Avertir le modérateur

livre - Page 5

  • Vêtements de Hiroshima

    Alain-Michel-1.jpg

    Michel et son éditeur préféré -;) lors de la présentation ( A Vitry/Seine ) de l'exposition consacrée aux "Vêtements de Hiroshima" et du livre. Beaucoup de monde et des compliments ( largement mérités ) qui fusent ici et là sur l'excellent travail de l'Ami Michel !

    Il est là... arrivé et MAGNIFIQUE !... dans un premier temps directement chez l'éditeur : Cliquez sur la vignette plus bas ! et fin avril dans les "bonnes" librairies

    COUV 1 -BD Copie.jpg

    D’abord, en 1997 il y eut une série de photographies intitulées "Suaires" ayant pour sujet des vêtements abandonnés que je ramassais dans les décharges, puis, que je photographiais en studio par le procédé dit du calotype.

    Par cette série d'images, j’entendais alors témoigner de la consommation de masse dans ses excès, et au-delà évoquer le drame de la disparition.

    Ce drame de la disparition et de la mort brutale me hantait dans ce sujet, comme une émanation inévitable du vêtement abandonné. J’allais découvrir, en préparant le voyage au Japon, qu’il existait des reliques de l’holocauste nucléaire, ces tristes souvenirs conservés au Peace Memorial Museum, et dont les élèves de l’atelier photo et moi-même vîmes la collection lors de notre visite de 2005.

    Un lien se tissait avec mes “Suaires”, je ressentais le besoin de photographier ces intimes signes du corps des victimes d’Hiroshima, je voulais transcrire cette souffrance transposée dans la trace des tissus. Les vêtements des victimes de l’explosion m‘apparurent comme ces fossiles que l’on découvre enfouis, renfermant les sensations de ce qui a été vécu dans la chair, la douleur, l’impuissance, la honte...


    En photographiant ces vêtements du malheur, j’ai voulu faire un relais de mémoire, sensible, présent, comme les voix des survivants qui racontent encore et toujours sans cesse, ce souvenir brûlant du feu nucléaire, cet instant programmé de l’enfer venu du ciel. La prise de vue a été réalisée à partir d’un appareil de fabrication artisanale en bois, avec le procédé dit du calotype.


    Cette technique photographique remonte aux débuts de la photographie vers 1840, c’est une méthode qui consiste en une impression directe sur papier photographique avec des temps d’expositions de plusieurs secondes.


    Ce dispositif particulier, comparable à un rituel (dans sa mise en œuvre) s’est imposé à moi pour sa lenteur, suscitant le respect et le recueillement.


    La modification assez inattendue du rendu photographique, par l’accentuation des contrastes et la transformation des couleurs, m’inspirait les effets imprévisibles des radiations atomiques comme révélant l’irradiation même des vêtements.


    Préface de M. Tadatoshi Akiba Maire de Hiroshima.

    Photographies calotypes de Michel Aguilera.

    Témoignages des Hibakushas recueillis par Nicolas Grossé.

    120 pages entièrement en quadrichromie – ISBN 978-2-915640- 75-5



    Pour commander c'est sur cette vignette ! 9782915640755.jpg

    Prix de vente public 25,00 €uros

    Contact Presse : ©Editions les points sur les i – 116 avenue de Fontainebleau BP 96 – 94 272 Le Kremlin-Bicêtre Cedex

    Alain : 06 80 17 71 08


    En cliquant sur cette vignette accédez à la galerie virtuelle des Vêtements de Hiroshima.Passez sur chaque vêtements pour l'agrandir.

    Couv VH.png

  • La vie devant elle...

    Premier tirage presque épuisé...

    1227548295.pngJe passe mes journées dans une sorte de léthargie… seule face à moi-même, faire à manger, le ménage, repasser même prendre une douche me demande un effort surhumain… Je ne suis « bien » que dans ma chambre où je ressasse sans cesse mes souvenirs et cherche à comprendre ce mal de vivre qui m’envahit toute entière… Pourquoi les mots tel que  « Bonheur » « Amour » ne se sont pas inscrits dans le grand livre de ma vie… Qu’ai-je à comprendre de tout cela ?

    Je ne me sens plus la force de poursuivre … Mais puis-je partir ainsi ? Qui pourra comprendre ce qui m’a amené à cette mort prématurée, à cet abandon ?  Ai-je le droit d’abandonner mes enfants ? Que peuvent-ils comprendre du cheminement de ma vie…de ce mal être qui me dévore tout entière…

    Ma tête bouillonne, les souvenirs se mêlent… Il faut que je raconte… il faut que mes enfants sachent, il faut qu’ils comprennent comment dans ma propre histoire est venue s’inscrire la leur « Nous ne choisissons point. Notre destin choisit. Et la sagesse est de nous montrer dignes de son choix, quel qu'il soit » Nous montrer digne et accepter les choix de notre destin ? Difficile challenge lorsque la vie nous apparaît hostile ou vivre est devenu insupportable…

    « Il faut sans cesse et sans cesse passer par toutes les étapes de la désillusion, se retrouver seul et toucher le fond de sa détresse. Choisir le difficile, l'impossible, la nuit, ce qui n'est pas dit... Ecrire est à ce prix… Vivre aussi »

     

    ISBN : 978-2-915640-82-3

    15,00 €uros

    Pour le commander c'est sur cette vignette

    Christine GUILLOT2.jpg

  • Pour vivre pleinement son homosexualité ! Voici 2 livres !

    1° de couv Dons...png

    J’ai d’abord cru à une douce amitié empreinte d’une profonde tendresse, tant nous étions proches.

    Je pense que j’ai su tout de suite quelle était la nature des sentiments qui me liaient à Virginie. Il a bien fallu que je prenne conscience de l’évidence : j’étais attirée par cette jeune femme.

    Certes, son regard clair, sa gentillesse expliquaient en partie le besoin de sa présence. Sûr, ses seins, ses hanches, ses petites fesses dansant sous sa robe légère expliquaient mon désir.

    Grâce à elle, j’allais me découvrir. Mieux : m’accepter.

    Ce ne fut pas mon premier amour, bien plutôt ma première fois, comme on dit.

    Une entrée discrète dans le monde des relations « interdites » et le début de la lutte pour faire accepter ma différence.

    Ma timidité des débuts se transforma vite en appétit vorace. Il me fallait tout vivre et vite !

    Les maîtresses se succédèrent, les expériences multiples m’ouvrirent, au propre comme au figuré, à la rencontre de moi-même.

    160 pages

    17,90 € - 5% = 17,01 €

    Lien : http://www.livres-a-lire.com/Dons_d_orgasmes__5-29-21001-21-2article-2340.html

     

    ****************

     

    Un enfant qui dès sont plus jeune âge sait qu’il aime les garçons, quoi de plus banal.
    Ce qui l’est moins c’est de le vivre assurément, sereinement vis-à-vis du monde qui l’entoure… et pourtant !
    L’auteur relate, ses premiers émois, ses amours d’enfance, d’adolescence, d’adulte, ses découvertes, un témoignage sincère, touchant, relatant ses émotions comme ses peines. Malgré une société encore intolérante, hypocrite et souvent injuste, en perpétuelle évolution…
    Riche de lui-même, de ses pensées, de son ouverture, il a su conserver un équilibre et l’amour qu’il a en lui en préservant son identité d’homme… En ouvrant, son cœur, ses souvenirs, il nous invite à partager le parfum de l’amour tel qu’il l'a vécu « en marge »… puisque c’est ainsi !

    cliquez sur la couverture !
    Mes premières fois.png ISBN : 978-2-915640- 79-3
    17,90
    174 pages

     

  • Elle sera Lénine

    Je vous livre un commentaire reçu sur mon blog à propos du livre "Je voudrais être Lénine"...

    *****

    Alors j'ai pris, j'ai lu...

    Dès les premiers mots, je fus immédiatement aimantée par ce que je lisais. Des mots simples, des mots du quotidien, de la vie, de ma vie et de celle de tant d’autres. Une expression naturelle, sans artifice, sans faire croire ou faire semblant, des mots vrais. Une expression qui correspond à l’auteur, directe, nature, honnête, sans protocole, qu’elle tient certainement de sa grand-mère, dure, rustre mais avec un très grand cœur. Une grand-mère comme on en a tous rêvée et comme on pourrait aujourd’hui encore se laisser aller à rêver.

    Cette grand-mère ? Une femme du siècle passée, naturellement humaine, hors de la société de consommation, de la rivalité et de la compétition et qui ne peut s’imaginer qu’un jour existerait l’individualisme. Une grand-mère qui pense à tous, pour tous et jamais pour elle. Une grand-mère courageuse, sans chichi, sans paillette, avec ses valeurs bien à elle, celles du travail, toujours et encore, du respect et de la tolérance. Une vie simple où le matériel et le superflu n’existent pas, une vie de partage, sans envie, sans jalousie sans méchanceté aucune, la bonté même ! Une Sainte !

    C’est cette grand-mère qui a fait de l’auteur Martine Thouet, ce qu’elle est aujourd’hui, avec ces mêmes valeurs, la même authenticité, humaine, pure…

    Dans ce livre, Martine Thouet rend un magnifique hommage à sa grand-mère qui sans le savoir partageait des valeurs communistes.

    « Elle vivait comme elle pensait, simplement ! »

    Je vous invite à découvrir Martine Thouet à travers son récit, cette femme incroyable qui a eu l’audace et l’aplomb d’ouvrir le « Lénincafé » sur les terres d’Anjou.

    ****

    Merci M'ame Joe....

    Visitez le site du Lenincafé LeninCafe_0439_1.jpgen cliquant sur cette vignette !

    Commander ? Cliquez ici Couv lenin.png

  • Elle voulait être Lénine...

    Attention ! 160 pages de bonheur !!!

    Une histoire qui aurait pu être ordinaire autour d’une grand-mère qui était de l’autre siècle, laveuse et courageuse avec un cœur gros comme ça et qui lui a montré le chemin.

    Née dans la terre d’Anjou elle a eu 15 ans en maiCouv lenin.png 1968, un militant de père qui déserte son foyer pour occuper l’hôpital où il travaille et un prof qui lui fait découvrir la pensée de Marx et de Lénine.

    Alors c’est une nouvelle naissance de l’auteur, avec pour maître spirituel le père de la révolution bolchévique, Lénine, avec pour raison d’être un militantisme de tous les instants et une ambition d’apporter aux plus démunis la justice et le bonheur que la société leur refuse.

    Du plateau du Larzac aux plaines de Bulgarie en passant par la place Rouge,

    du carcan de la fonction de cadre dans l’administration française et européenne dont elle s’est toujours moquée, à un costume de tenancière du Lenincafé, elle nous retrace une épopée tendre, nostalgique, drôle, parfois sombre, d’une écorchée vive, d’une révoltée qui a décidé de ne jamais mettre son drapeau dans sa poche.

    Elle raconte la vie d’une femme de cœur et de convictions qui, aujourd’hui encore, est de tous les combats pour le genre humain.

     


    Visitez le site du Lenincafé LeninCafe_0439_1.jpgen cliquant sur cette vignette !

    Commander ? Cliquez ici Couv lenin.png

  • Nouveauté : Dons d'orgasmes

    1° de couv Dons...png

    J’ai d’abord cru à une douce amitié empreinte d’une profonde tendresse, tant nous étions proches.

     Je pense que j’ai su tout de suite quelle était la nature des sentiments qui me liaient à Virginie. Il a bien fallu que je prenne conscience de l’évidence : j’étais attirée par cette jeune femme.

     Certes, son regard clair, sa gentillesse expliquaient en partie le besoin de sa présence. Sûr, ses seins, ses hanches, ses petites fesses dansant sous sa robe légère expliquaient mon désir.

     Grâce à elle, j’allais me découvrir. Mieux : m’accepter.

    Ce ne fut pas mon premier amour, bien plutôt ma première fois, comme on dit.

     Une entrée discrète dans le monde des relations « interdites » et le début de la lutte pour faire accepter ma différence.

     Ma timidité des débuts se transforma vite en appétit vorace. Il me fallait tout vivre et vite !

     Les maîtresses se succédèrent, les expériences multiples m’ouvrirent, au propre comme au figuré, à la rencontre de moi-même.

    160 pages

    17,90 € - 5% = 17,01 €

    Lien : http://www.livres-a-lire.com/Dons_d_orgasmes__5-29-21001-21-2article-2340.html

  • Le théâtre pour un nouvel humanisme

    1° de couv Jean Guilhot.png

    Le théâtre à thèse suscite souvent des réserves bien qu’il ait connu des promoteurs prestigieux en la personne par exemple de Jean-Paul Sartre. Sans vouloir nous référer à un tel théâtre nous estimons qu’un Nouvel Humanisme peut inspirer d’innombrables productions littéraires et artistiques qui à leur tour peuvent alimenter ce dernier. Dans cet esprit nous proposons la lecture de six pièces de théâtre suivies de six brefs synopsis.

    Entre des situations et des évènements parfois tragiques mais souvent aussi comiques, ces pièces de théâtre tentent de parcourir la vaste gamme des aspirations, et des manifestations de cet humanisme libérateur, rassembleur et novateur.

    Ainsi nous pourrons apporter notre modeste contribution à l’évocation d’un Nouvel Humanisme Mondial et révélateur qui se situe au carrefour des grands courants de pensée et de conscience progressistes de notre temps au-delà de l’Orient et de l’Occident, mais aussi au-delà des communautarismes et des idéologies nationalistes, au-delà des intégrismes religieux et des sectes.

    Artistes, acteurs et réalisateurs sont donc convoqués pour découvrir et multiplier les formes d’expressions artistiques et littéraires, et aussi les formes d’expériences éthiques, esthétiques et mystiques qui peuvent nous faire pénétrer dans des contrées encore inconnues où surgissent les sources d’un certain réenchantement du monde et les phares de nouvelles formes d’émerveillements. Quelle nouvelle forme d’art sacré pour quelle resacralisation de notre espèce et pour quelle transfiguration de la planète pouvons nous espérer ? Il n’est certes pas un théâtre et un cinéma qui puissent prétendre devenir les révélateurs et les représentants attitrés de cet humanisme révolutionnaire et de la révolution humaniste qu’il peut précisément évoquer. Mais dans cette mouvance il est certes un théâtre et un cinéma qui peuvent tenter de refléter la problématique actuelle et future d’un tel humanisme et d’une telle révolution.

     Neuropsychiatre et psychanalyste, anthropologue et auteur de nombreux ouvrages, le Dr Jean GUILHOT n’a jamais séparé ses activités pédagogiques et thérapeutiques du monde des lettres et des arts. Ainsi a-t-il été un des promoteurs de la société française d’expression scénique.

    330 pages

    148X210

    20 €uros

    A paraitre en novembre

     

  • Pensées, donc !

    pour le plaisir quelques mots de Toulouse:

    - "l'angoisse de ne pas trouver du travail ne concerne que ceux qui en cherchent"

    - "Nos histoires de cul, les enfants s'en branlent"

    - "La morphine c'est le bon côté du cancer"

    - "Seules les têtes brûlées ont des dispositions pour jouer à la roulette russe"

    - "Le ridicule ne tue pas sans raison"

    - "L'idéal serait de ne pas en avoir"

    - "A la douane, seul le poète est serein"

    - "Un poète, c'est celui qui est rongé par les vers de son vivant"

    - "En temps de guerre, il y a des résistants et des collabos. En temps de paix, il n'y a que des collabos"

    - "C'est dans la rue qu'on écoute le mieux aux portes"

    etc... etc...

    C'est signé Toulouse la Rose; ça s'appelle "Pensées, donc" et c'est paru aux éditions sens & tonka... Un petit bijou pour qui sait lire dans le sens inverse des aiguilles d'une boussolle.

  • Jeanne Moreau, une étoile !

    Jeanne Moreau.pngJeanne Moreau est née à Paris le 23 janvier 1928.

    Sa mère d’origine anglaise était danseuse, et son père hôtelier. Elle passe une partie de son enfance à Vichy avant de regagner Paris pour y achever ses études secondaires tout en commençant (à l’insu de son père) de suivre les cours de théâtre de Denis d’Inès.

     C’est en 1948 qu’elle entre à la Comédie Française, mais ses réels débuts se font en 1950 dans la pièce d’André Gide Les caves du Vatican, dont la mise en scène est signée Jean Meyer.

     Par la suite, démissionnant de la Comédie Française, elle rejoint le TNP de Jean Vilar, se produit au Festival d’Avignon...

     C’est ainsi que commence l’immense carrière de Mademoiselle Jeanne Moreau.

     Ce livre n’a d’autre objet que de mieux vous faire connaitre cette femme d’exception. IL va vous faire pénétrer dans l’univers du cinéma, dans celui d’une personnalité rare, d’une femme authentique et assurément d’une de nos plus grandes comédiennes.

    100 pages - format 148 X 210 - 10 €uros - Merci de cliquez sur la vignette ci-dessous Jeanne Moreau.png

  • Les coulisses du village de l'espoir ...

    Ce livre dérange ? c'est fait pour !

    1° de couv VillageBD.PNGComme dans le précédent ouvrage de Liliane Gabel "Si l’exclusion m’était contée", celui-ci traite également de la gestion de l’exclusion, sur la base d’une nouvelle expérience passionnante au sein de l’équipe éducative d’un village pas comme les autres.

    Le défi est loin d’être raisonnable : prouver l’efficacité rapide de cette structure pilote.

    Or, il faut du temps aux plus démunis comme à n’importe qui, pour se poser, pour se reconstruire, pour "renaître".

    Mais le temps leur est compté.

    Tout est compté : les aides financières, les lois…

    Illustrés par des anecdotes piochées dans la vie quotidienne du village, Liliane présente ici ses constats, ses conclusions et propose des esquisses de solutions, en toute humilité.

     L'essentiel de la tâche des travailleurs sociaux est d'amener les personnes qui vivaient dans la rue à se reconstruire puis, à tisser à nouveau des liens. Cela consiste également à les accompagner dans le nouvel apprentissage d'une vie sociale ordinaire et quotidienne

    C’était exactement le but de ceux qui s’étaient engagés au service des résidents du Village de l’Espoir.

    Elle s’inspire de lectures traitant du même sujet ainsi que de réflexions de Thomas Mur (déjà cité dans le précédent ouvrage) qui remarque : « Dans le monde, il existe des endroits où l’on trouve moins de travail, moins de richesses, moins de logements mais pourtant... moins d'exclusion ».

    Liliane est une "auteure confirmée", son livre en témoigne !
    Pour commander merci de cliquer sur la vignette ci-dessous : 1317316184.PNG

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu