Avertir le modérateur

Auschwitz-Birkenau

  • Bienvenue au Bus de l’Amitié judéo-musulmane

    *33bb863d2f316897fff0637d95b7f651.pngLa venue du Bus de l’Amitié judéo-musulmane de France à Drancy ce 15 avril prochain est un événement à plus d’un titre. D’abord, parce que cette commune est un lieu de mémoire particulier de la shoah, le camp de Drancy ayant été de 1941 à 1944 l’antichambre des camps d’extermination. Mais aussi parce qu’aujourd’hui, la commune a vu se développer en son sein des relations de fraternité judéo-musulmane d’une qualité rarement atteinte dans l’Hexagone.

    Ainsi, à l’occasion de l’ouverture récente du nouveau centre culturel islamique de la ville, l’intervention, au sein même de la mosquée, du rabbin de Drancy est un appel à la connaissance et à la reconnaissance mutuelles, à la fraternité et à la paix qui a touché bien des fidèles.

    La nomination, par l’imam Hassan Chalghouni, de Bernard Koch*, fondateur de diasporablog, en tant que médiateur intercultuel et interculturel de son centre culturel islamique témoigne aussi de la qualité des relations judéo-musulmanes que les responsables musulmans de la ville ont su instaurer, en partenariat avec la communauté juive et les autorités municipales.

    La Fraternité musulmane contre l’antisémitisme insiste, depuis sa création, sur le fait que les relations judéo-musulmanes ne doivent pas se cantonner à des témoignages polis d’amitiés réciproques mais s’inscrire pleinement dans un travail en commun, une mise en acte de la fraternité dont chacun se réclame.

    C’est ce que fait avec succès l’Amitié judéo-musulmane de France, sous la co-présidence du rabbin Michel Serfaty et du responsable de l’Institut musulman de la Grande mosquée de Paris, Djelloul Seddiki.

    Ce combat contre l’ignorance et contre les préjugés prend appui sur des personnalités solides, qui guident leurs coreligionnaires et oeuvrent au service de l’ensemble de la société, dans le strict respect de la laïcité. L’imam Hassan Chalghouni est de ceux-là. Il est tout à la fois un guide spirituel reconnu et un acteur citoyen de premier plan. Par ses prises de position courageuses, intellectuellement et spirituellement argumentées, il est un tisseur de lien social qui éclaire le chemin de toutes celles et ceux qui, à l’instar de la Fraternité musulmane contre l’antisémitisme, croient fermement à un avenir de progrès de l’humanité.


    Didier Bourg
    Président de la Fraternité Musulmane
    (Sur le blog de Diasporablog)

    Dans cette continuté :

    Auschwitz-Birkenau. Ces mots sonnent aux oreilles des l’Humanité comme la sonnerie d’un réveil. Réveil de notre mémoire collective pour éviter le réveil du monstre concentrationnaire. Réveil de la conscience de l’Homme face à lui-même.

    Pour des jeunes de 17, 18 ans, l’Histoire se confond souvent avec quelques aventures épiques. L’introduction de celle-ci dans leur présent ils ne la perçoivent pas ou que très partiellement.

    Nous pouvons écrire les textes que nous voulons, inscrire des droits fondamentaux dans le marbre, l’Histoire nous prouve que rien n’est acquis, que tout peut basculer si nous n’y prenons garde.

    Convaincu qu’il est du devoir d’un enseignant, quelle que soit sa discipline, d’avoir présent à l’esprit cette vérité, j’ai déposé un dossier de candidature auprès du Mémorial de la Shoah à Paris qui avec la Région Ile de France organisaient pour les lycéens depuis quelques années déjà un voyage d’une journée sur Auschwitz-Birkenau en compagnie d’anciens déportés. J’y voyais là une opportunité à saisir pour des élèves en série technologique dont les origines culturelles sont multiples et dans l’existence desquels le racisme a souvent très tôt pointé le bout de son nez.

    C’est ainsi que j’en ai entraîné 18 à revenir sur le chemin de cette mort industrialisée que produisit le IIIème Reich d’Adolf Hitler. Nous nous y sommes pleinement plongés à travers différentes activités : visionnages de films, lecture de livres, analyses de textes, réalisation d’une affiche pour le Mémorial de la Shoah, écriture d’un journal, organisation de la représentation d’une pièce de théâtre.

    Pour ce qui est du journal, chaque élève a eu pour consigne d’en tenir un entre le 28 septembre et le 29 novembre 2007 (lendemain du voyage à Auschwitz). Il leur était demandé d’écrire tous les jours quelques lignes en pensant aux déportés.

    L’objectif premier était de voir apparaître la trace écrite d’une prise de conscience. En cela je n’ai pas été déçu par ces élèves qui - surtout nourris à l’image télévisée – avaient plutôt une relation distante avec l’écrit. Ils ont témoigné dans leurs lignes d’une sensibilité évidente mais aussi d’une réelle capacité de réflexion et d’une qualité d’écriture parfois étonnante. Chaque journal portait sa complainte, ses peurs et ses espoirs.

    Après les avoir lus l’évidence de leur mélange s’est imposée à moi. Chaque élève, à un moment ou un autre de ces 63 journées avait écrit des choses remarquables. Les journaux souvent se répondaient parfaitement, par bien des aspects ils évoquaient les mêmes préoccupations. Ainsi, après concertation avec leurs auteurs, la décision fut-elle prise de les réunir pour n’en faire qu’un ; un  qui soit celui de tous, qui reste celui de chacun.

    C’est ce travail qui vous est présenté.

    Ce « journal d’un élève imaginé » par d’autres qui sont tous en lui, dans son ombre comme notre qualité d’être humain est dans celle du concentrationnaire.

    *Bernard nous a fait l'amitié d'être parmi nous lors de la présentation du livre au lycée ! - Merci !

     68 Pages 148 X 210 - 10 €uros ( hors frais de port et d'emballage ) - ISBN : 978-2-915640-64-9

    0d3e950a0862f2356a55db658ce32797.png Cliquez sur cette vignette

  • 18 Voix pour un regard

    b6cbeb278266e99c3788e7fe1136cbe5.png
    Présentation d'un livre " 18 voix pour un regard" sur une visite du camp  Auschwitz-Birkenau d'une classe de terminale du lycée Jean Macé de Vitry.

    Rencontre avec d'anciennes déportées, le prof, les élèves, des élus de la ville, de la région IDF et aussi un responsable du Mémorial de la Shoah et des journalistes

       RDV  jeudi 10 avril à 14 H 30' au  34 rue Jules Ferry  94 400 Vitry S/Seine - salle du CDI

    Le 28 novembre 2007, dix huit élèves d’une classe de première du lycée Jean Macé de Vitry sur Seine se sont rendus à Auschwitz-Birkenau en compagnie d’anciennes déportées. Ce voyage, qui s’inscrivait dans un projet pédagogique en partenariat avec le Mémorial de la Shoah et la région Ile de France, se présentait comme l’aboutissement d’un travail de réflexion mené dans un cadre scolaire. Il sera en réalité, pour ces jeunes gens, un point de départ. Le journal individuel qu’il leur a été demandé d’écrire témoigne du mouvement d’une pensée et d’une prise de conscience de la fragilité de l’humanité. Dix huit journaux ont ainsi vu le jour, dix huit visions, dix huit voix pour passer le témoin, relayer celles et ceux meurtris à jamais dans leur chair et leur esprit et qui ne seront plus là demain pour nous dire : attention, que le monstre ne se réveille jamais.Les dix huit se sont fondus en un après le voyage, une fois le regard porté en ces lieux qu’une peine incommensurable enveloppe dans le manteau de l’irrationnel. Dix huit voix pour un regard, un regard jeune qui sait désormais qu’il ne faut pas laisser au temps le soin de nous jouer un mauvais tour.

    Cliquez sur la photo062299003fc8c927cd185aeadb071642.png

    A bientôt d'avoir le plaisir de vous rencontrer

  • 18 voix pour un regard

    Nous avons voyagé jusqu’ici dans les wagons plombés, nous avons vu nos femmes et nos enfants partir pour le néant; et nous, devenus esclaves, nous avons fait cent fois le parcours de la bête au travail, morts à nous-mêmes avant de mourir à la vie, anonymement. Nous ne reviendrons pas. Personne ne sortira d’ici, qui pourrait porter au monde, avec le signe imprimé dans sa chair, la sinistre nouvelle de ce que l’homme, à Auschwitz, a pu faire d’un autre homme.

    Primo Levi « Si c’est un homme » Editions Pocket Julliard

    ****

    Communiqué de mon Ami Gilbert Moreau

    131f2b6f0d018bc1c444d13cc93a3963.png

     18 voix pour un regard

    Auschwitz-Birkenau. Ces mots sonnent aux oreilles des l’Humanité comme la sonnerie d’un réveil. Réveil de notre mémoire collective pour éviter le réveil du monstre concentrationnaire. Réveil de la conscience de l’Homme face à lui-même.

    Pour des jeunes de 17, 18 ans, l’Histoire se confond souvent avec quelques aventures épiques. L’introduction de celle-ci dans leur présent ils ne la perçoivent pas ou que très partiellement.

    En ma qualité d’enseignant en économie, en droit et communication[1], j’ouvre à des élèves de première les portes sur des connaissances nouvelles, des domaines nouveaux dont ils ont souvent entendu parler sans pour autant s’y être intéressés. Ces jeunes qui sont à l’âge de l’inscription sur les listes électorales - à qui, donc, on demande d’exprimer une opinion à travers leur vote quant à la manière dont doit être gouverné notre pays et par qui - ces jeunes sont le plus souvent désintéressés par la chose publique, la Res Publica , la République.

    Autant qu’il m’en souvienne j’ai toujours trimballé dans ma mémoire la leçon de mon professeur de droit constitutionnel à Paris 1 qui, après avoir interrogé ses étudiants (prétentieux que nous étions) sur la signification que nous accordions au bloc de constitutionnalité[2], nous avait posé la question suivante : la constitution a-t-elle servi de gilet pare-balles à Salvador Allende ?

    Nous pouvons écrire les textes que nous voulons, inscrire des droits fondamentaux dans le marbre, l’Histoire nous prouve que rien n’est acquis, que tout peut basculer si nous n’y prenons garde.

    Convaincu qu’il est du devoir d’un enseignant, quelle que soit sa discipline, d’avoir présent à l’esprit cette vérité, j’ai déposé un dossier de candidature auprès du Mémorial de la Shoah à Paris qui avec la Région Ile de France organisaient pour les lycéens depuis quelques années déjà un voyage d’une journée sur Auschwitz-Birkenau en compagnie d’anciens déportés. J’y voyais là une opportunité à saisir pour des élèves en série technologique dont les origines culturelles sont  multiples et dans l’existence desquels le racisme a souvent très tôt pointé le bout de son nez.

    C’est ainsi que j’en ai entraîné 18 à revenir sur le chemin de cette mort industrialisée que produisit le IIIème Reich d’Adolf Hitler. Nous nous y sommes pleinement plongés à travers différentes activités : visionnages de films, lecture de livres, analyses de textes, réalisation d’une affiche pour le Mémorial de la Shoah , écriture d’un journal, organisation de la représentation d’une pièce de théâtre[3].

    Ce projet a pu compter sur le soutien de l’ensemble de l’équipe pédagogique et de l’administration de l’établissement.

    Pour ce qui est du journal, chaque élève a eu pour consigne d’en tenir un entre le 28 septembre et le 29 novembre 2007 (lendemain du voyage à Auschwitz). Il leur était demandé d’écrire tous les jours quelques lignes en pensant aux déportés.

    L’objectif premier était de voir apparaître la trace écrite d’une prise de conscience. En cela je n’ai pas été déçu par ces élèves qui  - surtout nourris à l’image télévisée – avaient plutôt une relation distante avec l’écrit. Ils ont témoigné dans leurs lignes d’une sensibilité évidente mais aussi d’une réelle capacité de réflexion et d’une qualité d’écriture parfois étonnante. Chaque journal portait sa complainte, ses peurs et ses espoirs.

    Après les avoir lus l’évidence de leur mélange s’est imposée à moi. Chaque élève, à un moment ou un autre de ces 63 journées avait écrit des choses remarquables. Les journaux souvent se répondaient parfaitement, par bien des aspects ils évoquaient les mêmes préoccupations. Ainsi, après concertation avec leurs auteurs, la décision fut-elle prise de les réunir pour n’en faire qu’un ; un  qui soit celui de tous, qui reste celui de chacun.

    C’est ce travail qui vous est ici présenté. Ce « journal d’un élève imaginé » par d’autres qui sont tous en lui, dans son ombre comme notre qualité d’être humain est dans celle du concentrationnaire.

    Pour finir je peux affirmer ici que les auteurs de ces journaux, de ce journal, ne se posent plus de questions quant à la réalité historique de ce qu’a été le nazisme. Ils n’ergoteront jamais sur le sujet. Pour eux la chose est entendue, pesée et bien pesée : ceux qui nient le droit à la différence se nient eux-mêmes.

    Gilbert Moreau

    Lycée Jean Macé à Vitry sur Seine, le 14 février 2008



    [1] L’indication de ces champs disciplinaires ne devant pas faire illusion sur mes compétences professionnelles ; les titres sont souvent ronflants.

    [2]C’est-à-dire la constitution, le préambule de celle de 1945 et la déclaration universelle des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, textes auxquels le Conseil Constitutionnel se réfère pour juger de la constitutionnalité d’un projet ou d’une proposition de loi.

    [3]« Chère Edzia, chers enfants… 1939-1944, correspondance de la famille Rotgold » par le Compagnie l’Atelier Marcadet. 

    Dans une mise en scène admirable de Pierre Katuszewski (avec Emilie Leconte, Massimo Prearo, Juliette Subira) la représentation de cette pièce eut lieu le mardi 5 février 2008 devant plus de deux cents élèves, en présence d’Yvette Levy et Raymonde Metra, deux anciennes déportées d’Auschwitz-Birkenau dont les témoignages ont profondément ému l’assistance.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu