Avertir le modérateur

cancer

  • Le voile se lève

    Premier livre dans notre catalogue sur ce sujet... sincèrement, REMARQUABLE !

    Voile 1 de couv.pngDevenir patiente alors que l’on est soi-même soignante, de surcroît avec des engagements forts, est une expérience empreinte de bon nombre d’interrogations.

    Si la personne est restée la même, les rôles se sont inversés et le regard sur la fonction est dès lors perçu différemment.

    Forte de cette expérience, l’auteure s’engage vers une réflexion, une prise de conscience et donc une remise en cause d’un système devenu obsolète où les personnels de santé perdent leurs repères au bénéfice de la rentabilité.

    Son constat est sans appel : le système de santé est en crise. Les malades ont de plus en plus de difficultés pour se soigner, les personnels soignants souffrent du démantèlement des équipes de soins qui aggravent leurs conditions de travail.

    Des financements pour la santé et l’amélioration de notre système de soins se réduisent à leur plus simple expression, pour l’hôpital mais aussi pour développer et renforcer les actions de prévention et améliorer la qualité de vie.

    C’est cette remise en cause de nos modèles de fonctionnement que l’auteure dénonce dans cet essai, forte d’une grande expérience, elle propose des solutions d’autant que l'enjeu est de taille puisqu'il touche chacun d'entre nous.

    Les solutions existent, elles sont à portées de mains, elles sont liées à la volonté de mettre la politique des soins et donc des moyens de la santé publique au service des patients et non à celui de l’argent Roi…

    -

    Après des études en langues étrangères, Françoise Charnay-Sonnek, s'est orientée vers un cursus paramédical. Infirmière depuis 1992, elle a été diplômée Cadre de santé en 2006. Elle a longtemps travaillé dans différents services de médecine et de chirurgie oncologiques en Allemagne au CHU de Heidelberg et en France au CHU de Strasbourg. Elle occupe actuellement un poste de Cadre de santé au département de chirurgie du Centre de Lutte contre le cancer Paul Strauss à Strasbourg.

    Son engagement dans le domaine de la cancérologie pour améliorer la prise en soin des patients atteints de cancer a toujours marqué sa carrière professionnelle. De 2003 à 2007 elle était membre du bureau de l'AFIC (Association Française des Infirmières de Cancérologie), une association très active dont la mission principale est de promouvoir les soins infirmiers en cancérologie. Actuellement, Françoise Charnay-sonnek est membre du bureau de l'EONS (European Oncology Nursing Society) dont les actions se déclinent en termes de formations, soutien à la recherche en soins infirmiers, plaidoyers au niveau de la commission européenne en faveur d'une reconnaissance de la profession. Le cheval de bataille de Françoise Charnay-Sonnek a été de tout temps une reconnaissance d'une spécialisation infirmière en cancérologie indispensable pour assurer une prestation de soin de qualité en oncologie. Qui plus est, elle défend farouchement un management humain respectueux vis-à-vis des soignants, qui implicitement influera sur les soins prodigués aux patients.

    Parallèlement elle est intervenante pour les professionnels de santé et aussi l’auteur de nombreux articles dans des revues professionnelles nationales et internationales.


    Disponible sous deux jours ouvrés...

    Cliquez sur cette vignette :

     

    Voile 1 de couv.png

  • Putain ! 20 ans déjà ...

    b47a6a5fbcc4f6549d61a685bac3d4c6.jpgO vertige de la penderie béante sur l'alignement militaire des pelures incertaines aux senteurs naphtalines...

    Je hais les cintres.
    Le cintre agresse l'homme. Par pure cruauté.
    Le cintre est le seul objet qui agresse l'homme par pure cruauté.
    Le cintre est un loup pour l'homme.
    Il y a des objets qui agressent l'homme parce que c'est leur raison d'être.
    Prenez la porte. (Non. Ne partez pas. C'est une façon de parler.)
    Prenez la porte. Une porte. Il arrive que l'homme prenne la porte dans la gueule. Bon.
    Mais il n'y a pas là la moindre manifestation de haine de la part de la porte à l'encontre de l'homme.
    L'homme prend la porte dans la gueule parce qu'il faut qu'une porte soit ouverte, ou bleue.
    Le cintre, lui, est foncièrement méchant.
    Personnellement, l'idée d'avoir à l'affronter m'est odieuse.
    Il arrive cependant que la confrontation homme-cintre soit inévitable.
    Quelquefois, plus particulièrement aux temps froids, l'envie de porter un pantalon se fait irrésistible.
    L'homme prend alors son courage et la double porte du placard à deux mains.
    Il est seul. Il est nu. Il est grand.
    Son maintien est digne, face au combat qu'il sait maintenant inéluctable.
    Son buste est droit. Ses jambes, légèrement arquées. Ses pieds nus arc-boutés au sol.
    Comme un pompier face au feu, il est beau dans sa peur.
    Les portes du placard s'écartent dans un souffle.
    Les cintres sont là, accrochés à leur tringle dans la pénombre hostile.
    On dirait un rang de vampires agrippés à la branche morte d'un chêne noir dans l'attente silencieuse du poulain égaré au tendre flanc duquel ils ventouseront leur groin immonde pour aboucher son sang clair en lentes succions gargouillées et glaireuses, jusqu'à ce que mort s'ensuive.
    Cependant, l'attitude de l'homme n'est pas menaçante.
    Simplement, il veut son pantalon. Le gris, avec des pinces devant et le petit revers.
    L'oeil averti de l'homme a repéré le pantalon gris.
    Il est prisonnier du troisième cintre en partant de la gauche.
    C'est un cintre particulièrement dangereux. Sournois.
    Oh. Il ne paie pas de mine.
    En bois rose, les épaules tombantes, il ferait plutôt pitié.
    Mais regardez bien son crochet. C'est une poigne de fer. Elle ne lâchera pas sa proie.
    L'homme bande. Surtout ses muscles.
    Il avance d'un demi-pas feutré, pour ne pas éveiller l'attention de l'ennemi.
    C'est le moment décisif.
    De la réussite de l'assaut qui va suivre dépendra l'issue du combat.
    Avec une agilité surprenante pour un homme de sa corpulence, l'homme bondit en avant.
    Sa main gauche, vive comme l'éclair, repousse le cintre pendu à gauche du cintre rose, tandis que sa main droite se referme impitoyablement sur ce dernier.
    La riposte du cintre est foudroyante.
    Au lieu d'accentuer sa pression sur la tringle, il s'en échappe brutalement, entraînant dans sa chute le pantalon, le gris, avec les pinces devant et le petit revers, celui-là même que l'homme veut ce matin parce que, non, parce que bon.
    A terre, le cintre rose est blessé.
    Rien n'est plus dangereux qu'un cintre blessé.
    Dans son inoubliable "J'irai cracher sur vos cintres", Ernest Hemingway n'évite-t-il pas d'aborder le sujet ?
    Un silence qui en dit long, non ?
    L'homme, à présent, est à genoux dans le placard.
    De sa gorge puissante monte le long cri de guerre de l'homme des penderies.
    "Putain de bordel de merde de cintre à la con, chié."
    Le cintre rose a senti le désarroi de l'homme. Il va l'achever.
    Il s'accroche dans le bois d'un autre cintre tombé qui s'accroche à son tour dans la poignée d'une valise.
    Il fait noir. La nuit, tous les pantalons sont gris.
    L'homme, vaincu, n'oppose plus la moindre résistance.
    Le nez dans les pantoufles, il sanglote, dans la position du prieur d'Allah, la moitié antérieure de son corps nu prisonnière du placard, l'autre offerte au regard de la femme de ménage espagnole.
    Il souffre. Quelques gouttes de sueur perlent à sa paupière.
    Il n'est qu'humilité, désespoir et dégoût.
    Quelques couilles de plomb pendent à son derrière.
    Il a soif, il a froid, il n'a plus de courroux.
    "Donne-lui tout de même un slip", dit mon père.

    Pierre Desproges : Textes de scène

    ************

    261dc62f889b73d34131025064ed6a01.jpg"Aimé Césaire est un Noir qui est non seulement un Noir; mais tout l'homme, qui en exprime toutes les interrogations, toutes les angoisses, tous les espoirs et toutes les extases, et qui s'imposera de plus en plus à moi comme le prototype de la dignité"

    André Breton

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu