blackdandysme.

    Lorsqu’on le lit, on sait être face à un génie!! La plume incisive, le talent rhétorique, la verve et l’aplomb offerts en prime. L'évidence assomme l'esprit, il est le porte-parole du ghetto. Il en est le véritable Ambassadeur. C’est en sa qualité de diplomate, averti et téméraire mais aussi fort de son casier judiciaire (quatre incarcérations, entres autres), qu’il appelle Nicolas Sarkozy au débat.

    Mieux encore, il le convoque. L’idée de ce duel ne me parait pas fantaisiste. W.L.H en a l’envergure et le charisme.

    Olivia Nloga ( signataire de la préface )

    A vous lire, Cher Azouz, ma BAL est si vous le souhaitez (lespointssurlesi@wanadoo.fr) et pour ceux que cela démange d'apporter des propos à caractères racistes, votre adresse IP est automatiquement enregistrée....

    Bien à vous Cher Azouz et au plaisir de pouvoir converser avec vous.

    Alain GUILLO
    Editeur indépendant

    Editeur de « Plaidoyer pour l'immigration » et « Banlieue insurrection ou ras le bol ? » - Bernard Girard ( Docteur en philosophie )

    Ecrit par : AL 1 | 31.05.2007

  • De Jaures à Tillion

    Nicolas Sarkozy « drague »  Germaine Tillion

    Nicolas Sarkozy a rendu un  hommage à Germaine Tillion, à l'occasion de son centième anniversaire. Ethnologie, résistante de la première heure, déportée, opposante à la torture en Algérie.. Une femme de combat !

    "Je tenais à vous transmettre, en ce jour important, l'affection de la Nation toute entière", écrit-il dans une lettre lue mercredi à Germaine Tillion, à son domicile de Saint-Mandé, près de Paris, par le conseiller du chef de l'Etat pour la culture et l'audiovisuel, Georges-Marc Benamou.

    "Vous incarnez véritablement ce que l'on peut appeler le 'siècle Tillion'", ajoute Nicolas Sarkozy à l'adresse de celle qui fut l'une des fondatrices du "Réseau du Musée de l'Homme", dès l'été 1940 et les premiers mois de l'occupation allemande.

    Arrêtée le 13 août 1942 par la police allemande francaise après une trahison, elle a été détenue 14 mois dans la prison de Fresnes, puis déportée à Ravensbrück, d'où elle ramènera, avec l'oeil de l'ethnographe, un témoignage sur la vie dans les camps de concentration nazis.

    Elle y a côtoyé une autre grande dame de la Résistance française, Geneviève Anthonioz-de-Gaulle, nièce du chef de la France Libre et fondateur de la Ve République et compagne de Marie Claude Vaillant Couturier en déportation… qui témoigne au procès de Nuremberg.

    "L'ethnologie, le féminisme, évidemment, la Résistance, la déportation, les combats sociaux, la guerre d'Algérie mais aussi tant de livres, tant de travaux de recherches (...) Sachez, chère Germaine Tillion, qu'à travers vous, c'est devant une certaine idée de la France que je m'incline aujourd'hui", conclut Nicolas Sarkozy.

    Donc, Guy Môquet et Germaine Tillon, et juste après Jaurès… va lui manquer De Gaulle et Malraux ( pour la guerre d’Espagne ?), après il va nous servir ses autres amis,  les fondateurs d’Occident et d’Ordre Nouveau ( pour l’extrême droite) , Longuet, Madelin, Devedjian entre autres, puis, pour se donner bonne conscience va nous ressortir les anciens combattants de 68 ( faut pas pousser il a déjà Kouchner..- ;) ) et enfin la médaille du mérite ou celle d’officier des arts et lettres aux nouveaux philosophes Gluskmann (de droite ) sans oublier ses amis, Pascal Bruckner, Marc Weitzmann (ancien journaliste aux Inrocks), Max Gallo (ex-homme de gauche, écrivain (?) souverainiste)… oupssss j’allais oublier Johnny, Clavier… et ses autres voisins de Neuilly ou des environs.

    A force de ratisser va finir par se prendre un rateau…

    C'est notre Jack Lang de la décoration et des louanges... 

    J’ai envie de gerber pas vous ? Ah bon !

    Guy Hocquenghem  réveille toi, ils sont devenus fous !

  • Découpage

    Voici un découpage réservé à ceux qui ont la responsabilité de l'éducation de nos enfants :

    medium_A_imprimer_et_d-couper_1_.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Oui je sais ce n'est pas drôle, jeux de nains, jeux de vilains...

  • Quand les Fascistes Italiens fêtent la victoire de Sarkozy !

    medium_arton3287.jpgLe parti italien, M.S.I (Alleanza Nazionale) vient de lancer une massive campagne d’affichage pour se féliciter de la victoire de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle.

    Dans une note précédente et dans mon autre blog, j'avais, en son temps, indiqué que la préface de l’édition italienne du livre de Nicolas Sarkozy « Témoignage » avait été rédigée par Gianfranco Fini, dirigeant du parti post-fasciste M.S.I.

    Depuis deux jours, les rues de Rome sont couvertes d’affiches de l’Alleanza Nazionale représentant le nouveau Président de la République française avec pour slogan : « L’Europe change »...

    Ce rapprochement assumé entre l’UMP et le MSI est-il le nouvel axe de la droite européenne ? A n'en pas douter il est des rapprochements pour le moins douteux.

    Que Nicolas Sarkozy soit un élu "démocratiquement" élu soit, ce n'est pas un coup d'état, mais il serait intéressant dès lors de comparer les programmes de la droite et celui  la droite extrême... Il est des votes et des participations gouvernementales incompatibles et dont les conséquences rélèvent de l'inconscience.

    Je vous invite à lire l'excellent "bloc-note" de ... Nicolas Sarkozy ... Alias Bernard Langlois dans le Politis livré ce matin...

    La fin du bloc note est croustillante :

    La perle

    Enfin mon Nanard, mon Koucouch-panier à moi, mon french doctor préféré, lui qui hésitait à 20 ans entre être Liebknecht ou Rastignac ­ devinez ce qu’il a choisi ? ­, la perle (et le doyen...) de ce gouvernement : à son âge, c’était sa dernière chance, il n’allait pas la laisser passer. Pour le Quai, j’avais d’abord pensé à Védrine. Mais lui, c’est un vrai coriace, qui entendait exercer pleinement les prérogatives de la fonction, ça ne pouvait pas coller, d’autant que je me mettais le Consistoire à dos. Avec Nanard, pas de problème, du moment que je le laisse faire de la mousse et des mouvements de menton. Outre qu’en gros, sur le fond, on est d’accord sur tout, il sait bien que la politique étrangère, encore plus que tout le reste, est de mon domaine réservé.

    Et puis avec lui, je suis assuré d’avoir double part de dessert au dîner du Crif !

  • Les amis de mes amis ...

    Un grand flic, ami de Sarkozy, pour réformer la police en douceur

    Frédéric Péchenard, nouveau directeur général de la Police nationale

    La "grande maison" a un nouveau directeur général: Nicolas Péchenard, policier à la carrière brillante, très proche du Président.

    Lorsqu’il lui a agrafé le ruban rouge de sa Légion d’honneur, Nicolas Sarkozy n’a pas hésité à qualifier Frédéric Péchenard de policier "le plus brillant de sa génération". En gratifiant ainsi le patron de la police judiciaire parisienne, l’ancien ministre de l’Intérieur s’adressait aussi à un vieil ami. Les deux quinquas ont grandi en voisins à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), où leurs mères, avocates, avaient sympathisé.

    De l’avis des piliers de la place Beauvau, cet homme a effectué un parcours parisien sans faute, ou presque. Commissaire à Chaillot, il entame ensuite la carrière type d’un grand flic : brigade des stups, antigang, brigade criminelle, brigade financière... jusqu’à devenir en juin 2006, le patron de la PJ parisienne.

    Entre leurs souvenirs d’enfance à Neuilly et l’aboutissement de leur ascension vers les sommets du pouvoir, le politique et le policier ont aussi vécu ensemble une véritable épreuve du feu. En 1993, Péchenard est numéro 2 de l’antigang lors de la prise d’otages de la maternelle de Neuilly, dont le maire va courageusement intervenir pour négocier la libération des enfants avec Human Bomb. Une histoire qui révèle les individus autant qu’elle soude les hommes.

    Aussi, quand le ministre de l’Intérieur le nomme directeur de la PJ parisienne en juin 2006, il a déjà une idée de la place qu’il pourrait réserver à cet homme aussi tranchant avec ses troupes qu’affable et courtois avec les journalistes. Comme Nicolas Sarkozy -est-ce un hasard?- il a toujours pris grand soin de ses relations avec la presse. A l’époque, le Figaro souligne d’ailleurs que cette nomination "ne doit rien au hasard".

    A 50 ans, le contrôleur général (plus haut grade de la police) Péchenard va avoir la tâche délicate d’infléchir en douceur la politique de son ami président de la République. Autrement dit, de réintroduire dans le fonctionnement de la police urbaine une dose de proximité, sans tomber dans les erreurs commises par Jean-Pierre Chevènement il y a dix ans.

    Car l’urgence, telle qu’elle se dit ouvertement dans les commissariats, est de rétablir un lien avec la population. Péchenard devra travailler en harmonie avec son nouveau ministre de tutelle, Michèle Alliot-Marie, venue de la Défense. Mais l'homme sait aussi être aux ordres quand il le faut. Vieux souvenir d’un service militaire accompli en 1983 comme officier chez les chasseurs parachutistes.

    Source Rue 89
  • Poètes vos papiers !

    Sommes nous surveillés ? une note du 22 mai reprenant un commentaire sur Madame Rachida Dati sur le Karcher.... ( (re) Vidéo ci-dessous ) Voici, parce que je n'ai rien à cacher, d'une note à l'autre, les différences... de "visites". Etonnant non ? Peu de commentaires vis à vis de la  proportion des visites... "Uniques !"  Dès que l'on parle de Sarko c'est déjà différent en terme de visibilité. Ci-dessous la vidéo qui ne manque pas d'humour et c'est dans cette initiative qu'elle a été publiée... Parce que pas très nouvelle et quand même pleine d'humour... mais des gens nous surveillent déjà ?... Le tableau ci-dessous le confirme !

    01.05.2007

     

     

     

     113

     

     

     

    1,58%

     

     

     

    675

     

     

     

    4,23%

    02.05.2007 113
    1,58%
    485
    3,04%
    03.05.2007 228
    3,19%
    368
    2,30%
    04.05.2007 184
    2,57%
    387
    2,42%
    05.05.2007 112
    1,57%
    325
    2,04%
    06.05.2007 115
    1,61%
    336
    2,10%
    07.05.2007 114
    1,59%
    432
    2,71%
    08.05.2007 105
    1,47%
    294
    1,84%
    09.05.2007 113
    1,58%
    313
    1,96%
    10.05.2007 73
    1,02%
    141
    0,88%
    11.05.2007 69
    0,97%
    144
    0,90%
    12.05.2007 90
    1,26%
    195
    1,22%
    13.05.2007 100
    1,40%
    304
    1,90%
    14.05.2007 116
    1,62%
    250
    1,57%
    15.05.2007 101
    1,41%
    412
    2,58%
    16.05.2007 112
    1,57%
    446
    2,79%
    17.05.2007 607
    8,49%
    991
    6,21%
    18.05.2007 108
    1,51%
    347
    2,17%
    19.05.2007 100
    1,40%
    226
    1,42%
    20.05.2007 118
    1,65%
    381
    2,39%
    21.05.2007 136
    1,90%
    349
    2,19%
    22.05.2007

    4 248

    59,43%
    8167
    51,15%

    EXCLUSIF: LA “BONNE BLAGUE” AU KARCHER DE RACHIDA DATI
    div style="text-align: right">Problème pour lire la vidéo ?

    EXCLUSIF

    Nous venons de recevoir une vidéo envoyée par une boite de production, une séquence tournée dans le cadre d’un film qu’elle prépare sur le syndicat étudiant, l’UNEF. En février dernier, l’équipe de tournage filme une rencontre entre Bruno Julliard, le leader du syndicat étudiant, et Rachida Dati organisée par Paul Wermus pour VSD. Dans le cadre de cette rencontre, Paul Wermus se tourne vers Rachida Dati qu’il appelle “Madame la ministre”, s’ensuit un dialogue étonnant qui semble, après réflexion, relever d’un vrai “off” de campagne, révélateur, ici de l’état d’esprit de la porte-parole du candidat Nicolas Sarkozy.

    Pour la structure de production qui nous a communiqué ce document, il s’agit “d’une information qui intéresse le grand public mais qui sort de son champ de compétence plutôt spécialisé dans le documentaire et le grand reportage. Les redactions d’émission contactée (ndlr : par cette structure de production) n’ont pas souhaité utiliser ces images, essentiellement au prétexte de l’équilibre du temps de parole”.

    C’est la raison pour laquelle elle se tourne aujourd’hui vers l’espace de liberté que représente latelelibre.fr en précisant “au cas où ces images vous (ndlr: latelelibre.fr) semblent utiles“. C’est le cas. Selon nous, les propos tenus par Rachida Dati sont significatifs de l’état d’esprit d’une équipe, et des métaphores qu’ils utilisent. Nous diffusons donc la “bonne blague” de Rachida.

    Nous précisons que ces images n’ont pas été tournées à l’aide d’une caméra cachée. Rachida Dati, la porte-parole de Nicolas Sarkozy, a semble-t-il oublié sa présence…et s’est lachée.

    Son futur ministère celui de “la renovation urbaine à coup de karcher”.

    La redaction de latelelibre.fr

    Mise à jour du 6 avril 2007 12 heures : la société de production qui a proposé cette séquence à latelelibre.fr est l’agence de presse “Point du jour”.

    “Point du Jour” est une agence de presse et une société de production audiovisuelle : 15 ans d’images dans la production de reportages et de documentaires, de magazines d’information, d’émissions de société et de consommation, à destination des chaînes de télévision hertziennes et thématiques, françaises et étrangères. Ses productions couvrent l’ensemble des programmes dits factuels : de l’actualité à la découverte, en passant par l’investigation historique, l’aventure, les sciences, la culture, à l’exception de l’animalier.

    “Point du jour” revendique cette séquence et tient à être citée. C’est avec plaisir que nous la citons et que nous mettons son travail en lumière.

    Pour ceux qui veulent écouter une réaction de Rachida Dat à la diffusion de cette séquence vous pouvez cliquer ici, des propos enregistrés sur Ouï FM.

    Source Télélibre.fr

  • Rachida au Karcher

    EXCLUSIF: LA “BONNE BLAGUE” AU KARCHER DE RACHIDA DATI

    div style="text-align: right">Problème pour lire la vidéo ?

    EXCLUSIF

    Nous venons de recevoir une vidéo envoyée par une boite de production, une séquence tournée dans le cadre d’un film qu’elle prépare sur le syndicat étudiant, l’UNEF. En février dernier, l’équipe de tournage filme une rencontre entre Bruno Julliard, le leader du syndicat étudiant, et Rachida Dati organisée par Paul Wermus pour VSD. Dans le cadre de cette rencontre, Paul Wermus se tourne vers Rachida Dati qu’il appelle “Madame la ministre”, s’ensuit un dialogue étonnant qui semble, après réflexion, relever d’un vrai “off” de campagne, révélateur, ici de l’état d’esprit de la porte-parole du candidat Nicolas Sarkozy.

    Pour la structure de production qui nous a communiqué ce document, il s’agit “d’une information qui intéresse le grand public mais qui sort de son champ de compétence plutôt spécialisé dans le documentaire et le grand reportage. Les redactions d’émission contactée (ndlr : par cette structure de production) n’ont pas souhaité utiliser ces images, essentiellement au prétexte de l’équilibre du temps de parole”.

    C’est la raison pour laquelle elle se tourne aujourd’hui vers l’espace de liberté que représente latelelibre.fr en précisant “au cas où ces images vous (ndlr: latelelibre.fr) semblent utiles“. C’est le cas. Selon nous, les propos tenus par Rachida Dati sont significatifs de l’état d’esprit d’une équipe, et des métaphores qu’ils utilisent. Nous diffusons donc la “bonne blague” de Rachida.

    Nous précisons que ces images n’ont pas été tournées à l’aide d’une caméra cachée. Rachida Dati, la porte-parole de Nicolas Sarkozy, a semble-t-il oublié sa présence…et s’est lachée.

    Son futur ministère celui de “la renovation urbaine à coup de karcher”.

    La redaction de latelelibre.fr

    Mise à jour du 6 avril 2007 12 heures : la société de production qui a proposé cette séquence à latelelibre.fr est l’agence de presse “Point du jour”.

    “Point du Jour” est une agence de presse et une société de production audiovisuelle : 15 ans d’images dans la production de reportages et de documentaires, de magazines d’information, d’émissions de société et de consommation, à destination des chaînes de télévision hertziennes et thématiques, françaises et étrangères. Ses productions couvrent l’ensemble des programmes dits factuels : de l’actualité à la découverte, en passant par l’investigation historique, l’aventure, les sciences, la culture, à l’exception de l’animalier.

    “Point du jour” revendique cette séquence et tient à être citée. C’est avec plaisir que nous la citons et que nous mettons son travail en lumière.

    Pour ceux qui veulent écouter une réaction de Rachida Dat à la diffusion de cette séquence vous pouvez cliquer ici, des propos enregistrés sur Ouï FM.

    Source Télélibre.fr

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu