Avertir le modérateur

charlie hebdo

  • On n'est pas sérieux quand on a 2017 ans...

    Déjà en retirage !

    large,meurice,fillon,siné,ouestfrance,france inter,on n'est pas sérieux quand on a 2017 ans,: caricature,charlie hebdo,dessins,fluide glacial,guillaume meurice,jésus,livre,marc large,siné mensuel,sud ouest,un point c'est tout,comexpo2a,urtikan,éditionDisponible, pour vous le procurer, le lien ci-dessous est de nature à faciliter votre acquisition.

    A défaut d'un distributeur en librairies, vous  pouvez le commander chez votre libraire préféré, il lui suffira de consulter sa base de données professionnelles "Electre" ou tout simplement  se rapprocher de nous !

    Nous, on avait voté pour un président pépère.
    Double menton, petit bidon, sourire niais.
    C’est vrai, on en avait marre de Rolexman.
    Celui-ci se disait normal, on voulait du normal.
    Et puis rien ne s’est passé comme prévu.
    Des courbes qui restent droites, des chômeurs qui chôment, des pauvres plus pauvres, du fric qui s’évade. Et puis du sang, de la mort qui pue la mort et des kalachnikov au lieu des roses.

    Marc Large et Guillaume Meurice ont eu peur comme nous, ont chialé comme nous, ont hurlé comme nous mais eux sont capables de gueuler plus fort qu’ils ne pleurent et rigoler pour continuer à vivre fort.

    Moi, cette méthode me va bien et de la première case à la dernière de leur album, j’ai voyagé, voyagé sans oublier.

    On ne se laissera plus bercer d’illusions normales.

    Etienne Liebig

    Format A5 (14,8 X 21 cm ) - 96 pages - 12.90 €

    Le site : ICI

  • On n'est pas sérieux quand on a 2017 ans

    On n'est pas sérieux TV.jpg

    Ce livre est tout simplement merveilleux ! La profondeur de la pensée de Meurice et sa rigueur de l'observation politique confine à des sommets rarement atteints. L'élégance épurée du style de Marc se complète d'un regard lucide qui ne manque pas d'ajouter au plaisir de la lecture.
     
    A lire séance tenante ICI
  • On n'est pas sérieux quand on a 2017 ans ...

    large,meurice,fillon,siné,ouestfrance,france interIl est beau.

    Il est fantasque.

    Il est charismatique.

    Mais assez parlé de Patrick Balkany, parlons plutôt de Marc Large.

    Marc Large nait de la rencontre fortuite d’un spermatozoïde facétieux et d’un ovule distrait. Un papa, une maman, on ne ment pas aux enfants (sauf lorsqu’ils demandent « Est-ce que la mère du petit Jésus, ce serait pas juste une grosse trainée qui s’est tapée le voisin et qui accuse le Saint-Esprit ? »).

    Tout bébé, le petit Marc montre déjà un vif intérêt pour la presse écrite puisque son premier vomi ressemble à un article de Valeurs Actuelles.

    A l’adolescence, il se rêve en champion de kick boxing mais son patrimoine génétique le prédestine plutôt à des sports de combat moins exigeants tels que la sieste ou l’apéro.

    Ainsi, il hésite bien longtemps entre un CAP tourneur de pouces et un BTS punk à chiens.

    Mais c’est une rencontre qui va sceller l’avenir du jeune Marc. Celle qu’il fait avec lui même. Inapte à la vie sociale, fâché avec la réalité, capable de se nourrir de nouilles des semaines entières, il possède toutes les qualités requises pour devenir artiste.

    Et plus précisément, dessinateur. Car c'est dans cet art qu’il va s’épanouir et exceller. Même si sa première œuvre intitulée « Mahomet n’a rien dans le slip » est accueillie avec beaucoup de pudeur par son entourage, qui peine à prédire à Marc une carrière durable.

    Mais il persiste. Insiste. Multiplie les croquis. Accumule les esquisses. Affine son trait. Aiguise son esprit. Il aurait pu devenir Plantu. Mais il a du talent.

    Drôle et sensible. Tendre et féroce. Pertinent et impertinent. Un subtil mélange entre Caravage et Bozzo le clown. Myke Tyson sous MDMA. Un Bisounours sous acide.

    Ainsi, il est rapidement repéré et publié dans divers médias qui lui assurent gloire, succès et relations sexuelles non tarifées.

    Souvent catalogué comme artiste « de gauche », une rumeur persistante raconte pourtant qu’il ne rechigne jamais à bouger son boule sur du Michel Sardou.

    Aujourd’hui, il publie dans le très réputé quotidien Sud-Ouest. Journal dont les pages « corrida » sont une excellente alternative au Moltonel triple épaisseur.

    Il demeure un des dessinateurs les plus inspirés et les plus inspirants de sa génération.

    Guillaume Meurice

    Un lien ? ICI

  • Choron dernière

    809178-970502.jpg

    Même mort, Choron fout encore la merde ! Philippe Val, Cabu et Georges Wolinski ont en effet décidé d'attaquer les producteurs de Choron Dernière, le film de Pierres Carles et Eric Martin (sortie le 7 janvier)  qui retrace la vie du fameux professeur .

    Le directeur de Charlie Hebdo et les deux dessinateurs ont assigné les sociétés 3B et Tadrart Films, qui produisent le documentaire, pour  « atteinte au droit au nom, à raison de l'utilisation illicite de leur nom dans le cadre de l'affiche du film Choron Dernière ». La présence des patronymes et pseudos de Val, Cabu et Wolinski sur l’affiche du film « induirait une confusion majeure sur leur participation spontanée au film » (auquel, faut-il le préciser, ils n'ont pas participé). « Tout le monde ne connaît pas les rivalités qui les opposent. Dans ce contexte, il faut un minimum d'honnêteté. Ils veulent simplement que leurs noms ne figurent pas sur l'affiche, c'est une façon de tromper le public » estime Richard Malka, l'avocat de Val, Cabu et Wolinski.

    Ils réclament chacun le versement de 4 000 euros et, solidairement, 1 500 euros ainsi qu'une astreinte de 10 000 euros par infraction constatée. Interrogé par rue89, Pierre Carles s'amuse de la situation : « Ce qui est drôle dans cette affaire, c'est qu'il y a dix ans, j'ai pu sortir mon film Pas vu, pas pris, grâce à une souscription lancée par Charlie Hebdo, que dirigeait déjà Philippe Val. Sur l'affiche, se trouvaient une quinzaine de noms de personnes sans leur autorisation, dont PPDA, Etienne Mougeotte, Patrick de Carolis, ce que cautionnait Charlie Hebdo ».


    La galaxie Charlie explose
    Au-delà des arguties juridiques (que la justice tranchera), c’est  un  nouveau règlement de comptes entre les héritiers de Charlie qui se joue : la réplique du premier tremblement de terre qui avait secoué la galaxie de l'hebdo satirique après l’affaire Siné et la création de Siné Hebdo. Le sous-titre du film ne laisse d'ailleurs guère de place au doute sur la thèse défendue par Pierre Carles : « Vie et mort du Professeur Choron et de Charlie Hebdo ».

    Rue89 qui a visionné le film, explique en effet qu’il « comprend quelques extraits propres à gêner l'équipe actuellement dirigée par Philippe Val. En particulier quand l'un des deux principaux fondateurs de Charlie (avec Choron), Cavanna, déclare ceci à propos de ce qu'est devenu l'hebdo (où il travaille toujours) : "Les dessinateurs Tignous, Charb, Riss, Luz, c'est des jeunes pleins de talent, pleins d'audace, audace qu'on sent rentrée. Ils rentrent leurs griffes. Tu enregistres, là ? Tant pis pour ma gueule" ».

    Les producteurs doivent comparaître ce vendredi 19 décembre 2008 à 14h30. Le jugement sera rendu lundi.


    Vendredi 19 Décembre 2008 - 14:06
    Régis Soubrouillard
    Sourcez Marianne


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu