Avertir le modérateur

des livres et moi - Page 5

  • Le plus vieux métier du monde ?

    Il n’est pas un sujet qui soit 

    Prostitution, pute, femme, abolition,

    plus porteur de clichés, de stéréotypes et de complaisance que la prostitution. Malgré des avancées réelles et l’apparition – enfin – du sujet au calendrier politique, on est souvent tenté de croire que la pensée n’a pas évolué depuis 25 siècles. Mal nécessaire, plus vieux métier du monde, besoins irrépressibles, rien ne nous est épargné. C’est que la prostitution touche à des points douloureux : le sexe, l’argent et le pouvoir.

     Repeinte en rose par le capitalisme libéral pour des raisons sonnantes et trébuchantes, maquillée glamour, cette vieillerie machiste fait de la résistance. Une union sacrée, solidement arcboutée sur le « choix » des prostitué-e-s, protège avec virulence le « droit » séculaire des clients, apparemment vital et intemporel.

     Pendant ce temps, l’Europe proxénète arrive à nos portes et les bordels industriels à nos frontières. L’emploi de « travailleuse du sexe » s’inscrit dans les esprits et les syndicats de clients dans le paysage social. Une voie royale pour  l’hyperprofit. Mais pour qui et à quel prix ? Et quid des raisons qui enferment un nombre croissant de femmes – et d’hommes  - de plus en plus jeunes, dans pareille impasse ?

     Incarnation de l’inégalité entre les femmes et les hommes, huis clos où s’exercent toutes les violences, la prostitution est porteuse d’enjeux considérables : pour les rapports femmes/hommes, pour l’image et le statut des femmes dans nos sociétés, pour la lutte contre la marchandisation de nos vies.

     Il est urgent de sortir des vieux schémas, d’extraire la sexualité du champ du marché et de faire advenir de nouveaux rapports humains ; une révolution culturelle, pas moins. Il se trouve que cette révolution est en marche. Une société sans prostitution est désormais la ligne d’horizon. Utopie ? Oui, au sens de Victor Hugo, pour qui « l’utopie d’aujourd’hui  est la réalité de demain. »

    ISBN / 978-2-35930-069-7

    140 pages - 12,00 €

    C'est là : www.i-editions.com

  • La ménagère de + ou - de 50 ans...

    La ménagère.pngAlain Guillo - Autodidacte - Éditeur, essayiste à ses heures et poète aux mêmes heures, militant tout le temps. Rien ne le laisse insensible.

    Accompagner des œuvres de l'esprit est pour lui la plus belle des missions. A son actif 5 livres et une trentaine d'expositions, pour autant il ne se considère pas comme un auteur mais plus comme un passeur de mots. Il a également produit 3 CD et publié pas moins de 200 ouvrages...

    Dans ce livre il complète les illustrations et donne aussi des thèmes à illustrer.

    Sakoch est illustrateur peintre haïssant la connotation de " artiste ", car comme il se  place illico dans un clan dans lequel il n'a nulle envie de se fourrer. Le terme de " gribouilleur " ou " éjaculateur violant la virginité des choses " lui conviendrait mieux.

    Ces deux rencontres donnent une connotation ubuesque et sans compromis aux sujets abordés.

    Le politiquement correct est resté aux oubliettes des penseurs patentés et c'est mieux ainsi !

    Sortie prochainement !

  • Petit précis de l'islamophobie ordinaire

    1° de couv Précis.jpgIslam. Le terme est presque tabou dans l'espace public français. A tel point que la deuxième religion de France est, régulièrement, l'objet non pas du désir mais du scandale.

    Burqa, viande halal, piscine non-mixte ou terrorisme, les polémiques se sont succédées, ces dernières années, à un rythme effréné, laissant pantois, les principaux concernés.

    Les musulmans de France sont devenus, "à l'insu de leur plein gré", les acteurs d'un choc des civilisations à la française!

    Beaucoup ont, d'ailleurs, vécu, des épisodes directement islamophobes. Blessés, indignés ou résignés, impossible pour eux de rester indifférents.

     Nadia Henni-Moulaï, en est convaincue, le rejet de l'islam en Europe  n'est pas une cause, plutôt une conséquence, son nom? L'ignorance ! L'inculture n'est elle pas l'un des ressorts de la peur de l'autre?

     A travers une série d'anecdotes, l'auteur raconte les pérégrinations de Français de confession musulmane pris en tenaille entre préjugés tenaces ou caricatures infondées.

    Au fil de ces nouvelles bien réelles, elle s'attache à débusquer la bêtise manifeste de "ces islamologues de comptoir." Si la montée de l'islamophobie est un fait prouvé en Europe, beaucoup de musulmans ont pris le parti de la dérision, tant les remarques frisent parfois le grotesque. Avec ce deuxième ouvrage, l'auteur dénonce le rejet de l'islam par une frange de la société française.

    Sans minimiser l'islamophobie, l'auteur  renvoie à la face des ignorants, la sottise dont ils font preuve et leur adresse au passage un message très clair : les musulmans doivent communiquer à propos de leur religion. Mais le Français lambda doit « cultiver son jardin, » et cela tombe bien, la France regorge de bibliothèques!

    148X210 – 150 pages – 978-2-359630-064-2 - 13.00 € - Dès fdécembre !

    www.i-editions.com

     

  • Le plus vieux "métier" du monde ?

    0155.o.pngLe plus vieux "métier" du monde ?Le plus vieux "métier" du monde ? Textes Claudine Legardinier, illustrations Caroline Dewaele. Enfin un livre pour l'abolitionnisme ! Authentique, sincère et illustré magnifiquement ! Les textes et les visuels sont un apport à cette cause que nous défendons tous, celle de l'abolitionniste !

    Claudine Legardinier commente ce merveilleux livre :

     Il n’est pas un sujet qui soit plus porteur de clichés, de stéréotypes et de complaisance que la prostitution. Malgré des avancées réelles et l’apparition – enfin – du sujet au calendrier politique, on est souvent tenté de croire que la pensée n’a pas évolué depuis 25 siècles. Mal nécessaire, plus vieux métier du monde, besoins irrépressibles, rien ne nous est épargné. C’est que la prostitution touche à des points douloureux : le sexe, l’argent et le pouvoir.

     Repeinte en rose par le capitalisme libéral pour des raisons sonnantes et trébuchantes, maquillée glamour, cette vieillerie machiste fait de la résistance. Une union sacrée, solidement arcboutée sur le « choix » des prostitué-e-s, protège avec virulence le « droit » séculaire des clients, apparemment vital et intemporel.

     Pendant ce temps, l’Europe proxénète arrive à nos portes et les bordels industriels à nos frontières. L’emploi de « travailleuse du sexe » s’inscrit dans les esprits et les syndicats de clients dans le paysage social. Une voie royale pour  l’hyperprofit. Mais pour qui et à quel prix ? Et quid des raisons qui enferment un nombre croissant de femmes – et d’hommes  - de plus en plus jeunes, dans pareille impasse ?

     Incarnation de l’inégalité entre les femmes et les hommes, huis clos où s’exercent toutes les violences, la prostitution est porteuse d’enjeux considérables : pour les rapports femmes/hommes, pour l’image et le statut des femmes dans nos sociétés, pour la lutte contre la marchandisation de nos vies.Il est urgent de sortir des vieux schémas, d’extraire la sexualité du champ du marché et de faire advenir de nouveaux rapports humains ; une révolution culturelle, pas moins. Il se trouve que cette révolution est en marche. Une société sans prostitution est désormais la ligne d’horizon. Utopie ? Oui, au sens de Victor Hugo, pour qui « l’utopie d’aujourd’hui  est la réalité de demain. »

    C'est ici : http://www.i-editions.com/catalogue/livres/?id=155


  • La (presque) vraie vie de Jim

    couverture 2(1).jpgAntipathique, antisocial  névrosé et poisseux  Jim est un homme qui n’aime rien ni personne.


    Dans  cet album Jim nous emmène dans son univers, chez lui et au travail et dans sa haine de l'injustice, des cons et des yorkshires.

    Il va  vous montrer  au fil de ses  péripéties  à quel point le doigt de Dieu pèse sur sa vie. Pour s’en sortir Jim a des solutions bien à lui…

    Bref Jim on l’aime et puis c’est tout.

    A paraitre en 2013

  • Ma solitude dans un verre

     

    COUV MA SOLITUDE DANS VERRE HD2.jpgComme beaucoup de matins, je me suis réveillée la bouche pâteuse, l'esprit embué par les vapeurs d'alcool, le moral dans les chaussettes.Le passage devant la glace de la salle de bain est un cauchemar.

    Qui est cette femme dans ce miroir ? C'est moi !

    Le seul neurone actif qui me reste, cette petite lumière, me dit de réagir là, maintenant, tout de suite. J'ai réagi !

    Pourquoi ? Comment ? Pourquoi à ce moment-là ?...

    En passant par la prise de conscience, l'espoir, les psys, les peurs, les doutes, ce livre dévoile avec humour et pudeur ce qui tourne autour de ce fléau, de ce TABOU qu'est l'alcool.


    A paraitre en novembre 2012

    14 €

  • Nos deux nouveautés ! disponibles !

    Cliquez sur les couvertures !

     

    EssaiCouv10.jpg

    Couv_ma.jpg

  • Le plus vieux "métier" du monde ?

    Page de garde DP MN.Page 3.pngUn livre à paraitre prochainement chez "Les Points sur les i Edt" Collection : Les Moutons noirs vous disent : Le plus vieux "métier" du Monde ?

    Une solution, l’abolition

    Extraire la sexualité du champ du marché est une exigence éthique
    et une urgence au moment où la dérive marchande gagne du terrain : gestation pour autrui, accompagnement sexuel pour les personnes handicapées… Sous le couvert de l’émotionnel, la société prétendrait donner des réponses marchandes à tous les champs de la détresse. Une voie de servitude toute tracée pour un nouveau prolétariat dont on fera mine de louer la générosité et l’altruisme .

    Face à cette résignation, présentée sous les dehors du pragmatisme, l’abolitionnisme est une exigence. Il attend de nos démocraties qu’elles offrent à chaque personne le droit de ne pas être réduite à vendre l’accès sexuel à son corps pour vivre. Ce n’est qu’à cette condition que la sexualité sera vécue librement, hors de toute contrainte sociale et économique, juridique et morale .

    Dans l’attente de cet objectif global, il faut réhabiliter le simple souci de l’autre. Les personnes qui en arrivent à la prostitution sont en majorité celles qui se trouvent dans la situation la plus précaire, la plus vulnérable. Tout homme honnête, s’il prenait ses responsabilités, cesserait sur l’instant, ne serait-ce que dans le doute, d’exercer ce « droit » à l’exploitation sexuelle. Et toute femme engagée renoncerait à couvrir ces agissements qui ouvrent la porte, au mieux à la violence et à l’inégalité, au pire à l’esclavage et à la barbarie.

    Claudine Legardinier
     
    www.abolition2012.fr

  • La ménagère de plus ou moins de 50 ans vous emmerde !

    La ménagère.pngLes publicitaires adorent, les ménagères de plus ou moins de 50 ans. Les programmes télévisuels sont tous liés à la ménagère de plus ou moins de 50 ans, celle qui est priée de regarder la pub et d’acheter docilement les produits vantés à l’écran. Comme si ce critère d’âge était représentatif d’un mode de consommation uniforme pour tous, comme un repère auquel il convient de se référer… Rien que le mot « ménagère » est une insulte en direction de la gente féminine, il est plus rare d’entendre l’homme « ménager » de plus ou moins de 50 ans… Qui serait tout aussi désobligeant Alors les auteurs, fermement décidés à bousculer l’ordre établi, croquent, non sans malice avec cette pointe d’humour décapante qui pousse tout un chacun à s’interroger sur cette formulation. Observateurs et responsables l’assurent avec effluves de sous entendus dédaigneux : la ménagère de plus ou moins de 50 ans ne s’intéresse pas aux événements, elle s’intéresse qu’aux produits de consommation, qu’aux peoples et autres gadgets de la vie. Des situations des plus cocasses aux plus inattendues sont proposées dans ce livre qui apporte un démenti cinglant à ceux qui prétendent détenir la formule d’un mode de consommation uniformisé. Textes Alain Guillo Illustrations Sakoch A paraitre en octobre 2012

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu