Avertir le modérateur

Breton

  • "Aimé" à perdre la raison...

    261dc62f889b73d34131025064ed6a01.jpg"Aimé Césaire est un Noir qui est non seulement un Noir; mais tout l'homme, qui en exprime toutes les interrogations, toutes les angoisses, tous les espoirs et toutes les extases, et qui s'imposera de plus en plus à moi comme le prototype de la dignité"

    André Breton

    ******

    Il me suffirait d'une gorgée de ton lait jiculi pour
    qu'en toi je découvre toujours à même distance
    de mirage - mille fois plus natale et dorée d'un
    soleil que n'entame nul prisme - la terre où tout
    est libre et fraternel, ma terre.

    Partir. Mon coeur bruissait de générosités
    emphatiques. Partir... j'arriverais lisse et jeune
    dans ce pays mien et je dirais à ce pays dont
    le limon entre dans la composition de ma chair :
    « J'ai longtemps erré et je reviens vers la hideur
    désertée de vos plaies ».

    Je viendrais à ce pays mien et je lui dirais :
    Embrassez-moi sans crainte... Et si je ne sais
    que parler, c'est pour vous que je parlerai».
    Et je lui dirais encore :
    « Ma bouche sera la bouche des malheurs qui
    n'ont point de bouche, ma voix, la liberté de
    celles qui s'affaissent au cachot
    du désespoir. »

    Et venant je me dirais à moi-même :
    « Et surtout mon corps aussi bien que mon
    âme, gardez-vous de vous croiser les bras en
    l'attitude stérile du spectateur, car la vie n'est
    pas un spectacle,car une mer de douleurs n'est
    pas un proscenium, car un homme qui crie n'est
    pas un ours qui danse... »
    Extrait du
    Cahier d'un Retour

    au pays natal

    (Présence Africaine éditeur)

     

  • Au Flore ?

    Apollinaire, Aragon, André Breton…

    Vers 1913, Apollinaire investit les lieux. Avec Salmon ils transforment le rez-de-chaussée en salle de rédaction : la revue " Les soirées de Paris " voit le jour.
    La guerre ne changera rien aux habitudes du grand poète, le Flore est son bureau, il y reçoit à heures fixes. Ainsi un jour de printemps 1917, il présente Philippe Soupault à André Breton. Plus tard, en provoquant la rencontre entre ces deux jeunes poètes avec Aragon, Apollinaire jette ainsi les fondements du groupe dadaïste. La même année, il invente le mot "surréalisme". Quand Tristan Tzara ( voir la 4° de couverture du livre « Mémoire des mots abandonnés – Gilbert Moreau – Edt Les points sur le si ) - arrive à Paris, ses amis dadaïstes lui font visiter le Flore car c'est là qu'Apollinaire avait vécu et était mort (en 1918).

    En 1922, la rédaction de la revue érudite " Le Divan " se rassemble régulièrement sur les banquettes du Flore. Malraux, lui, vient y prendre son Pernod glacé.

    De passage hier dans ce lieu magique, j'invite tout le monde à y aller, c'est un lieu mythique, le berceau du surréalisme...

    A voir, on y respire un passé actuel !

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu