Avertir le modérateur

UMP

  • Sarkozy

    Là où vous voyez des critiques, je ne vois que des convictions - Nicolas Sarkozy ( Le Monde 07 septembre 2005 ).


    Nous aussi !!


    Mais bon sang ! Comment a-t-on pu en arriver là ? Nicolas Sarkozy a bâti toute son ascension, du ministère de l'Intérieur en 2002 jusqu'à l'avènement présidentiel de mai 2007, en jouant avec habileté de l'arme de la manipulation.

    Multipliant coups médiatiques, écrans de fumée et postures marketing, alternant séduction, débauchage, démagogie, populisme, falsification, hypocrisie et mensonge, jouant l'« opinion » en opposant systématiquement les catégories de populations entre elles : chômeurs contre travailleurs, Français contre étrangers, secteur privé contre fonctionnaires…...


    Cet ouvrage s'attache à démontrer méthodiquement, avec nombre d'exemples précis, le gouffre entre le discours et les faits, dévoilant ainsi les rouages d'une stratégie de l'imposture permanente.


    En savoir plus ? cliquez sur cette vignette ! acfdf233a146b4921ef951d7acb110b6.png

  • Tombe la neige...

    Déclaration de l'Elysée : Casse-toi flocon !

  • Eva et le juge d'instruction...

    352660.jpgMonsieur le président
    par Eva Joly

    Supprimer le juge d'instruction ne constitue pas une simple réforme de notre système pénal, mais porte atteinte au plus haut de nos principes, celui de la séparation des pouvoirs et de l'indépendance de la justice à l'égard du pouvoir politique. Votre discours ne mentionne aucune garantie d'indépendance pour les enquêtes. Ce silence, dans un domaine qui constitutionnellement vous échoie, porte la marque du stratagème politique.

    Mais le verbe haut et toute la rhétorique du monde ne suffiront pas pour convaincre les Français qu'un parquet soumis aux instructions du ministre constitue une meilleure garantie pour le justiciable qu'un juge indépendant. Vous affirmez que notre pays est marqué par une tradition de "rivalité" entre le politique et le judiciaire. La rivalité n'est pas du côté des juges, elle est le fruit de la peur des politiques.

    Vous pensez que la légitimité politique prime sur tous les pouvoirs. Or c'est précisément pour contenir le désir de toute-puissance qui s'empare naturellement des gouvernants que les Lumières ont forgé le concept de séparation des pouvoirs. John Locke l'a observé justement : "C'est une expérience éternelle, que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser ; il va jusqu'à ce qu'il trouve des limites." Il ne fait pas bon en France incarner une de ces limites. Plus d'un magistrat en France peut en témoigner. Qui peut encore croire que le juge d'instruction est "l'homme le plus puissant de France" ? Certainement pas vous, Monsieur le président. L'homme le plus puissant de France, c'est vous. Vous avez le pouvoir de faire saisir un tribunal arbitral qui attribue 285 millions d'euros à un de vos soutiens. Vous avez le
    pouvoir de déguiser une grâce individuelle à un préfet dévoyé en grâce collective.


    LE SPECTACLE DE L'IMPUNITÉ


    A de rares exceptions, en matière financière, il n'y a plus que des enquêtes préliminaires, et des dossiers bouclés dorment dans les tiroirs. La liste des enquêtes non effectuées est impressionnante : les soupçons de corruption à l'encontre de Christian Poncelet, ex-président du Sénat ; les flux financiers allégués de Jacques Chirac au Japon ; les fortunes apparemment mal acquises des présidents africains placées en France ; le rôle supposé de la BNP Paribas dans les montages corrupteurs au Congo- Brazzaville et Congo-Kinshasa.

    La justice aurait dû enquêter pour crever l'abcès. Elle ne l'a pas fait, laissant se répandre le poison du soupçon et le spectacle de l'impunité. Une justice dépendante, c'est une justice qui n'ouvre pas d'enquête lorsque les faits déplaisent au pouvoir. Rappelez-vous du massacre des Algériens à Paris le 17 octobre 1961. Il n'y eut jamais aucune enquête ! Aucune condamnation ! Parce que le parquet ne le jugea pas opportun.

    Est-ce cette face-là de la justice qu'il faut faire ressortir au XXIe siècle ? Le juge d'instruction est le fruit de notre histoire. Il n'existe pas ou a disparu en dehors de nos frontières. Il peut évidemment être supprimé, mais à condition que sa disparition entraîne davantage de démocratie et non davantage d'arbitraire. Peu importe qui mène les enquêtes pourvu que les magistrats soient préservés des pressions ; pourvu que les investigations puissent être conduites, ne soient pas étouffées dans l'œuf.

    Vous voulez confier les enquêtes au parquet ? Cela se peut, mais il faut alors rendre le parquet indépendant de votre pouvoir, ce qui, vous en conviendrez, n'a guère été votre choix. Les contempteurs des juges d'instruction affirment qu'il est impossible d'instruire à charge et à décharge. Si le parquet enquête, il héritera du même dilemme. A moins que vous n'ayez l'intention d'accorder aux avocats un pouvoir d'enquête... Non seulement la justice sera aux ordres, mais elle deviendra inégalitaire, à l'image de la justice américaine.


    En somme, vous aurez pris le pire des deux systèmes : l'arbitraire et l'inégalité. Face à un projet qui foule aux pieds l'idéal de 1789 d'égalité des citoyens devant la loi, face à une réforme qui risque de transformer notre pays en République oligarchique, à la solde de quelques-uns, j'appelle les Françaises et les Français épris de justice à la mobilisation contre votre projet.

    Source Le Monde du 15 janvier 09

  • Copinage ? non !... militantisme !

    Je vous suggère d'aller voir sur ce blog, excellentissime !

    http://slovar.blogspot.com

     

  • Qui a peur de Denis Robert ?

    Qui a peur de Denis Robert ?

    n702736959_1509011_8745.jpgDepuis quelques jours, on peut lire dans nos quotidiens divers communiqués et un encart publicitaire grassement payé par une société financière qui accuse le journaliste Denis Robert de tous les maux. Etrange pratique que celle de ces organes de presse prestigieux qui se font payer pour passer (sans le moindre commentaire) un texte qui piétine allègrement le travail d’un confrère. Passons !
    Une question reste sans réponse : comment est-il possible qu’au cœur d’une tourmente financière historique qui fait apparaître aux yeux des foules ébahies l’incompétence, l’irresponsabilité, la criminelle légèreté des dirigeants de toutes les banques du monde, ces hommes si importants qu’on voit courir à la porte des palais des Républiques pour mendier l’argent des contribuables, perdent-ils leur temps et leur argent à tenter de museler un journaliste solitaire ?
    Pour faire simple, rappelons que les chambres de compensation sont ces sociétés inventées par les banques pour simplifier et accélérer les transferts d’argent d’une banque à une autre. Mais aussi les enregistrer. L’outil est pratique. Il a un grave inconvénient : il identifie, et mémorise toutes les transactions interbancaires à travers le monde. Si la majorité de ces mouvements d’argent sont légaux, beaucoup recouvrent des activités criminelles. Et énormément finissent leurs courses dans des paradis fiscaux, à l’abri des regards importuns. La vulnérabilité du système et l’accès à l’information financière passent par ces chambres de compensation internationales.
    Il suffirait que les juges aient accès à cette mémoire informatique pour relever le cheminement de l’argent de la fraude et du crime organisé. Il suffirait que cette menace existe pour que les fraudeurs à l’impôt, mais aussi les trafiquants de drogue, d’armes et d’influence retirent leur argent des banques.
    Et ça, les banquiers ne le supporteraient pas.
    Voilà ce que Denis Robert répète depuis plus de dix ans, à travers ses articles, ses livres et ses films.
    Il faut abattre ce type. Ils sont légion à s’y employer."

    Si vous souhaitez signer la pétition, cliquez ici

    Les premiers signataires
    :

    Betty Mialet (éditrice). Isabelle Solal (éditrice) Christophe Alévêque (humoriste). Daniel Cohn Bendit (homme politique). Lefred Thouron (dessinateur). Bernard Barrault (éditeur). Martin Messonnier (réalisateur). Lionel Duroy (écrivain) Diego Aranega (dessinateur). Fabienne Vonier (productrice). Francis Boespflug (producteur) . Jacques A. Bertrand (écrivain) Blandine Grosjean ( journaliste) Arnaud Montebourg (homme politique) Jean François Didier (journaliste) Rémi Malingrey (illustrateur). Jean François Diana (professeur université) Arnaud Baumann (photographe) Sébastien Balibar (physicien) Jean-Marcel Bouguereau (journaliste) Claude Sérillon (journaliste) Olivier Besancenot (homme politique). Bernard Barrault (éditeur) Christophe Nick (réalisateur) Florent Massot (éditeur) Guy Bedos (humoriste) Bertrand Tavernier (cinéaste) Pierre Siankowski (journaliste) Antoine de Caunes (réalisateur) Denis Labayle (écrivain) Philippe Ostermann (éditeur) Bruno Gaccio (auteur) Michel Embareck (écrivain) Florence Aubenas (journaliste) Eric Landau (galeriste). Yan Lindingre (dessinateur). Frédéric Bonnaud (journaliste) Benoît Delépine (Grolandais) Gérard Filoche (homme politique) Pierre Jolivet (cinéaste). Régis Latouche (professeur université) Ariane Bouissou (journaliste) Dominique Gros (maire de Metz).Hervé Déplasse (producteur).

  • Coup de point... de vue !

    Merci aux nombreux souscripteurs du livre d'Olivier, vous pouvez le retenir en bas de cette note. Votre chèque ne sera encaissé qu'à la livraison du livre et vous le recevrez en priorité chez vous !

    Sarkozy, la grande manipulation,  dénonciation d’une imposture

     4e049f7021d59bd6d08ca7ff07ba01a0.png Mars 2008, les Français désavouent massivement Nicolas Sarkozy. Il est au plus bas dans l’opinion. Comment comprendre qu’il soit parvenu à rassembler sur son nom 53,06% des inscrits ?

    Comment expliquer que ce soit seulement maintenant que ses insuffisances et excès éclatent au grand jour ?

    Illusionniste hors pair, il a bâti toute son ascension. Du ministère de l’Intérieur en 2002 jusqu’à l’avènement présidentiel du 6 mai 2007. Il a joué avec habileté de l’arme redoutable de la manipulation et de la communication. Multipliant les coups médiatiques, les écrans de fumée, les postures « marketing ». Alternant avec opération séduction, débauchage, démagogie, populisme, hypocrisie et mensonge. Il s’appuie sur la tactique du clivage, opposant systématiquement les catégories de la population entre elles : chômeurs contre travailleurs, secteur privé contre la fonction publique, Français contre étrangers. Il joue sur tous les tableaux  au nom de la légitimité que lui confère ses « presque » 19 millions d’électeurs du second tour. Il règne ainsi sans partage sur la moindre affaire du pays. Il se mêle et décide de tout en véritable autocrate. La mutation à marche forcée vers une présidence absolue est en route.

    Cet ouvrage s’attache à démontrer méthodiquement par des exemples précis le gouffre entre le discours et les faits. L’auteur entend dévoiler les rouages d’une stratégie de l’imposture permanente. Observateur impitoyable mais plein de justesse, le journaliste Olivier Bonnet brosse un tableau sans concession de la rupture sarkozyste

    « Je ne vous mentirai pas. Je ne vous trahirai pas » avait-il juré durant sa campagne présidentielle.

    L’aristocratie « bling bling » du président Sarkozy, sa façon de « restaurer l’ordre » sème en réalité les graines de l’affrontement. Entre une France qui se vautre dans l’opulence et une autre confrontée à un quotidien de plus en plus difficile. 

    Olivier Bonnet a une Licence de Droit Public et Maîtrise de Science Politique en poche. A partir de 1991, il apprend le métier de journaliste à L’Evènement du jeudi. Guillaume Mallaurie, Serge Faubert, Anne-Marie Casteret ont été ses formateurs.  Depuis deux ans, il est l’auteur du blog Plume de presse* qui reçoit plus de 100 000 visiteurs par mois. Il est classé quatrième blog politique français par les spécialistes du site Wikio.fr.      

    Genre : Essai .  Parution :Fin avril 2008.. Format :150 X 210  Pages : 160..

    ISBN : 978-2-915640-66-3.. Prix :€ 17,90 - 5% = 17,00 € hors frais de port 

    Contact presse : Corinne 06 22 78 54 69

    * http://olivierbonnet.canalblog.com/

    Pour ceux donc, qui souhaitent retenir l'ouvrage dès maintenant, je vous invite à adresser votre chèque ( 19,90 € ) à l'ordre de <Les Points sur les i> et au dos préciser Olivier Bonnet (pas de paiement en ligne  puisque nous n'encaissons pas le chèque, donc pas d'argent avant la parution du livre) aux : éditions les Points sur les i - BP 96 - 94 272 Le Kremlin-Bicêtre Cedex.

    Contact éditeur : Alain Guillo - 06 80 17 71 08

    lespointssurlesi@wanadoo.fr

    ou

    http://www.i-editions.com/

     

     

  • La grande manipulation. Dénonciation d'une imposture

    A faire circuler dans vos blogs et carnets d'adresses ! Merci !

    Je viens de lire la note de mon ami Olivier, et bien que je m'étais juré de prendre du recul sur mon blog, je souhaite de toutes mes forces aider cet auteur ô combien talentueux.

    Retrouvez Olivier sur son blog en cliquant sur sa photo 8ab569c542dbc9e3a0914b3d18b7efc5.jpg

    "L'écran de fumée créé par l'omniprésente communication présidentielle résiste mal à un travail de vérification journalistique point par point, jour après jour. Olivier Bonnet, auteur de "Plume de presse, le blog sabre-au-clair d'un journaliste engagé", se livre à cette dissection méthodique du discours et des actes, les remet en perspective et les confronte aux faits. Sous une plume acerbe et caustique, son analyse prend alors la forme d'une implacable démonstration : le "sarkozisme" repose avant tout sur une stratégie de l'imposture permanente."

    Si nous avions la possibilité de pre-vendre des ouvrages, (j'ai longuement conversé avec Olivier aujourd'hui )  les sommes récupérées pourraient générer des droits que je me charge de reverser à l'auteur. Si bien entendu, comme il s'en explique sur son blog, vous souhaitez l'aider personnellement, je vous invite à vous adresser directement à lui en cliquant sur sa photo.

    Relayez cette info sur vos blogs et sites !

    L'ouvrage sera disponible dès ce mois d'avril 2008 au prix de vente public de 17,00 € + 2,90 (de port et d'emballage - au réel )e6845dc0d6286fbb2dd7784492f2a268.png

    Pour ceux donc, qui souhaitent retenir l'ouvrage dès maintenant, je vous invite à adresser votre chèque ( 19,90 € ) à l'ordre de <Les Points sur les i> et au dos préciser Olivier Bonnet (pas de paiement en ligne  puisque nous n'encaissons pas le chèque avant la parution du livre) aux : éditions les Points sur les i - BP 96 - 94 272 Le Kremlin-Bicêtre Cedex.

     

     

     

     

     

    Pour des infos complémentaires notre BAL :  lespointssurlesi@wanadoo.fr

  • Un livre pas comme les autres sur Sarkozy !

    f038e2f7dddf02fa9bacc8eeee3ea896.png

    L'écran de fumée créé par l'omniprésente communication présidentielle résiste mal à un travail de vérification journalistique point par point, jour après jour. Olivier Bonnet, auteur de "Plume de presse, le blog sabre-au-clair d'un journaliste engagé", se livre à cette dissection méthodique du discours et des actes, les remet en perspective et les confronte aux faits. Sous une plume acerbe et caustique, son analyse prend alors la forme d'une implacable démonstration : le "sarkozisme" repose avant tout sur une stratégie de l'imposture permanente.

    A paraitre prochainement

    Retrouvez Olivier sur son blog en cliquant sur sa photo 8ab569c542dbc9e3a0914b3d18b7efc5.jpg

    La page est actualisée sur ce lien :

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu