Avertir le modérateur

1968

  • Mai 68

    676806914.jpg

    Mai 68 vu par un photographe « amateur »

    Les cinquante-deux clichés en couleurs des événements de mai 68 sont inédits. Ils sont restés durant quarante ans dans une boîte à chaussures.

    A l’époque des faits, père de famille, cadre commercial chez Olivetti, photographe

    « amateur », c’est en dehors de mon activité professionnelle que j’ai opéré sur ces lieux significatifs de ce séisme culturel et politique :

    la Sorbonne, la rue, les grandes manifs, l’usine Citroën à Javel …

    Mes photos ne sentent donc ni les gaz lacrymogènes ni les voitures brûlées.

    Elles sont le témoignage d’un spectateur anonyme, attentif aux événements marquants de l’histoire de son pays.

    Ces images sont surtout, quarante ans après, la restitution d’un climat politique où trois composantes du corps social se sont puissamment exprimées :

    les étudiants, les forces de gauche syndicales et politiques et les tenants de l’ordre gaulliste.

    A ce titre, la mise en miroir des militants cégétistes de la manif du 29 mai et des manifestants gaullistes le lendemain 30 mai sur les Champs-Elysées, en dit plus sur les clivages de classes que de longues analyses socio-politiques …

    La majorité des photos de mai 68 sont en noir et blanc car la plupart des photographes de presse travaillaient à la commande et n’utilisaient que rarement des pellicules couleur.

    Les clichés de la manifestation gaulliste des Champs-Elysées ont été pris en fin de journée, à la nuit tombante.

    Systématiquement sous-exposés, ils sont aujourd’hui présentables grâce aux techniques numériques de retouche d’image.

     Jean-Paul Margnac

    709674022.JPGRetrouvez Jean-Paul : http://www.flickr.com/photos/jean-paul-margnac

     

  • Si 1968 m'était conté

    Voilà 40 ans que cette grève, la plus importante de toute l’histoire du mouvement ouvrier français (9 millions de salariés en grb8b07ab65485ec1aad0874754f0c8377.pngève) est délibérément déformée, caricaturée, minimisée pour en cacher son caractère de classe.
    Véritable document historique, ce livre témoignage, réalisé par les acteurs de Mai, ne se limite pas au récit chronologique de la grève de 1968. Etayé par des documents référencés irréfutables, il retrace le bouillonnement revendicatif de cette période qui n’a rien à voir avec une soi-disant spontanéité.
    L’entrée dans la grève le 16 Mai des Renault est un évènement considérable.
    Ce livre décrit au quotidien la conduite démocratique et autogestionnaire de ces cinq semaines de grève, il démontre la clairvoyance des « Renault » sachant déjouer avec l’ensemble de la classe ouvrière tous les pièges et manœuvres politiques de type 3ème voie.
    A partir de l’expérience du vécu des luttes antérieures, le moindre faux pas aurait coûté très cher à la classe ouvrière et la lutte n’aurait pas été victorieuse.
    Plus qu’une fresque historique, Michel Certano dans ce livre révèle aux jeunes générations la réalité de Mai et fait le bilan des acquis arrachés pendant 15 ans au patronat et au gouvernement. La liste est impressionnante.
    C’est là qu’il faut expliquer le silence ou la déformation des acquis considérables qu’il a apportés au monde du travail.
    Ce document est réalisé en collaboration avec Aimé HALBEHER jeune Secrétaire Général de la CGT Renault et son adjoint Roger SILVAIN, ces dirigeants sont comme Michel Certano embauchés comme apprentis à l’école d’apprentissage Renault, ils se sont succédés comme premiers dirigeants syndicaux chez Renault et principaux animateurs des luttes sociales dans l’entreprise.

    C’est donc comme acteurs de Mai 68 qu’ils témoignent.

    Michel Certano se passionne sur l’histoire des luttes sociales et a déjà réalisé un document sur les grèves de 1936 chez Renault.

    *

    f9d12b2a8a96755aafc74aef205f2c81.png40 ans déjà ! Alors que certains souhaitent en finir avec l’héritage de 1968, d’autres s’apprêtent à cultiver leur nostalgie, en republiant pour la 40ème fois les mêmes photos de manifestations, de voitures retournés, de CRS chargeant sur les jeunes, de Sartre figé sur son tonneau. Nous souhaitons montrer une autre image de ce que pudiquement on appelle « les évènements de 68 », en effet, au-delà de l’imagerie d’Epinal et des réelles avancées sociales et économiques, existe une autre conquête dont on parle trop peu : celle de la « dignité » conquise par les femmes.

    Par leurs Grèves elles ont rendu possible leurs Rêves. Lorsqu’elles manifestent dans les rues, occupent leurs usines et contestent le pouvoir en place, elles n’ont le droit à la contraception, l’avortement est interdit, elles ne peuvent pas ouvrir un compte bancaire sans l’accord de leur mari, qui a le statut de chef de famille et dispose, seul, de l’autorité parentale…..

    En quelques années, à partir de 1968, année ou le mot « contraception » fait son entrée dans le dictionnaire de l’académie française, les femmes vont obtenir le droit à la contraception, puis à celui de l’avortement, le droit d’ouvrir un compte bancaire sans l’accord de leur mari….

    Même si leur place dans les manuels d’histoire et les livres, concernant ce printemps 68 est des plus réduite, les femmes sont les grandes gagnantes de ce puissant mouvement social. Pour elles il s’agit d’une véritable révolution ! Disposer de son corps, de sa sexualité, s’affranchir du pouvoir des hommes, pères ou maris, vivre enfin en femmes libres. Bien des chaînes qui les asservissaient se sont brisées en quelques années, même si beaucoup reste à faire concernant l’égalité des sexes, en matière de salaire, de déroulement de carrière, de partage des taches domestiques, évoquer cette page importante, c’est précisément mesurer ce qui reste à conquérir.

    Ce livre évoque les combats menés par ces femmes pour leur dignité et leur liberté, des portraits de femmes connues, y croisent des textes écrits dans le feu de l’action. Des témoignages de militantes, de syndiquées, se mêlent à ceux de sportives. Colette Besson, championne olympique en cette année 1968, dialogue, par les vertus de la fiction et du collage, avec l’avocate Bette Klarsfeld, Régine Deforges poursuivie pour outrage aux bonnes mœurs le 22 mars 1968, rencontre Corinne, étudiante en droit, qui ce même jour investi la fac de Nanterre, déclenchant le mouvement du 22 mars, point de départ des « Evénements de 68 »….

    *

    medium_couv_1968.9.png...L’année 1968 est marquée par une série de révoltes un peu partout dans le monde. En France, comme dans la plupart des pays, c’est au mois de mai que le mouvement fut le plus important. Il aboutira à une grève générale de plusieurs semaines qui paralysera le pays (des camions militaires devront assurer des transports de fortune) et dépassera largement le mouvement étudiant démarré à l’université de Nanterre le 22 mars 1968. L’université de Nanterre se fait remarquer comme le théâtre du développement des groupes d’extrême gauche constitués de militants maoïstes, trotskystes et anarchistes. Elle sera le creuset d’une explosion qui au-delà de ses 11 000 étudiants percutera le monde universitaire et le monde du travail...

    ...Durant ce mois de mai, la France est en grève, non pas pour ne plus travailler mais pour travailler autrement. Les français remettent en cause un système bloqué, rigide, sourd et veulent vivre dignement. C’est ainsi que tous les secteurs sont touchés ...

    A cette époque, la jeunesse prône une liberté individuelle absolue en matière politique et sociale et rejette toute forme d’autorité....

    C’était il y a 40 ans ...

    Il faut liquider, "une bonne fois pour toute", l'héritage de Mai 1968, Nicolas Sarkozy  ( 30 avril 2007 )

    Les réponses se trouvent en cliquant sur les couvertures...

  • Certano en signature

    1516551574.pngl'Huma du 19 maib8b07ab65485ec1aad0874754f0c8377.png 2008

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L’entrée dans la grève le 16 Mai des Renault est un évènement considérable.

    Ce livre décrit au quotidien la conduite démocratique et autogestionnaire de ces cinq semaines de grève, il démontre la clairvoyance des « Renault » sachant déjouer avec l’ensemble de la classe ouvrière tous les pièges et manœuvres politiques de type 3ème voie.

  • Le 16... mai il y a 40 ans

     Voilà 40 ans que cette grève, la plus importante de toute l’histoire du mouvement ouvrier français (9 millions de salariés en grève) est délibérément déformée, caricaturée, minimisée pour en cacher son caractère de classe.

    Véritable document historique, ce livre témoignage, réalisé par les acteurs de Mai, ne se limite pas au récit chronologique de la grève de 1968. Etayé par des documents référencés irréfutables, il retrace le bouillonnement revendicatif de cette période qui n’a rien à voir avec une soi-disant spontanéité.

    L’entrée dans la grève le 16 Mai des Renault est un évènement considérable.

    Ce livre décrit au quotidien la conduite démocratique et autogestionnaire de ces cinq semaines de grève, il démontre la clairvoyance des « Renault » sachant déjouer avec l’ensemble de la classe ouvrière tous les pièges et manœuvres politiques de type 3ème voie.

    Pour vous le procurer cliquez ci-dessous :

    b8b07ab65485ec1aad0874754f0c8377.png

     

     

  • 1968 - 2008

    1610471790.jpg

    C'était en 1968, il y a 40 ans, étonnant ! Non ?

  • Mai 1968 - Billancourt

    1905437546.PNGVoilà 40 ans que cette grève, la plus importante de toute l’histoire du mouvement ouvrier français (9 millions de salariés en grève) est délibérément déformée, caricaturée, minimisée pour en cacher son caractère de classe.

    Véritable document historique, ce livre témoignage, réalisé par les acteurs de Mai, ne se limite pas au récit chronologique de la grève de 1968. Etayé par des documents référencés irréfutables, il retrace le bouillonnement revendicatif de cette période qui n’a rien à voir avec une soi-disant spontanéité.

    L’entrée dans la grève le 16 Mai des Renault est un évènement considérable.

    Ce livre décrit au quotidien la conduite démocratique et autogestionnaire de ces cinq semaines de grève, il démontre la clairvoyance des « Renault » sachant déjouer avec l’ensemble de la classe ouvrière tous les pièges et manœuvres politiques de type 3ème voie.

    A partir de l’expérience du vécu des luttes antérieures, le moindre faux pas aurait coûté très cher à la classe ouvrière et la lutte n’aurait pas été victorieuse.

    Plus qu’une fresque historique, Michel Certano dans ce livre, révèle aux jeunes générations la réalité de Mai et fait le bilan des acquis arrachés pendant 15 ans au patronat et au gouvernement. La liste est impressionnante.

    Il s'agit là d'expliquer le silence ou la désinformation des conquêtes considérables que ce mouvement a apporté au monde du travail.

    Cet ouvrage est réalisé en collaboration avec Aimé Halbeher, jeune Secrétaire Général de la CGT Renault et son adjoint Roger Silvain. Ces dirigeants sont, tout comme Michel Certano, embauchés à l’école d’apprentissage Renault, ils se sont succédés comme premiers dirigeants syndicaux chez Renault et principaux animateurs des luttes sociales dans l’entreprise.

    C’est donc comme acteurs de Mai 68 qu’ils témoignent.

    Michel Certano se passionne pour l’histoire des luttes sociales et a déjà réalisé un document sur les grèves de 1936 chez Renault.

    b8b07ab65485ec1aad0874754f0c8377.pngCliquez sur cette petite vignette

    144 pages

    Grand format ( 21 X 29,7 )

    Papier demi mat / 135 grammes

    Couverture quadri

    ISBN : 978-2-915640-67-8

    20,00 €uros - hors frais de port

     

     

    Delio photographe militant.

  • Bienvenue chez les ch'tis

    174575541.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Crédit : Lénon

  • Succès pour nos 3 livres sur "68"

    Voilà 40 ans que cette grève, la plus importante de toute l’histoire du mouvement ouvrier français (9 millions de salariés en grb8b07ab65485ec1aad0874754f0c8377.pngève) est délibérément déformée, caricaturée, minimisée pour en cacher son caractère de classe.
    Véritable document historique, ce livre témoignage, réalisé par les acteurs de Mai, ne se limite pas au récit chronologique de la grève de 1968. Etayé par des documents référencés irréfutables, il retrace le bouillonnement revendicatif de cette période qui n’a rien à voir avec une soi-disant spontanéité.
    L’entrée dans la grève le 16 Mai des Renault est un évènement considérable.
    Ce livre décrit au quotidien la conduite démocratique et autogestionnaire de ces cinq semaines de grève, il démontre la clairvoyance des « Renault » sachant déjouer avec l’ensemble de la classe ouvrière tous les pièges et manœuvres politiques de type 3ème voie.
    A partir de l’expérience du vécu des luttes antérieures, le moindre faux pas aurait coûté très cher à la classe ouvrière et la lutte n’aurait pas été victorieuse.
    Plus qu’une fresque historique, Michel Certano dans ce livre révèle aux jeunes générations la réalité de Mai et fait le bilan des acquis arrachés pendant 15 ans au patronat et au gouvernement. La liste est impressionnante.
    C’est là qu’il faut expliquer le silence ou la déformation des acquis considérables qu’il a apportés au monde du travail.
    Ce document est réalisé en collaboration avec Aimé HALBEHER jeune Secrétaire Général de la CGT Renault et son adjoint Roger SILVAIN, ces dirigeants sont comme Michel Certano embauchés comme apprentis à l’école d’apprentissage Renault, ils se sont succédés comme premiers dirigeants syndicaux chez Renault et principaux animateurs des luttes sociales dans l’entreprise.

    C’est donc comme acteurs de Mai 68 qu’ils témoignent.

    Michel Certano se passionne sur l’histoire des luttes sociales et a déjà réalisé un document sur les grèves de 1936 chez Renault.

    *

    f9d12b2a8a96755aafc74aef205f2c81.png

    40 ans déjà ! Alors que certains souhaitent en finir avec l’héritage de 1968, d’autres s’apprêtent à cultiver leur nostalgie, en republiant pour la 40ème fois les mêmes photos de manifestations, de voitures retournés, de CRS chargeant sur les jeunes, de Sartre figé sur son tonneau. Nous souhaitons montrer une autre image de ce que pudiquement on appelle « les évènements de 68 », en effet, au-delà de l’imagerie d’Epinal et des réelles avancées sociales et économiques, existe une autre conquête dont on parle trop peu : celle de la « dignité » conquise par les femmes.

    Par leurs Grèves elles ont rendu possible leurs Rêves. Lorsqu’elles manifestent dans les rues, occupent leurs usines et contestent le pouvoir en place, elles n’ont le droit à la contraception, l’avortement est interdit, elles ne peuvent pas ouvrir un compte bancaire sans l’accord de leur mari, qui a le statut de chef de famille et dispose, seul, de l’autorité parentale…..

    En quelques années, à partir de 1968, année ou le mot « contraception » fait son entrée dans le dictionnaire de l’académie française, les femmes vont obtenir le droit à la contraception, puis à celui de l’avortement, le droit d’ouvrir un compte bancaire sans l’accord de leur mari….

    Même si leur place dans les manuels d’histoire et les livres, concernant ce printemps 68 est des plus réduite, les femmes sont les grandes gagnantes de ce puissant mouvement social. Pour elles il s’agit d’une véritable révolution ! Disposer de son corps, de sa sexualité, s’affranchir du pouvoir des hommes, pères ou maris, vivre enfin en femmes libres. Bien des chaînes qui les asservissaient se sont brisées en quelques années, même si beaucoup reste à faire concernant l’égalité des sexes, en matière de salaire, de déroulement de carrière, de partage des taches domestiques, évoquer cette page importante, c’est précisément mesurer ce qui reste à conquérir.

    Ce livre évoque les combats menés par ces femmes pour leur dignité et leur liberté, des portraits de femmes connues, y croisent des textes écrits dans le feu de l’action. Des témoignages de militantes, de syndiquées, se mêlent à ceux de sportives. Colette Besson, championne olympique en cette année 1968, dialogue, par les vertus de la fiction et du collage, avec l’avocate Bette Klarsfeld, Régine Deforges poursuivie pour outrage aux bonnes mœurs le 22 mars 1968, rencontre Corinne, étudiante en droit, qui ce même jour investi la fac de Nanterre, déclenchant le mouvement du 22 mars, point de départ des « Evénements de 68 »….

    *

    medium_couv_1968.9.png...L’année 1968 est marquée par une série de révoltes un peu partout dans le monde. En France, comme dans la plupart des pays, c’est au mois de mai que le mouvement fut le plus important. Il aboutira à une grève générale de plusieurs semaines qui paralysera le pays (des camions militaires devront assurer des transports de fortune) et dépassera largement le mouvement étudiant démarré à l’université de Nanterre le 22 mars 1968. L’université de Nanterre se fait remarquer comme le théâtre du développement des groupes d’extrême gauche constitués de militants maoïstes, trotskystes et anarchistes. Elle sera le creuset d’une explosion qui au-delà de ses 11 000 étudiants percutera le monde universitaire et le monde du travail...

    ...Durant ce mois de mai, la France est en grève, non pas pour ne plus travailler mais pour travailler autrement. Les français remettent en cause un système bloqué, rigide, sourd et veulent vivre dignement. C’est ainsi que tous les secteurs sont touchés ...

    A cette époque, la jeunesse prône une liberté individuelle absolue en matière politique et sociale et rejette toute forme d’autorité....

    C’était il y a 40 ans ...

    Cliquez sur les couvertures...

    ***********

    261dc62f889b73d34131025064ed6a01.jpg"Aimé Césaire est un Noir qui est non seulement un Noir; mais tout l'homme, qui en exprime toutes les interrogations, toutes les angoisses, tous les espoirs et toutes les extases, et qui s'imposera de plus en plus à moi comme le prototype de la dignité"

    André Breton

  • Mai 1968 - Renault Billancourt

    Michel Certano a fait là un remarquable travail de recherche historique, de nombreux documents témoignent de cette époque, il s'agit d'un livre salutaire pour les générations présentes et passées... Lire aussi les témoignages d'Aimé Halbeher et de Roger Silvain. A lire séance tenante!

    Une Grève Victorieuse

    Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience. René Char

    4dc84121ac8c0086fb1754860f664fbe.png Voilà 40 ans que cette grève, la plus importante de toute l’histoire du mouvement ouvrier français (9 millions de salariés en grève) est délibérément déformée, caricaturée, minimisée pour en cacher son caractère de classe.

    Véritable document historique, ce livre témoignage, réalisé par les acteurs de Mai, ne se limite pas au récit chronologique de la grève de 1968. Etayé par des documents référencés irréfutables, il retrace le bouillonnement revendicatif de cette période qui n’a rien à voir avec une soi-disant spontanéité.

    L’entrée dans la grève le 16 Mai des Renault est un évènement considérable.

    Ce livre décrit au quotidien la conduite démocratique et autogestionnaire de ces cinq semaines de grève, il démontre la clairvoyance des « Renault » sachant déjouer avec l’ensemble de la classe ouvrière tous les pièges et manœuvres politiques de type 3ème voie.

    A partir de l’expérience du vécu des luttes antérieures, le moindre faux pas aurait coûté très cher à la classe ouvrière et la lutte n’aurait pas été victorieuse.

    Plus qu’une fresque historique, Michel Certano dans ce livre, révèle aux jeunes générations la réalité de Mai et fait le bilan des acquis arrachés pendant 15 ans au patronat et au gouvernement. La liste est impressionnante.

    Il s'agit là d'expliquer le silence ou la désinformation des conquêtes considérables que ce mouvement a apporté au monde du travail.

    Cet ouvrage est réalisé en collaboration avec Aimé Halbeher, jeune Secrétaire Général de la CGT Renault et son adjoint Roger Silvain. Ces dirigeants sont, tout comme Michel Certano, embauchés à l’école d’apprentissage Renault, ils se sont succédés comme premiers dirigeants syndicaux chez Renault et principaux animateurs des luttes sociales dans l’entreprise.

    C’est donc comme acteurs de Mai 68 qu’ils témoignent.

    Michel Certano se passionne pour l’histoire des luttes sociales et a déjà réalisé un document sur les grèves de 1936 chez Renault.

    b8b07ab65485ec1aad0874754f0c8377.png

     

    144 pages

    Grand format ( 21 X 29,7 )

    Papier demi mat / 135 grammes

    Couverture quadri

    ISBN : 978-2-915640-67-8

    20,00 €uros - hors frais de port ( 3,00 € )

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu