Avertir le modérateur

livre - Page 2

  • Le guérisseur des Kamis

    1° de couv 2D Millot.pngInterprète-traducteur de japonais en France, Franck Duchemin s’était  rendu dans ce Japon qu’il ne connaissait que par l’apprentissage de la langue, la lecture et les films.

    La quinzaine de jours de vacances dont il rêvait commençait mal: un accident dans une rue de Tokyo, des vertèbres fracturées, de longs mois de convalescence.

    Tout cela aurait pu se terminer par un simple retour au pays… mais sa visite dans un temple, la rencontre avec un vieux prêtre Shintô et ses révélations surprenantes, allaient bouleverser sa vie…

    Laissez-vous emporter dans un récit où les valeurs de l’altruisme et de la compassion l’emportent sur les puissances de l’argent !

    Qui n’a jamais rêvé d’être investi d’un pouvoir exceptionnel ?

    Le fantastique est au coin de la rue ! Il suffit d’y croire…

    Pour le commander cliquez là : http://www.i-editions.com/catalogue/livres/?id=152


  • Brassens for ever !

     

    70.jpgDepuis que Georges Brassens nous a quitté voilà une trentaine d'années, et ça fait un bon bout de temps, de souvenance, il ne cesse de musarder dans son jardin des délices poétiques tout autant que chansonniers.


    Oui,déci delà, il musarde donc entre allées musicales, massifs de rimes ondulantes, taillis de chansons, broussailles de mots veloutés, fourrés de bonne grogne, bosquets de paillardises. Il y trouve même une fraîche tonnelle d'humanité flanquée d'une rude treille au cépage de vérités.

    Ainsi l'Artiste de la Porte des Lilas lui a offert, à lui l'humble crayonneux et rimailleur de bonne errance, une tournée de ce vin d'écrits qui tache et vous saoule d'allégresse si bien qu'il ne cesse d'y repiquer en moultes goulées.

    Et il continue ses ballades en musardises.

     

    Un imagier au long cours.

     

    Cliquez sur cette vignette !

    1 de couv Georges.jpg

  • Gaston Couté - Le Merle du Peuple

    Succès pour ce livre !!! beaucoup de compliments d'un peu partout y compris en Belgique, Suisse, Canada, Afrique du Nord !

    L’éditeur remercie tout particulièrement Géo Thiercy, artiste magnifique, (Imagerie de la Hulotte - Éditrice. © Géo THIERCY - Imagier libre gabeur - 2011.) pour l’illustration de la couverture, œuvre originale en hommage à Gaston Couté pour le 100ème anniversaire de sa disparition.

    Couv Couté.jpgChansonniers de tous les pays et Couté ! Chansonnier-poète -les deux mots s’amourachent parfois- Couté a eu à son époque une incontestable popularité, reflet de sa capture de la réalité en phrasés simples, directs, et en séquences rythmées à dire à haute-voix.

    Il n’en privait pas, dans la rue, les cafés, testant ses textes auprès de compagnons d’infortune puis, plus après, dans les cabarets du début du siècle qui alignaient, il faut le dire, une certaine faune.

    La poésie journale de Gaston Couté, révoltée contre l’oppression, tissera de textes en strophes une petite musique des humbles, des exploités. Elle fera mouche sans nourrir son homme et celui-ci sans doute parce qu’il manquait de pain, de presque tout, se nourrissait de peindre la condition faite aux humains du labeur.

    Une sorte d’autodéfense à contre malheur. L’écriture directe est souvent crue, autant la société est cruelle.

    Début du 20e siècle, dans le radio-feuilleton, au sens d’Eugène Sue, que le chansonnier narre à partir de sa propre vie, ses frères de lumière et d’ombre s’y retrouvent croqués, mis en scène.

    Ils ont ‘enfilé la mauvais’route’.

    Quant il collabore aux journaux libertaires, les rapports de police ne s’en inquiètent guère : à qui ferait-il peur ce type qui brandit un pistolet métaphorique ourlé de gouaille et d’amour pour les gens de peu ?

    Son audience demeure tout comme le monde d’exploitation qu’il décrivait, tout comme les causes de celle-ci.

    S’exprimer en patois, comme d’autres l’ont fait en argot, est d’actualité début 1900 : c’est un parlé courant, compris du peuple. Il est assez cocasse que ce soit un professeur de Lettres qui ait permis de faire connaître Couté en ayant entendu, dans les tranchées en 1916, un soldat réciter ses textes.

    Qu’aujourd’hui Loïc Lantoine ou Lavilliers, et bien d’autres chantent du Couté, n’est pas un hasard mais une filiation qui perdure avec François Béranger, Jean Ferrat, Brassens ou Pierre Perret... Chansonnier, Couté l’est dans le droit fil des écrivains de poésie populaire qui fleurissent comme des révolutions (Montéhus, Bruand, Béranger, Pottier, Clément) ou des mouvements sociaux plus récents.

    Ils ont en commun l’engagement politique à degré divers, de choisir d’écrire sur ou de décrire, de s’impliquer dans une démarche d’espérance -fusse-t-elle utopiste- pour participer à transformer, en qualité d’artisans, l’état des choses, la société.

    Le contexte change mais l’expression d’opinion trouve sa place, revendique son héritage. La courte vie du trouvère beauceron, dans le dénuement, ressemble à un météorite qui irradie encore avec bonté.

    La puissance humble de cette voix, des mots-images du poète paysan frêle, montera encore longtemps dans le brouhaha de l’insipide mode aux standards de la consommation. Tout simplement parce qu’elle chante l’humanité dépouillée, sa révolte infinie contre l’injustice. Mais le merle persifle longtemps après que le poète ait disparu...

    Patrick Pérez Sécheret

    Poète, écrivain,

    Directeur de cette collection « Le Sens des Mots »

     

    Cliquez sur cette vignette

    Couv Couté.jpg

     

     


     

  • Le cri de la carotte

    […] Je suis devenue végétarienne parce que j’ai compris ce qui se cachait de l'autre côté de mon assiette. Pour le veau, comme pour tout autre animal devenu viande. Je n’avais alors aucune idée des conséquences, ni de la longue évolution qui m’attendait, ni de brusquement devenir, simplement parce que je changeais mon alimentation, une sorte d’objecteur de conscience. […]
    cri carotte fleur de plume (2).jpg
    Les mouvements pour le végétarisme, pour le véganisme et pour les droits des animaux ne cessent de préoccuper les consciences collectives et s’invitent de plus en plus souvent dans les médias.

    Sandrine Delorme, à travers un récit de vie, drôle, nourri par de nombreuses réflexions, répond avec brio à une foultitude de questions : qui sont les « VG » ? Pourquoi et comment devient-on végétarien, végétalien, végane, militant de la cause animale ? Quels liens avec le bio, l’écologie, la décroissance ? Pourquoi s’occuper d’animaux plutôt que des humains ? Et quid des végétaux ? Enfin, les animaux ne se mangent-ils pas entre eux ?...

    1° de couv site Carotte.png

    Le cri de la carotte propose de s'orienter vers une réflexion commune pour la cause animale; en effet, depuis quand un comportement ancré dans nos habitudes lui confère-t-il une légitimité ?

    Aux omnivores, aux apprentis végétariens ou aux activistes des droits des animaux, cet ouvrage suggère de nombreuses pistes et aide chacun d’entre nous à élargir le champ de son humanité.

    Préface de Jacques Boutault, maire du 2e arrondissement de Paris, où les cantines scolaires servent depuis janvier 2009 un repas végétarien hebdomadaire.

    Sandrine Delorme, outre son combat pour les animaux, est orthophoniste dans deux centres médico-psychologiques pour enfants du XVIIème arrondissement parisien. Elle est également l’auteure de deux recueils de nouvelles pour adultes, N’aie jamais d’enfant et L’Entière Vérité, parus en mai 2010. www.afleurdeplume.com

     

    Illustrations : Découvrez Insolente Veggie : sur le lien ci-dessous

    Insolente Veggie


    Disponible et livrable sous 2 jours ouvrés !

    1° de couv site Carotte.png

    C'est sur cette vignette !

  • Nouveautés février 2011

    Nouveautés février 2011, pour plus d'infos, merci de cliquer sur ces vignettes.

    1° de couv site Carotte.png[…] Je suis devenue végétarienne parce que j’ai compris ce qui se cachait de l'autre côté de mon assiette. Pour le veau, comme pour tout autre animal devenu viande. Je n’avais alors aucune idée des conséquences, ni de la longue évolution qui m’attendait, ni de brusquement devenir, simplement parce que je changeais mon alimentation, une sorte d’objecteur de conscience. […] Les mouvements pour le végétarisme, pour le véganisme et pour les droits des animaux ne cessent de préoccuper les consciences collectives et s’invitent de plus en plus souvent dans les médias. Sandrine Delorme, à travers un récit de vie, drôle, nourri par de nombreuses réflexions, répond avec brio à une foultitude de questions : qui sont les « VG » ? Pourquoi et comment devient-on végétarien, végétalien, végane, militant de la cause animale ? 1° de couv Aube.png

    Le 5 juillet 1962, la guerre d’Algérie se terminait et le peuple algérien prenait son envol pour une place dans le concert des nations. Mais cette quête n’est pas facile car il ne suffit pas d’une indépendance, même chèrement acquise, pour mener à bon port un peuple et un pays. Il y a même une incompatibilité à sortir d’une guerre et prendre immédiatement les rennes d’un pays fraîchement libéré. En effet, depuis des temps immémoriaux et les deux exemples les plus proches, ceux de Winston Churchill et du général de Gaulle, sont instructifs, à cet égard, nous savons que les qualités requises pour libérer un pays ne sont pas les mêmes que celles qu’il faut pour le gouverner et l’administrer...

    1° de couv Tu ne discrimenras pas.png

    Il y a des injonctions que les professionnels de terrain aimeraient pouvoir honorer : éviter de discriminer, quoi de plus naturel, quoi de plus normal ? Et pourtant… Que de dilemmes professionnels pour répondre à cette exigence fondamentale ! Traiter tout le monde de la même manière au nom de l’égalité ou traiter chacun en fonction de ses difficultés, toujours au nom de l’égalité ? Et quand les caractéristiques identitaires (sexe, âge, apparence physique…) deviennent des difficultés dans l’accès l’emploi, au logement, aux services, faut-il les prendre en compte pour mieux les accompagner ou les nier pour ne pas risquer de rompre l’égalité?

    Couv Gaston Coutésite.png

    Chansonnier-poète -les deux mots s’amourachent parfois- Couté a eu à son époque une incontestable popularité, reflet de sa capture de la réalité en phrasés simples, directs, et en séquences rythmées à dire à haute-voix. Il n’en privait pas, dans la rue, les cafés, testant ses textes auprès de compagnons d’infortune puis, plus après, dans les cabarets du début du siècle qui alignaient, il faut le dire, une certaine faune. La poésie journale de Gaston Couté, révoltée contre l’oppression, tissera de textes en strophes une petite musique des humbles, des exploités. Elle fera mouche sans nourrir son homme et celui-ci sans doute parce qu’il manquait de pain, de presque tout, se nourrissait de peindre la condition faite aux humains du labeur.

    Retrouvez-nous sur le site, cliquez sur le logo...

    Les Points sur les i
    medium_logofinal002.jpg

     

  • Les flammes de la révolte

    Un livre, c'est un regard sur le monde !

    medium_1°_de_couv_LudoBD.2.PNGLorsque l’on pense aux États-unis on pense à Malcolm X, lorsque l’on pense à l’Afrique du sud on pense à Nelson Mandela, lorsque l’on pensera à la France, on pensera, pour sûr, à W.L.H l’Ambassadeur du ghetto….car l’Histoire est ainsi faite!! C’est dit. Ni rappeur, ni slameur, il est radicalement autre : dandy écrivain.Un torrent d’idées choc et de concepts novateurs, le tout agrémenté de citations et autres proverbes pertinents. Un bouleversement, une plume saisissante. Un séisme intellectuel qui brise le scepticisme et qui nous sonne, nous abasourdis, nous interloque.

    Doc Gynéco, la tribu Ka, Diabledonné; en somme, quelques unes des marionnettes du crétinisme sont, au passage, raillées, à des degrés divers, dans une diatribe insolente, impitoyable à l’égard de l’inintelligence.

    W.L.H décortique les fondements du ghetto, la souffrance qui lui y est inhérente et y apporte des solutions concrètes. En résumé, il préconise, pour les jeunes du ghetto, la déconstruction de l’identité ghetto qui serait le résultat d'un fait social Durkheimien, pour amener à la reconstruction d’une identité à Soi. Celle-ci permettrait à chacun d’être ce qu’il est et non pas celui que la Rue a voulu qu’il soit. Il baptise cette initiative la Renaissance identitaire !!!

    W.L.H persuade que l’on peut transcender le racisme, articulé autour des représentations sociales (stéréotypes, préjugés...), grâce au port sur soi-même de l’idée du Beau, tant physique, intellectuel que moral.

    Il en est l’illustration. C’est ce qu’il qualifie de Blackdandysme.

    Lorsqu’on le lit, on sait être face à un génie!! La plume incisive, le talent rhétorique, la verve et l’aplomb offerts en prime. L'évidence assomme l'esprit, il est le porte-parole du ghetto. Il en est le véritable Ambassadeur. C’est en sa qualité de diplomate, averti et téméraire mais aussi fort de son casier judiciaire (quatre incarcérations, entres autres), qu’il appelle les politiques au débat.

    Mieux encore, il les convoque. L’idée de ce duel ne me parait pas fantaisiste. W.L.H en a l’envergure et le charisme.

    Olivia Nloga

    medium_1°_de_couv_LudoBD.3.PNG Pour le recevoir cliquez sur la photo

  • Le Sens des mots

    Le cyclamen n’est pas un vélo de curé, comme on pourrait le croire. (j l'anselme)

    La nouvelle collection Le Sens des mots mise en route par l’éditeur Alain Guillo (Les Points sur les i), avec la complicité du poète-écrivain Patrick Pérez Sécheret, devient une réalité.

    Tous les amis de jean l’anselme, l’un des plus curieux et inclassable poète français vivant, s’en réjouiront.

    Les autres feront sans doute la grimace, persuadés que ce prix est un peu donner du lard au cochon...

    Quoiqu’il en soit, l’humour et l’esprit de résistance aux modes et à leurs effets, aux marchands du temple, ont à présent un prix différent des autres, ouvert à la liberté d’expression d’auteurs de genres littéraires variés, sur des critères simples et humanistes.

     

    La présentation officielle du prix jean L’anselme aura lieu comme il se doit à Gare au Théâtre à Vitry-sur-la Seine, auberge du spectacle vivant, de bonne facture, où aucune soirée ne ressemble à l’autre, où la bonne humeur est tenue de rigueur.

     

    On s’y retrouvera donc le samedi 11 décembre 2010 à 18h

     

    Présentation de ce prix nouveau au goût de cerise sur le ghetto de l’édition et de la diffusion de ce temps et un apéro en présence d’auteurs et de l’éditeur.

     

    On n’est pas tenu d’amener son chien, à moins que sans collier, mais il est recommandé d’en parler aux amis du genre humain tout simplement.

     

    -

    13 rue Pierre Sémard - 94400 Vitry sur Seine
    01 55 53 22 22
    Accès RER C Gare de Vitry (romi ou roma), en voiture depuis Paris : périphérique quai d'Ivry et suivre le fléchage "Gare au T".<-->

  • Des intrus sur Beur FM

    Zohra Mahi sur Beur FM ce dimanche entre 11 et 12 heures En savoir plus ? cliquez sur cette vignette.

    1° de couv Intrus.png

  • Le Sens des mots

    Le Sens des mots

    Nouvelle collection et Prix Jean L’Anselme

    Les Points sur les i éditeur

     

    Lancer une nouvelle collection à l’abri des effets de mode, curieuse, constituant un pari d’avenir, voilà qui est fait. Le Sens des mots est destinée à faire connaître et lire une œuvre inédite d’un auteur dont l’écriture de circonstance s’inscrit dans l’histoire sociale de son époque. Le Sens des mots créée en parallèle un prix littéraire qui entend souligner l’importance majeure d’un écrivain, poète contemporain, acteur et témoin de son temps. En créant ce prix littéraire qui portera le nom de Jean L’Anselme, Le Sens des mots situe, au-dessus de toute considération, sociale, morale ou politique, la libre création de l’esprit, l’expression de l’histoire de l’homme, sa connaissance ou perception sensible par l’écriture, quel qu’en soit le genre ou la forme (poésie, nouvelle, roman, fiction, essai, écriture théâtrale...). Il s’agit d’encourager la diffusion d’œuvres originales, critiques, modernes, dérangeantes, caustiques, d’auteurs vivants.

     

    L’indépendance éditoriale du jury et son engagement résistant aux pensées réductrices de l’art et de la création, aux seuls critères marchands de production et de diffusion, se dotent ainsi d’un outil de découverte et d’illustration des littératures, au seul motif de l’audace du récit, de la liberté de ton et du sujet des auteurs eux-mêmes, de la qualité de leur écriture. Le jury décernera le prix à partir de ses propres critères de sélection et de ses propres investigations*, à un auteur connu ou inconnu de son choix. Le prix est constitué de l’édition de l’ouvrage choisi par le jury dans la collection Le Sens des mots – Prix Jean L’Anselme. Un contrat d’édition sera acté entre l’auteur et l’éditeur « Les Points sur les i »

     

    Mais pourquoi Prix Jean L’Anselme ?

     

    Cette collection et ce prix sont un projet original du poète-écrivain Patrick Pérez Sécheret qui en assumera la direction. Il apprécie, et il n’est pas le seul, l’œuvre conséquente du poète, il en est l’ami depuis quarante ans. Jean L’Anselme est l’un des auteurs les plus originaux des soixante dix dernières années, publié presque sans discontinuer chez Rougerie, une œuvre où l’humour, l’esprit de résistance, de fraternité est un fil rouge continue, fort, tonique. Pour tout dire, lisez ou relisez L’Anselme.

     

    Alain Guillo, éditeur

    Paris, le 25 novembre 2010

     

    * Les manuscrits candidats spontanés au prix ne seront pas renvoyés aucune justification du choix procédé par le jury, ni des avis émis par celui-ci. Les envois électroniques seront proscrits de facto.<-->

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu