Avertir le modérateur

SDF

  • Stéphane sur France Culture

    Stephane Mercurio Mercredi 17 à 11 h sur France culture Emission d'antoine Garapon, le bien commun. autour de la souffrance dedans/dehors.

    Cliquer sur la vignette ci-dessous : 1° de couvBD.png 1317316184.PNG

    medium_1°_de_couv.png

  • On t'm bien Lili !

    1° de couv VillageBD.PNG

    A travers ta plume - il me semble que tu ais pris davantage de recul pour écrire - une tranche de vie du village apparaît au grand jour; monde probablement inconnu pour beaucoup d'entre nous. Davantage de recul, disais-je, car l'écriture apparaît plus pondérée, plus mûrie, par rapport à ton précédent livre. Quoique, les dernières pages laissent entrevoir une certaine rage de ne pouvoir convaincre l'autorité et le monsieur tout-le-monde de la nécessité de résoudre la misère. Quand même la maîtrise du vocabulaire est remarquable et renforce, je trouve, le message que tu as voulu faire passer.

     Pour lancer le débat sur l'incompréhension, voire sur le manque de dialogue, n’entrons-nous pas là dans une collision entre deux monde : celui des idéalistes qui, comme toi, agissent (en terme de sport, on dirait ceux qui mouillent leur maillot pour une cause précise) et celui de la raison où les valeurs s’avèrent autres que sociales. En toute lucidité, tu te poses d'ailleurs la question (p 109 : "Jacques se demandait si la société était réellement désireuse d'éradiquer la misère...").  Lorsque le monde politique établit des lois ou règlements, il est clair que n’importe quelle politique publique ne peut satisfaire tout le monde. Le but du jeu est donc de satisfaire le plus grand nombre des citoyens et/ou les plus grandes "gueules" (syndicats, groupes représentatifs, lobbying...). Par contre, qui représente le monde des défavorisés ? Pas de lobbying, juste de courageux travailleurs sociaux. Et, cette population-cible - défavorisés + travailleurs sociaux - représente-t-elle réellement un poids électoral ?

    De plus, un monde de raison, c'est un monde dans lequel on n'a rien pour rien : "je t'aide si tu m'es utile". Il faut reconnaître que le monde défavorisé a, dans nos sociétés d'abondance, une connotation péjorative tant la misère, dirait-on, pourrait s'attraper, telle une puce qui saute de fourrure en toison.

    Sauf "choc externe" (càd un incident majeur et soudain), les politiques publiques actuelles et futures ne devraient pas résoudre en profondeur le problème de la misère; ce problème perdure depuis trop longtemps. Un problème nouveau et bien appuyé a incommensurablement plus de chance d'être entendu qu'une vieille affaire qui perdure...  Donc, comme tu le dis, le politique promet (le social, c'est noble AVANT les élections), mais n'agit que partiellement car, comme je le disais précédemment, les acteurs victimes de la misère sont peu représentés et entraînent un coût que la société ne veut probablement pas prendre en charge. De fait, le budget gouvernemental n'étant pas élastique par enchantement, le citoyen est-il prêt à payer davantage de taxes pour subvenir aux besoins des SDF ? Impossible de faire passer un tel message. Pour un politicien, l'institutionnel, la finance, l’Europe et autres politiques étrangères sont des secteurs plus porteurs.

     Je me suis donc fait, ici, l'avocat du diable pour réagir à ta 4è phrase . Mais ne me fais pas dire ce que je n’ai pas écrit : tu es une femme lucide. Tellement lucide – d’ailleurs tu l’écris dans un autre registre – qu’il y a une prise de conscience de ta part (comme une sonnette d’alarme) face à l’immersion trop prolongée en milieu défavorisé; cette immersion - vecteur de fatigue physique et intellectuelle - empêche de prendre le recul nécessaire pour analyser des comportements et prendre des décisions sereines.

     Pourtant, je reste persuadé que ton livre peut faire avancer des choses.  Ce livre est un témoignage qui reflète la face cachée de notre société.

    Outre ce témoignage basé sur le vécu, les références à d'autres auteurs (notes de bas de page, p 16...) et autres sources officielles d'informations donnent au livre crédibilité et aspect scientifique; j'ai apprécié. Le sujet est bien cerné et documenté. Par exemple, je relève cette phrase que la sociologie pourrait d’ailleurs étudier de plus près : "la rue est habitée par des clans" (p16). D’autres part, des expressions très réalistes sont aussi très parlantes : "les paparazzi de la misère" (en parlant des tentes du canal Martin, p20).

    Le livre – qui s’apparente fort à un essai -  est écrit avec pudeur et respect tant vis-à-vis des confidences reçues que vis-à-vis de toi-même quand, par exemple, tu fais part de tes soucis perso (appartement en feu...). Le livre s’avère donc informatif et ne tombe pas dans le piège facile du détail sensationnel. 

    Lionel Delval.

     

     

     

    (NDLR) :Liliane est une "auteure confirmée", son livre en témoigne !
    Pour commander merci de cliquer sur la vignette ci-dessous : 1317316184.PNG

  • C'est pas comme si c'était grave

    1° de couvBD.pngCe livre est né d’une rencontre entre trois personnes puis d’une confiance mutuelle, construite autour d’une d’une envie commune d’interpeller sur des problèmes de société urgents, sur ce que la plupart des gens voient, mais ne connaissent pas ou ne veulent pas connaître. Parce qu’arrêter un passant au coin d’une rue ou à la sortie du métro, pour lui parler de chômage, de famille, de mal logement, d’amour, de prison, de la vie dans la rue au jour le jour, ou de la vie tout simplement… Ce n’est pas si simple. Alors il a fallu écrire un livre.

    Tout a commencé à la sortie d’un bistrot, après un débat sur l’exclusion, un débat comme tant d’autres, qui ne menait à rien, un débat stérile, ou presque. Presque… Parce qu’il y avait là quelque chose de concret à faire, un projet à construire ensemble. David était venu partager le récit de sa vie, de ses vies, avec les quelques personnes présentes. Il parlait de la rue, de son long parcours d’exclusion. Mais, en faisant cela, il parlait aussi, naturellement, de la société, des hommes et des femmes, et de ce que tout le monde peut ressentir ou même vivre.

    A trois, nous avons donc écrit un bouquin d’actualité, militant pour prendre le temps d’échanger, pour réfléchir, pour dire « Arrêtez-vous un instant et ouvrez juste les yeux ». Construire des ponts entre les gens, cesser de courir sans se préoccuper de ce qui nous entoure, revenir à l’essentiel, écouter, partager, s’interroger, cogiter… Tenter de nous comprendre. Voilà ce que nous avons voulu faire.

    On voudrait simplement que la question de l’exclusion ne se pose plus…

    La merveilleuse préface est signée Nadya Charvet (Journaliste)

    9782915640625

    160 pages

    14,90 €uros

  • Les coulisses du village de l'espoir ...

    Ce livre dérange ? c'est fait pour !

    1° de couv VillageBD.PNGComme dans le précédent ouvrage de Liliane Gabel "Si l’exclusion m’était contée", celui-ci traite également de la gestion de l’exclusion, sur la base d’une nouvelle expérience passionnante au sein de l’équipe éducative d’un village pas comme les autres.

    Le défi est loin d’être raisonnable : prouver l’efficacité rapide de cette structure pilote.

    Or, il faut du temps aux plus démunis comme à n’importe qui, pour se poser, pour se reconstruire, pour "renaître".

    Mais le temps leur est compté.

    Tout est compté : les aides financières, les lois…

    Illustrés par des anecdotes piochées dans la vie quotidienne du village, Liliane présente ici ses constats, ses conclusions et propose des esquisses de solutions, en toute humilité.

     L'essentiel de la tâche des travailleurs sociaux est d'amener les personnes qui vivaient dans la rue à se reconstruire puis, à tisser à nouveau des liens. Cela consiste également à les accompagner dans le nouvel apprentissage d'une vie sociale ordinaire et quotidienne

    C’était exactement le but de ceux qui s’étaient engagés au service des résidents du Village de l’Espoir.

    Elle s’inspire de lectures traitant du même sujet ainsi que de réflexions de Thomas Mur (déjà cité dans le précédent ouvrage) qui remarque : « Dans le monde, il existe des endroits où l’on trouve moins de travail, moins de richesses, moins de logements mais pourtant... moins d'exclusion ».

    Liliane est une "auteure confirmée", son livre en témoigne !
    Pour commander merci de cliquer sur la vignette ci-dessous : 1317316184.PNG

  • Les coulisses du village de l'espoir

    1317316184.PNGComme dans le précédent ouvrage de Liliane Gabel "Si l’exclusion m’était contée", celui-ci traite également de la gestion de l’exclusion, sur la base d’une nouvelle expérience passionnante au sein de l’équipe éducative d’un village pas comme les autres.

    Le défi est loin d’être raisonnable : prouver l’efficacité rapide de cette structure pilote.

    Or, il faut du temps aux plus démunis comme à n’importe qui, pour se poser, pour se reconstruire, pour "renaître".

    Mais le temps leur est compté.

    Tout est compté : les aides financières, les lois…

    Illustrés pas des anecdotes piochées dans la vie quotidienne du village, Liliane présente ici ses constats, ses conclusions et propose des esquisses de solutions, en toute humilité.

    Elle s’inspire de lectures traitant du même sujet ainsi que de réflexions de Thomas Mur (déjà cité dans le précédent ouvrage) qui remarque : « Dans le monde, il existe des endroits où l’on trouve moins de travail, moins de richesses, moins de logements mais pourtant... moins d'exclusion ».

    L’essentiel de la tâche des travailleurs sociaux est d’amener les personnes qui vivaient à la rue à se reconstruire puis, à tisser à nouveau des liens, à aider au nouvel apprentissage d’une vie sociale ordinaire et quotidienne.

    C’était exactement le but de ceux qui s’étaient engagés au service des résidents du Village de l’Espoir...

     

    ISBN : 978-2-915640-73-1

    14,90 €

    Pour commander merci de cliquer sur la vignette ci-dessous :

    1317316184.PNG
  • C'est pas comme si c'était grave RDV ce soir

    bc8203db0e8a73ab6e812ee56b4a9202.png

    Invitation : Le mercredi 26 Mars

    De 18h à 20h

    A la délégation de Paris du SECOURS CATHOLIQUE

    13 rue Saint Ambroise

     Métro Saint Ambroise, 11eme

    Venez rencontrer l’auteur de :

    " C'est pas comme si c'était grave"

     Le récit d’un ex-SDF

    Tout a commencé à la sortie d’un bistrot, Après un débat sur l’exclusion …

    Parce qu’il y avait là quelque chose de concret à faire, un projet à construire ensemble. David était venu partager le récit de sa vie, de ses vies, avec les quelques  personnes présentes. Il parlait de la rue, de son long parcours  d’exclusion…

    A trois nous avons donc écrit un bouquin d’actualité pour dire :

    « Arrêtez-vous un instant et ouvrez juste les yeux ».

    Un livre Co - écrit par Alex, David et Anaïs et publié aux éditions Les Points sur les i

     

    Cliquez sur cette photo si vous ne pouvezvenir,

    pour en faire l'acquisition fe19f943616962150b4be9573b60c240.png

  • Il est là

    Un texte pour un prochain livre de Liliane auteur d'un précédent remarquable

    ( Si l'exclusion m'était contée)

    Quand le sommeil encore t’enrobe

    Aux toutes premières lueurs de l’aube,

    Il est déjà là, dans l’ailleurs,

    Désespérance d’une vie meilleure.

    Il est là.

    Tous les jours aux autres pareils

    Quand tu bailles dès ton réveil,

    Il est déjà dans son ailleurs,

    Il n’espère plus… passent les heures.

    Il est là.

    Le temps s’étire jusqu’au futur.

    Qui aurait cru la vie si dure ?

    Après tant d’années de combat,

    Qui aurait cru que tous deux soient

    Encore là ?

    Quelques soient les vies, le destin

    Indifféremment les atteint.

    Ce n’est que justice : la fin

    Est la même pour tout humain.

    Où es-tu ?

    Qui pourrait dire le plus heureux ?

    Celui que tous nomment « le gueux »

    Ou bien celui que son salaire

    Si ridicule désespère ?

    D’après toi ?

    La caricature est simpliste.

    Mais, si l’on reste réaliste,

    Le constat est gris pour les deux !

    Vous reste pour pleurer les yeux.

    Dur, ma foi.

    Il t’arrive en fin de journée,

    Après ton travail, épuisé,

    Un jour transparent comme un autre,

    Dans la rue de chercher l’apôtre.

    Où est-il ?

     

    Liliane Gabel

     

    cliquez ici

     

    medium_1°_de_couv.png
  • Anaïs, Alexandra et David

    Cliquez sur cette photo fe19f943616962150b4be9573b60c240.png

    Beaucoup de monde hier au "Camélia", bar tabac du 17° arrdt pour la présentation du livre de David : "Cest pas comme si c'était grave". Des moments d'émotion, de rires et de complicité. Les auteurs Anaïs, Alexandra et David signent à tout va dans une ambiance chaleureuse !

    e73e141a0801d63c1b5d65dc6d5205e8.png

    A noter la qualité de l'accueil de Thomas le "patron", un bistro à recommander pour son ambiance et la "happy hour" de 17 à 18 heures un verre acheté un verre offert...

    18 rue des Moines 75 017 Paris

    (Merci à Monique pour les photos)

  • 'SDF' c'est pas comme si c'était grave !

    De nombreux amis nous demandent l'ouvrage, c'est pour très vite, fin de ce mois... c'est donc pour bientôt ! Cliquez sur cette photo fe19f943616962150b4be9573b60c240.png

  • C'est pas comme si c'était grave

    Un livre vrai, un témoignage authentique, un homme à connaitre ! Il te restera toujours tes rêves pour réinventer le monde que l'on t'a confisqué.

    Un livre à paraître prochainement !

    bc8203db0e8a73ab6e812ee56b4a9202.png Ce livre est né d’une rencontre entre trois personnes, survenue en avril 2005. Puis d’une confiance mutuelle, construite autour d’une envie commune d’interpeller sur des problèmes de société urgents, sur ce que la plupart des gens voient, mais ne connaissent pas, ou ne veulent pas connaître. Arrêter un passant au coin d’une rue, ou à la sortie du métro, pour lui parler de chômage, de famille, de mal logement, d’amour, de prison, de la vie dans la rue au jour le jour, ce n’est pas si simple. Alors il a fallu écrire un livre.

    Tout a commencé à la sortie d’un bistrot, après un débat sur l’exclusion, pendant lequel David était venu partager le récit de sa vie, de ses vies, avec les quelques personnes présentes. Il parlait de la rue, et de son long parcours d’exclusion. Et en faisant cela, il parlait aussi, naturellement, de la société, des hommes et des femmes, et de ce que tout le monde peut vivre ou ressentir. Nous avons alors été persuadés qu’il y avait quelque chose de concret à faire, un projet à construire ensemble. A trois, nous avons donc écrit un bouquin d’actualité, militant. Ou simplement un bouquin pour prendre le temps d’échanger, pour réfléchir, pour pousser un coup de gueule qui n’en est pas un, pour dire « Arrêtez-vous un instant et ouvrez juste les yeux ». Construire des ponts entre les gens, cesser de courir sans se préoccuper de ce qui nous entoure, revenir à l’essentiel, écouter, partager, s’interroger, cogiter… Tenter de nous comprendre. Voilà ce que nous avons voulu faire.

    Le fil conducteur du récit, sa colonne vertébrale, c’est une vie, marquée par la rue, et par tout le reste, mise à nu, authentique. Mais c’est aussi une réflexion, une mise à plat. Que l’on prenne ce livre à la deuxième page, à l’avant-dernière, ou à celle du milieu, chaque ligne peut parler à tout le monde, quelles que soient les expériences personnelles des uns et des autres. En effet, chacun, en sa qualité d’être humain, est susceptible de comprendre, même si les vécus individuels sont différents. Parce que ceux que la société qualifie de marginaux sont, avant tout, des hommes qui ont un destin singulier… Comme tout le monde finalement. C’est pourquoi il est aussi question ici, tout simplement, des choses de la vie : la naissance d’un enfant, une rupture sentimentale ou familiale, des abandons, des rencontres, la perte d’un emploi, l’alcool, la dépression, le suicide, composer avec l’image de soi et l’image que les autres ont de nous, les projets, le combat, le refus de se résigner. Ce bouquin peut se donner, se prêter, circuler, et que ceux qui ont envie de le lire le lisent…

    David, Anaïs, Alexandra

    140 Pages - Format 148 X 210

    ISBN 978-2-915640- 62-5 - Prix 14,90 €

    Cliquez sur cette photo fe19f943616962150b4be9573b60c240.png
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu