Avertir le modérateur

ump - Page 2

  • Déconstruction sociale !

    Sondage : l'échec des actions de Nicolas Sarkozy

    608a95531816dc2d6978d38940efc6e6.png
     
    Sondage : l'échec des actions de Nicolas Sarkozy
    Six mois après son élection, Nicolas Sarkozy ne semble pas avoir convaincu les Français. Ses actions en matière économique et sociale sont sévèrement jugées. 79 % des personnes interrogées jugent que le président de la République a échoué sur le pouvoir d’achat, selon un sondage LH2 pour Libération. 54% estiment que ses réformes fiscales sont « un échec », de même que 56% en matière d’emploi et 59% sur la croissance économique.
    Le bilan est négatif même chez les sympathisants UMP qui dressent à 69% un constat d’échec. Les ouvriers (82%) comme les cadres (79%) sont une majorité à ne pas être satisfaits de son action.

  • Guy Moquet

    medium_b24b6710ceb934f1dd60531cb67ef155.jpg Rendons à Guy ce qui appartient à Moquet ! :

    Albert Ouzoulias Les Bataillons de la Jeunesse, Éditions Sociales, 1972 (Epuisé mais trouvable encore chez les bouquinistes )

    Notre ami Pierre-Louis Basse, journaliste à Europe 1 a écrit en 2000 une magnifique bio de Moquet : Guy Môquet, une enfance fusillée, Stock, 2000 (Rééditée et complétée en 2007 )

    Et la plus récente : Michel Etiévent, J'aurais voulu vivre..., éditions Gap, 2007

     La dernière lettre de Moquet à sa famille avant d'être fusillé avec 26 autres Camarades.

    Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c’est d’être courageuse. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui sont passés avant moi.
    Certes, j’aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon coeur, c’est que ma mort serve à quelque chose. Je n’ai pas eu le temps d’embrasser Jean. J’ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. Quant au véritable je ne peux le faire hélas !
    J’éspère que toutes mes affaires te seront renvoyées, elles pourront servir à Serge, qui je l’escompte sera fier de les porter un jour.
    A toi, petit Papa, si je t’ai fait, ainsi qu’à petite Maman, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j’ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m’as tracée. Un dernier adieu à tous mes amis et à mon frère que j’aime beaucoup. Qu’il étudie bien pour être plus tard un homme.
    17 ans et demi ! Ma vie a été courte !
    Je n’ai aucun regret, si ce n’est de vous quitter tous.
    Je vais mourir avec Tintin, Michels 
    Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c’est d’être courageuse et de surmonter ta peine. Je ne peux pas en mettre davantage. Je vous quitte tous, toutes, toi Maman, Serge, Papa, je vous embrasse de tout mon cœur d’enfant.
    Courage !
    Votre Guy qui vous aime

    Dernières pensées : "Vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les 27 qui allons mourir !"

    Le coup de gueule de Sébastien...   http://vivelefeu.20minutes-blogs.fr/archive/2007/10/20/vous-sentez-comme-ca-pue1.html#comments

  • Les éditions Guillo-Rouxel présentent :

    Une nouvelle collection aux éditions Guillo-Rouxel ! Quelques titres disponibles dès septembre...

    medium_Pourquoi_ecrivain_anonyme.pngmedium_Pourquoi_footballeur.pngmedium_Pourquoi_infirmière.2.pngmedium_Pourquoi_Journaliste.2.pngmedium_Pourquoi_Cheminot.3.png

    medium_Pourquoi_enseignant.png

    medium_Pourquoi_crs.png

    medium_Pourquoi_editeur.png

    medium_Pourquoi_UMP.2.pngmedium_Pourquoi_Bobo.pngmedium_Pourquoi_Musicien.2.pngmedium_Pourquoi_milliardairepng.2.pngmedium_Pourquoi_Pompier.pngmedium_Pourquoi_socialitse_png.2.pngmedium_Pourquoi_commuiniste_png.2.pngmedium_Pourquoi_anarchiste_.3.pngmedium_Pourquoi_Mannequin.2.pngmedium_Pourquoi_homo.2.png

     

     

     

     

     

    http://editionsguillorouxel.20minutes-blogs.fr/

  • Le plus mauvais ?

    Photo AFP

    medium_1182103214.jpgC’est la grosse surprise de ce scrutin. Alain Juppé, numéro deux du gouvernement, a été battu sur ses terres de Bordeaux avec 49,07% des voix face à sa rivale socialiste Michèle Delaunay, selon l'institut CSA. Il menait la course pourtant à l’issue du premier tour avec 43,73% dans une circonscription qui a voté majoritairement Ségolène Royal à la présidentielle.

    Dans une brève allocution, le seul ministre d’Etat a annoncé qu'il démissionnerait dès le lendemain, conformément à l'engagement de l'ensemble des ministres en cas de défaite. Il a également indiqué qu'il réunira son équipe municipale dans les jours qui viennent «pour voir ce qu'il convient de faire». Encore un revers pour Sarkozy !

  • Et bien c'est non ! La vague est une vaguelette ...

    Moins bien qu'en 2002 !

    medium_Projet1.2.pngLa victoire de l’UMP aura sans doute un goût amer pour Nicolas Sarkozy et François Fillon puisque la droite n’obtient que 341 sièges selon Ipsos, soit largement moins qu’en 2002 (360 UMP et 29 UDF, passés pour l’essentiel à la majorité présidentielle sous l’étiquette Nouveau Centre). Investi personnellement dans cette campagne, le chef de l’Etat n’obtient pas le raz-de-marée espéré.

    Ceci n'enlève en rien le résultat politique de l'UMP, ce n'est pas un coup d'état mais un rapport de force politique, légitimé par les urnes. Il faut en accepter le fait, toutefois  il est IMPORTANT de rester vigilants, toutes les conquêtes sociales sont le fruit de la mobilisation populaire... de 36 à 68 chandelles en passant par 1995... et plus proche depuis 2002 les reculs de la droite ... Le programme annoncé par les réformes "Sarkoziennes laisse augurer une forte mobilisation, septembre serait le printemps des luttes ? Je le pense sincèrement !

    Il est à regretter une abstention beaucoup trop importante...

    Résultats medium_front-34-image-165088-1182109585.jpgSource 20 minutes à 22 heures

  • science fiction

    C’est une histoire qui se passe sur une autre planète.

     

    Les gens de cette planète sont de couleur BLEUE, VERTE, ROSE ou ROUGE.

     

    En fait, leur couleur dépend uniquement de leurs idées du moment.

    Aussi n’est-il pas rare qu’un VERT devienne BLEU ou ROUGE, parce qu’un BLEU ou un ROUGE l’aura convaincu, ou qu’un ROSE un jour, soit VERT le lendemain.

     

    Sur cette planète, on connaît une forme de démocratie qui consiste, tous les 5 ans, à élire un chef de la même couleur que la majorité des gens.

    Pour les élections tout le monde se réuni dans un même endroit et chacun se range par couleur, les BLEUS à droite juste après les GRIS, les ROSES à gauche, à coté des ROUGES, les VERTS et les CACAS d’OIE là où il reste de la place.

    Les rangs ainsi formés on compte et l’on désigne chef, le candidat des plus nombreux.

     

    Hors sur cette planète, il se trouve que récemment ont eu lieu des élections.

     

    C’était un BLEU qui était chef et avec d’autres BLEUS, ses ministres, il avait mené une politique exécrable.

    Il s’était attaqué aux retraites, à la sécurité sociale, aux services publiques et pour finir il avait même essayé d’imposer un faux contrat de travail pour les jeunes. Mais là s’en était trop et les ROSES, les ROUGES, les VERTS étaient descendus dans la rue et le chef BLEU avait dû reculer.

    Lors d’élections intermédiaires pour connaître l’avis de la population, un jour sur le découpage régional et  un autre jour sur un projet de constitution commune avec des planètes des alentours, à chaque fois il  s’était avérer que le total des ROSES, ROUGES, VERTS était supérieur au total des BLEUS et a chaque fois le chef BLEU avait dû reculer.

    Il était donc évident pour tout le monde qu’à ces élections, les BLEUS allaient perde.

    Surtout que le BLEU qui se présentait pour futur chef, était encore plus BLEU que les autres. Outre le fait qu’il avait été ministre du précédent, il avait à maintes occasions, tenu des propos grossiers sur les jeunes qui ne pouvait que créer le rejet de sa personne.

    La cause était donc entendue les BLEUS n’avaient aucune chance.

    Mais à partir de ce moment, tout alla de travers.

    Au lieu de s’unir les anti-BLEUS se divisèrent.

     

    Chacun voulu montrer sa nuance, il y eu des VERTS EMERAUDE, des VERTS PRE, des ROSES BONBONS, des FUSHIA, des TIRIENS (qui font quand même plaisir) ,il y eu des ROUGES CARMIN, des VERMILLONS, même des ROUGES SANG.

     

    Sans compter que les CACAS D’OIE prétendirent être MAUVES, ce qui ajouta encore à la confusion.

    Après quoi les ROSES au lieu de dire qu’ils étaient ROSES se prétendirent JUSTES ce qui est une couleur que personne n’avait encore jamais vue. Dans leur discours ils agitaient des drapeaux au lieu d’agiter des idées, ils allèrent même jusqu'à prétendre que des idées ils n’en avaient point et qu’ils voulaient écouter celles des gens, lesquels gens savaient bien qu’ils n’en avaient pas.

     

    Les ROUGES, eux, dirent qu’ils n’étaient plus ROUGES mais couleur COLLECTIF couleur que là encore nul n’avait jamais vue.

     

    Quant aux VERTS à force de tergiverser sur les nuances à prendre, ils s’étaient fait piquer leur couleur par un peu tout le monde.

    Résultat seuls les BLEUS avaient l’air clair et disaient franchement qu’ils étaient BLEUS.

    Ils arrivèrent même à persuader les GRIS  que tout bien pesé ils étaient GRIS BLEU. 

    Et même quand le candidat BLEU sorti quelques énormités du genre que la couleur était héréditaire ou que s’il était élu, il s’occuperait plus de la couleur ARGENT que du BLEU, personne ne semblât lui en tenir rigueur.

    Aussi contre toute attente le jour des élections, les GRIS se dirent BLEUS, les BLEUS restèrent BLEUS, les MAUVES refirent un CACA d’OIE et les ROSES malgré le soutien des VERTS et des ROUGES qui il faut le dire avaient pas mal perdu de leur couleur après un premier comptage, n’arrivèrent pas à être les plus nombreux.

    Le soir des élections la candidate des ROSES eu beau dire que si eux les ROSES avaient été plus nombreux et bien eux les BLEUS auraient  bel et bien pris la pâtée, rien n’y fit, c’est un BLEU, qui fut élu.

    Les analystes de cette planète se perdant en conjectures ils firent appel à un terrien, moi-même, dont la qualité principale et d’être un daltonien reconnu.

    Ouvrant les yeux je m’aperçu très vite que si  nul n’hésite entre amis, en famille ou au travail à tenir des propos qui  font voir la vie en ROSE, une fois seul, tous ont une peur BLEUE.  Peur d’être malade, de perdre son travail, peur que la couche d’ozone ne leur tombe sur la tête, peur que leurs enfants ne réussissent pas à l’école, peur de vieillir, de grossir, peur des coups de soleil, du froid, peur de faire l’amour avec des inconnus, peur des envahisseurs, du changement en général, du bruit comme du silence, des voisins, des flics, peur de manquer d’eau, de pétrole, d’argent, peur de la facture du portable, des araignées, des chiens, de la volaille et même des vaches folles.

    Pour que les ROSES, ROUGES, VERTS l’emportent un jour, il faudrait que la peur se transforme en révolte.

    Mais voilà le problème avec la peur, c’est que plus on les collectionne et moins on a la capacité de lutter contre.

  • Chirac, au secours ils sont devenus fous !

    Christian Poncelet impliqué dans une affaire de trafic d'influence

    Le président du Sénat Christian Poncelet à Bratislava le 25 mai 2007

    Le parquet de Paris a classé sans suite en novembre 2006 une enquête préliminaire ouverte sept mois plus tôt pour «abus de biens sociaux» dans laquelle Christian Poncelet était impliqué. Il s'agissait de la mise à sa disposition d'une secrétaire payée de 1972 à 2000 par France Telecom.

    Samuel Kubani AFP/Archives ¦ Le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête préliminaire pour des faits de "trafic d'influence" susceptibles d'impliquer le président du Sénat Christian Poncelet,

    Le numéro deux de l’Etat, le président du Sénat Christian Poncelet, impliqué dans une affaire de trafic d’influence.

    Le parquet général de Paris a confirmé mardi qu'à la suite de la transmission par le parquet de Créteil le 26 avril d'un rapport «évoquant d'éventuels faits de trafic d'influence», le procureur général Laurent Le Mesle avait demandé au parquet de Paris «de procéder à des vérification» qui ont abouti à l'ouverture de l'enquête préliminaire.

    Une aide à un ami homme d'affaires?


    Selon «Le Canard enchaîné» de mercredi, le président du Sénat est intervenu à plusieurs reprises afin que son «ami» Jean-Claude Bertoldi, qui travaillait pour la Sogea, une entreprise de travaux publics filiale de Vinci, obtienne des marchés publics en France et à l'étranger en contrepartie de commissions.

    Jean-Claude Bertoldi est un homme d'affaires mis en examen et incarcéré dans le cadre d'une instruction en cours à Créteil pour «escroquerie, abus de biens sociaux et faux en écritures privées».

    Des écoutes téléphoniques révélatrices


    D'après une source proche du dossier, c'est dans le cadre de cette information judiciaire ouverte à Créteil que des écoutes téléphoniques ont mis en évidence des contacts réguliers entre Christian Poncelet et Jean-Claude Bertoldi. Le «Canard» reproduit ainsi un extrait d'une audition accablante de l’homme d’affaires devant les enquêteurs, dans laquelle ce dernier évoque le versement d'une «commission» de 8.000 euros à Christian Poncelet si la Sogea obtenait un chantier dans les Vosges «grâce à son influence».

    Les deux hommes ont évoqué ce scénario le 8 février 2007 par téléphone, toujours selon l'audition citée par le journal. Christian Poncelet, explique le journal, est intervenu à d'autres reprises, et notamment le 8 décembre 2006 auprès d'un conseiller de la ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, pour la construction du siège de la gendarmerie à Issy-les-Moulineaux, près de Paris. Il a assuré à son ami avoir obtenu gain de cause pour la Sogea.

    En outre, il aurait rencontré le président du Sénat roumain le 15 février toujours à la demande de Jean-Claude Bertoldi pour faciliter l'implantation d'un magasin Carrefour en Roumanie.

    Christian Poncelet dément

    Christian Poncelet, qui «dément catégoriquement des allégations mensongères» et annonce porter plainte pour «diffamation», a expliqué au «Canard» qu'il avait «voulu aider des entreprises françaises à s'installer à l'étranger en toute transparence, qu'il n'a jamais touché un centime et jamais fait pression sur personne». Il a également affirmé au journal qu'il ne «connaît pas très bien» Jean-Claude Bertoldi.

    (Source 20Minutes.fr, éditions du 05/06/2007 - 20h58 )

    Et si Chirac remplaçait Poncelet, c'est un scénario qui circule depuis un an et, après  moins d'un mois de l'élection présidentielle, une affaire sur le Président du Sénat, étonnant non ? Après Pasqua, Chirac, va nous manquer au moins deux pour taper le carton en cellule ou plutôt au Palais du Luxembourg -;)

  • Les amis de mes amis ...

    Un grand flic, ami de Sarkozy, pour réformer la police en douceur

    Frédéric Péchenard, nouveau directeur général de la Police nationale

    La "grande maison" a un nouveau directeur général: Nicolas Péchenard, policier à la carrière brillante, très proche du Président.

    Lorsqu’il lui a agrafé le ruban rouge de sa Légion d’honneur, Nicolas Sarkozy n’a pas hésité à qualifier Frédéric Péchenard de policier "le plus brillant de sa génération". En gratifiant ainsi le patron de la police judiciaire parisienne, l’ancien ministre de l’Intérieur s’adressait aussi à un vieil ami. Les deux quinquas ont grandi en voisins à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), où leurs mères, avocates, avaient sympathisé.

    De l’avis des piliers de la place Beauvau, cet homme a effectué un parcours parisien sans faute, ou presque. Commissaire à Chaillot, il entame ensuite la carrière type d’un grand flic : brigade des stups, antigang, brigade criminelle, brigade financière... jusqu’à devenir en juin 2006, le patron de la PJ parisienne.

    Entre leurs souvenirs d’enfance à Neuilly et l’aboutissement de leur ascension vers les sommets du pouvoir, le politique et le policier ont aussi vécu ensemble une véritable épreuve du feu. En 1993, Péchenard est numéro 2 de l’antigang lors de la prise d’otages de la maternelle de Neuilly, dont le maire va courageusement intervenir pour négocier la libération des enfants avec Human Bomb. Une histoire qui révèle les individus autant qu’elle soude les hommes.

    Aussi, quand le ministre de l’Intérieur le nomme directeur de la PJ parisienne en juin 2006, il a déjà une idée de la place qu’il pourrait réserver à cet homme aussi tranchant avec ses troupes qu’affable et courtois avec les journalistes. Comme Nicolas Sarkozy -est-ce un hasard?- il a toujours pris grand soin de ses relations avec la presse. A l’époque, le Figaro souligne d’ailleurs que cette nomination "ne doit rien au hasard".

    A 50 ans, le contrôleur général (plus haut grade de la police) Péchenard va avoir la tâche délicate d’infléchir en douceur la politique de son ami président de la République. Autrement dit, de réintroduire dans le fonctionnement de la police urbaine une dose de proximité, sans tomber dans les erreurs commises par Jean-Pierre Chevènement il y a dix ans.

    Car l’urgence, telle qu’elle se dit ouvertement dans les commissariats, est de rétablir un lien avec la population. Péchenard devra travailler en harmonie avec son nouveau ministre de tutelle, Michèle Alliot-Marie, venue de la Défense. Mais l'homme sait aussi être aux ordres quand il le faut. Vieux souvenir d’un service militaire accompli en 1983 comme officier chez les chasseurs parachutistes.

    Source Rue 89
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu