Avertir le modérateur

des livres et moi - Page 7

  • La ménagère de plus ou moins de 50 ans vous emmerde !

    La ménagère.pngLes publicitaires adorent, les ménagères de plus ou moins de 50 ans. Les programmes télévisuels sont tous liés à la ménagère de plus ou moins de 50 ans, celle qui est priée de regarder la pub et d’acheter docilement les produits vantés à l’écran. Comme si ce critère d’âge était représentatif d’un mode de consommation uniforme pour tous, comme un repère auquel il convient de se référer… Rien que le mot « ménagère » est une insulte en direction de la gente féminine, il est plus rare d’entendre l’homme « ménager » de plus ou moins de 50 ans… Qui serait tout aussi désobligeant Alors les auteurs, fermement décidés à bousculer l’ordre établi, croquent, non sans malice avec cette pointe d’humour décapante qui pousse tout un chacun à s’interroger sur cette formulation. Observateurs et responsables l’assurent avec effluves de sous entendus dédaigneux : la ménagère de plus ou moins de 50 ans ne s’intéresse pas aux événements, elle s’intéresse qu’aux produits de consommation, qu’aux peoples et autres gadgets de la vie. Des situations des plus cocasses aux plus inattendues sont proposées dans ce livre qui apporte un démenti cinglant à ceux qui prétendent détenir la formule d’un mode de consommation uniformisé. Textes Alain Guillo Illustrations Sakoch A paraitre en octobre 2012

  • Lettre ouverte aux humanistes en général et aux socialistes en particulier !

    0001.o.pngDans cette lettre ouverte aux humanistes et aux socialistes, Pierre Henry se livre à un plaidoyer pédagogique, efficace et sans concession en faveur d'une vision de l'immigration qui allie respect, solidarité et responsabilité.


    Déserté depuis de nombreuses années par la gauche, le thème de l'immigration est instrumentalisé par la droite avec pour objectifs d'attirer les voix des électeurs du Front national, de conquérir le pouvoir et de le conserver.


    Dans une France en crise d'identité et de confiance, l'utilisation des peurs s'avère dramatique pour l'équilibre si fragile de notre cohésion sociale.


    Le vivre ensemble mérite pourtant mieux que quelques mythes simplificateurs. Mais que dire, que proposer face à un discours dominant tellement simpliste qu'il semble devenu évidence ?


    Le plus souvent désarmée, la gauche n'a pu opposer à ce populisme que son angélisme ou son adhésion aux discours de sélection et de sécurité qui sont autant de fausses pistes.


    Cette lettre ouverte déconstruit le discours dominant, explique les termes de l'immigration, relève l'ampleur et la nature des défis qui sont à la source des migrations, indique un chemin. Celui d'un humanisme raisonné, force de proposition, fidèle aux valeurs de respect et de solidarité, sûr de son identité.


    Tel est le sens du message que Pierre Henry veut transmettre à tous ceux qui partagent ce combat.


    Pierre Henry est Directeur général de l'organisation France Terre d'Asile, spécialiste des questions de développement, d'immigration et d'asile.

    Cette lettre ouverte aux humanistes et aux socialistes en particulier est unanimement saluée par la presse ! Cliquez sur cette photo Paiement par CB ou imprimer un bon de commande, merci ! 1945788855.png

  • La France que nous voulons

    0132.o.pngLes jeunes sont aujourd’hui les grands absents des débats politiques malgré les discours volontaristes des responsables destinés à « leur parler ou à les comprendre ».

        Pourtant, ils sont et seront le pivot des mutations des sociétés d’Europe occidentale et des pays du Sud. La génération post baby-boom, celle des crises, a grandi dans l'ambiance pessimiste alimentée par les déclinologues.

             Aussi, il semble indispensable de rompre avec les idées reçues telles que « vous allez travailler plus, vous n’aurez pas notre qualité de vie, votre avenir sera moins bon que notre passé…. ».

        A rebours de cette perspective et à travers une démarche résolument francoptimiste, des jeunes, d’horizons différents et avec un regard neuf, s’attèlent à répondre aux défis de notre société : Comment rendre le système éducatif et politique plus égalitaire ? Est-il possible de rembourser la dette publique sans condamner l’avenir ? Comment concilier travail et bien-être ? Quelle agriculture et quels transports durables pour demain ? Y a-t-il un avenir industriel pour la France ? Quelles valeurs la France peut-elle et doit-elle porter à l’international ?

    Le lien est là : http://www.i-editions.com/catalogue/livres/?id=132

  • Panorama sur l'Histoire des syndicats

    1° de Couv Panorama.avec contourpng.pngLe livre qu’offre Allain Graux présente cette caractéristique  heureuse de se présenter comme une synthèse grand public des principales questions afférentes à l’état des organisations syndicales dans l’hexagone, essentiellement, mais avec de bienvenues ouvertures au-delà. L’appui revendiqué sur différentes disciplines (histoire, sociologie, sciences politiques, économie également) procure une large vision du phénomène syndical dans ce pays. Il en résulte une contribution fournie, documentée et précise du mouvement syndical, de ses composantes, de son évolution, de quelques-uns des problèmes auxquels il doit faire face.

    Préface : Georges Ubbiali, Mcf en sociologie, Université de Bourgogne.

    Le lien pour le commander c'est ici : http://www.i-editions.com/catalogue/livres/?id=154

  • L'Homme féministe: un mâle à part ?

    L'homme féministe : un mâle à part ? sur "Rue 89"
     
     
    1° de couv HF.jpg

  • Rien vu, rien entendu

    BD, collectif les moutons noirs, denis gohin, inceste, pédophilie, pedocriminalité, rien vu rien entendu, steve jobs

    Bande Dessinée satirique sur l’inceste et la pédocriminalité.

    Graphistes, scénaristes, coloristes, 33 intervenants se sont attelés à un travail REMARQUABLE !

     

    Cliquez sur ce lien : http://www.i-editions.com/catalogue/livres/?id=140

  • Les médias !

    1° de couv MN.jpgMesdames et messieurs les journalistes qui invitez des auteurs qui n'ont pas (plus)  besoin de "publicité" sur leurs livres puisque déjà vendus à quelques centaines de milliers d'exemplaires...

    Pourquoi ne parlez-vous pas ou (trop) peu des maisons comme les nôtres, seules, indépendantes, avec très souvent une seule personne aux commandes ( vous imaginez-vous le dévouement, le sacrifice que cela impose et les risques en terme de pérennité ?)

    Alors puisque nous représentons 80 % des 65 000 nouveautés produites en France chaque année mais seulement 20 % du marché...

    Donnez-nous en termes de visibilité ces 20 %.... Merci

    Et merci de regarder ce livre qui se doit d'être dans toutes les écoles, églises, institutions, il n'a pas été édité innocemment !

    Le lien est là : http://www.i-editions.com/catalogue/livres/?id=140

  • « Rien vu, rien entendu... »

    i,nceste,pedocriminalité,moutons noirs,sandrine apers,lespointssurlesiBonjour,

     C'est un collectif d'une trentaine d'artistes que nous avons créé (Collectif Les Moutons Noirs) afin d'exposer une violence trop souvent banalisée et tue et nous l'avons décidé : 2012 ne se fera pas sans nous !
    Graphistes, scénaristes, coloristes, une trentaine d'intervenants se sont attelés à un travail REMARQUABLE !

    Imaginez une révolte de moutons noirs décidés à décortiquer l’un des sujets les plus tabous de notre société : celui que personne ne veut ni voir, ni entendre : le viol des enfants.

    Accompagnez ce troupeau hors du commun, sur les chemins tortueux d’une vérité concernant notre société contemporaine, racontée avec une pointe d’humour, de sarcasme, d’agacement, de colère et de poésie.

    Investissez ce livre de votre regard, de vos pensées, de vos commentaires, de vos ricanements.

    Soyez choqués, attristés, abasourdis, indignés mais que plus jamais ce sujet ne vous laisse indifférents.

    Vous trouverez dans le lien pour le réserver, le Dossier de Presse à diffuser largement à vos connaissances, amis, contacts presse, etc.. Nous comptons sur vous donc pour le commander, le lire et transmettre l'info le plus largement possible pour que ce livre soit connu !

    En vous remerciant mille fois de votre attention et de votre soutien.

     

    Bien solidairement,

    Sandrine Apers

    Coordinatrice du projet.

    Le lien est là : http://www.i-editions.com/catalogue/livres/?id=140


  • Son Livre autofinancé !

    Pour être publié à moindre coût en autofinancement et surtout conserver ses droits et sans autres obligations, cliquez sur . Merci !

     

    livre,autofinancement,auteur,investissementQuelques exelivre,autofinancement,auteur,investissementmpleslivre,autofinancement,auteur,investissement

    livre,autofinancement,auteur,investissementlivre,autofinancement,auteur,investissementlivre,autofinancement,auteur,investissementlivre,autofinancement,auteur,investissementlivre,autofinancement,auteur,investissement

  • Torreton écrit à Ferrat

     Jean,

    J'aimerais te laisser tranquille, au repos dans cette terre choisie. J'aurais aimé que ta voix chaude ne serve maintenant qu'à faire éclore les jeunes pousses plus tôt au printemps, la preuve, j'étais à Entraigues il n'y a pas si longtemps et je n'ai pas souhaité faire le pèlerinage. Le repos c'est sacré!
    Pardon te t'emmerder, mais l'heure est grave, Jean. Je ne sais pas si là où tu es tu ne reçois que le Figaro comme dans les hôtels qui ne connaissent pas le débat d'idées , je ne sais pas si tu vois tout, de là haut, ou si tu n'as que les titres d'une presse vendue aux argentiers proche du pouvoir pour te tenir au parfum, mais l'heure est grave!


    Jean, écoute moi, écoute nous, écoute cette France que tu as si bien chantée, écoute la craquer, écoute la gémir, cette France qui travaille dur et rentre crevée le soir, celle qui paye et répare sans cesse les erreurs des puissants par son sang et ses petites économies, celle qui meurt au travail, qui s'abime les poumons, celle qui se blesse, qui subit les méthodes de management, celle qui s'immole devant ses collègues de bureau, celle qui se shoote aux psychotropes, celle à qui on demande sans cesse de faire des efforts alors que ses nerfs sont déjà élimés comme une maigre ficelle, celle qui se fait virer à coups de charters, celle que l'on traque comme d'autres en d'autres temps que tu as chantés, celle qu'on fait circuler à coups de circulaires, celle de ces étudiants affamés ou prostitués, celle de ceux-là qui savent déjà que le meilleur n'est pas pour eux, celle à qui on demande plusieurs fois par jour ses papiers, celle de ces vieux pauvres alors que leurs corps témoignent encore du labeur, celles de ces réfugiés dans leurs propre pays qui vivent dehors et à qui l'on demande par grand froid de ne pas sortir de chez eux, de cette France qui a mal aux dents, qui se réinvente le scorbut et la rougeole, cette France de bigleux trop pauvres pour changer de lunettes, cette France qui pleure quand le ticket de métro augmente, celle qui par manque de superflu arrête l'essentiel...


    Jean, rechante quelque chose je t'en prie, toi, qui en voulais à D'Ormesson de déclarer, déjà dans le Figaro, qu'un air de liberté flottait sur Saigon, entends-tu dans cette campagne mugir ce sinistre Guéant qui ose déclarer que toutes les civilisations ne se valent pas? Qui pourrait le chanter maintenant? Pas le rock français qui s'est vendu à la Première dame de France.
    Ecris nous quelque chose à la gloire de Serge Letchimy qui a osé dire devant le peuple français à quelle famille de pensée appartenait Guéant et tout ceux qui le soutiennent!


     Jean, l'huma se vend toujours aux bouches des métro, sur les marchés et au porte à porte, mais c'est Bolloré qui a remporté le marché avec ses gratuits. Maintenant, pour avoir l'info juste, on fait comme les poilus de 14/18 qui ne croyaient plus la propagande, il faut remonter aux sources soi-même, il nous faut fouiller dans les blogs... Tu l'aurais chanté même chez Drucker cette presse insipide, ces journalistes fantoches qui se font mandater par l'Elysée pour avoir l'honneur de poser des questions préparées au Président, tu leur aurais trouvé des rimes sévères et grivoises avec vendu...
    Jean, l'argent est sale, toujours, tu le sais, il est taché entre autre du sang de ces ingénieurs français. La justice avance péniblement grâce au courage de quelques uns, et l'on ose donner des leçons de civilisation au monde...


    Jean l'Allemagne n'est plus qu'à un euro de l'heure du STO, et le chômeur est visé, insulté, soupçonné. La Hongrie retourne en arrière ses voiles noires gonflées par l'haleine fétide des renvois populistes de cette droite "décomplexée".


    Jean, les montagnes saignent, son or blanc dégouline en torrents de boue, l'homme meurt de sa fiente carbonée et irradiée, le poulet n'est plus aux hormones mais aux antibiotiques et nourri au maïs transgénique. Et les écologistes n’en finissent tellement pas de ne pas savoir faire de la politique. Le paysan est mort et ce n’est pas les n° de cirque du salon de l’agriculture qui vont me prouver le contraire. Les cowboys aussi faisaient tourner les derniers indiens dans des cirques! Le paysan est un employé de maison chargé de refaire les jardins de l'industrie agroalimentaire, on lui dit de couper il coupe, on lui dit de tuer son cheptel il le tue, on lui dit de s'endetter il s'endette, on lui dit de pulvériser il pulvérise, on lui dit de voter à droite il vote à droite... Finies les jacqueries!


    Jean, la Commune n'en finit pas de se faire massacrer chaque jour qui passe. Quand chanterons-nous "le Temps des Cerises"? Elle voulait le peuple instruit, ici et maintenant on le veut soumis, corvéable, vilipendé quand il perd son emploi, bafoué quand il veut prendre sa retraite, carencé quand il tombe malade... Ici on massacre l'Ecole laïque, on lui préfère le curé, on cherche l'excellence comme on chercherait des pépites de hasards, on traque la délinquance dès la petite enfance mais on se moque du savoir et de la culture partagés...


    Jean, je te quitte, pardon de t'avoir dérangé, mais mon pays se perd et comme toi j'aime cette France, je l'aime ruisselante de rage et de fatigue, j'aime sa voix rauque de trop de luttes, je l'aime intransigeante, exigeante, je l'aime quand elle prend la rue ou les armes, quand elle se rend compte de son exploitation, quand elle sent la vérité comme on sent la sueur, quand elle passe les Pyrénées pour soutenir son frère ibérique, quand elle donne d'elle même pour le plus pauvre qu'elle, quand elle s'appelle en 54 par temps d'hiver, ou en 40 à l'approche de l'été. Je l'aime quand elle devient universelle, quand elle bouge avant tout le monde sans savoir si les autres suivront, quand elle ne se compare qu'à elle même et puise sa morale et ses valeurs dans le sacrifice de ses morts...
    Jean, je voudrais tellement t'annoncer de bonnes nouvelles au mois de mai... Je t'embrasse.

     

    Philippe Torreton


    Ps: Il y a un copain chanteur du Président de la République, qui reprend du service dans la grande entreprise de racolage en tout genre, et qui chante à ta manière une chanson en ton honneur. N'écoute pas, c'est à gerber...

     

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu