Avertir le modérateur

Ken Loach

  • Un monde libre ?

    Après "La graine et le mulet" d'Abdellatif Kechiche  ( voir notre précédente ), je vous invite à aller voir "It's free world" de Ken Loach. J'y suis allé en VO c'est mieux et 1h30 de bonheur, très interrogatif à la sortie, ce film ne laisse pas insensible croyez-moi !

    63a223ebe41533244d83af37d6e0ed71.jpgLe pitch : Une fille d'ouvrier anglais va se lancer dans les affaires, au prix de quelques entorses avec ses valeurs généreuses. Un nouveau plaidoyer du cinéaste britannique contre la société libérale.

    Mère célibataire débordée, travailleuse ambitieuse et compétente mais licenciée injustement, Angie (Kierston Wareing) finit par comprendre qu'on ne peut compter que sur soi pour s'en sortir. Dans "It's a free world!", cette fille d'ouvrier anglais va se lancer dans les affaires, au prix de quelques entorses avec ses valeurs généreuses.

    Sur fond de boom économique londonien et d'immigration en provenance des pays de l'Europe de l'Est, le Britannique, Ken Loach, nous livre une nouvelle critique de la société libérale d'aujourd'hui, dans laquelle il est toujours plus facile de marcher sur les autres que de les aider.

    Violence latente

    Après plusieurs petits boulots sans avenir, Angie, la jolie trentaine, recrute à tour de bras des Polonais pour une agence d'intérim en Angleterre quand elle perd son emploi. Battante, mais aussi paniquée à l'idée d'un nouvel échec professionnel, elle décide de monter sa boîte: elle devient son propre patron, entraînant dans l'aventure sa colocataire, Rose.
    Angie s'installe dans l'arrière-cour d'un pub du quartier, engage chaque matin une petite troupe d'immigrés installés à Londres, leur trouve du travail et les envoie dans des vieilles camionnettes à des patrons généralement peu scrupuleux. Chaque matin, une nouvelle fournée de docteurs ou d'infirmières polonais partent ainsi faire tourner des usines, monter des murs ou nettoyer des bureaux pour un salaire ridicule.
    Les affaires marchent bien, les contrats affluent et l'argent arrive assez vite, mais les ennuis aussi. Angie se trouve en effet confrontée au monde trouble du travail au noir, du trafic de faux papiers, des marchands de sommeil et des exploiteurs de clandestins. Un monde où les liasses de billets fleurissent sur le terreau de la misère, ce dont chacun profite: les patrons qui s'enrichissent comme, tant bien que mal, les immigrés qui gagnent plus qu'au pays. Dans ce monde-là, la violence est latente et il se trouve toujours un gros poisson pour avaler les plus petits.

    Sans manichéisme

    "It's a free world" propose une plongée assez réaliste dans le quotidien des travailleurs immigrés, qui paient en conditions de vie et de travail déplorables la richesse qu'ils viennent chercher dans un pays plus prospère que le leur.
    Dénonciation de cette situation, le dernier Ken Loach n'est pour autant pas manichéen, ce qui tient en grande partie à l'ambiguïté du personnage d'Angie. Son besoin de réussir coûte que coûte lui fait oublier ce qu'elle fait subir à ces employés, mais elle est fragile et aussi profondément généreuse, ce dont elle témoigne de temps à autre. (Source N.O)

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu