Avertir le modérateur

culture

  • Le prix Jean l'Anselme Pour Abidine Dino

    1° de couv Abidine L'Anselme.jpgAbidine Dino, né en 1913 à Istanbul et exposa ses premiers dessins dès 1931.

    Il fit des études à Paris et à Leningrad où il rencontra Meyerhold et Eisenstein. Artiste immense du 20e siècle, Il s’installa à Paris en 1952, fréquenta Aragon, Soupault, Tzara, Prévert, Cocteau, Malraux et Gertrude Stein...

    Il eut une grande influence sur Yasar kemal et une indéfectible amitié pour le poète Nâzim Hikmet, Abidine fut un ambassadeur inlassable de la culture turque.

    Ces expositions dans toutes les capitales européennes, en Turquie même aujourd’hui, témoignent de l’actualité du peintre, de sa renommée.


    On mesure, dans cet essai de biographie, la part qu’il prit et prend dans l’expression artistique, lui qui ne céda jamais à l’idéologie.

    Il se réfugia dans la création toujours en prise sur la réalité de son époque pour livrer un témoignage marqué d’utopie et d’espoir.

    Abidine est mort en 1993 mais il nous lègue l’épopée de sa vie sous la plume de Jean-Pierre Deléage avec la complicité de Guzine Dino : des mains, des couleurs fertiles, un œil malicieux tout empreint d’humanisme. culture,abidine dino,déléage,pérez sécheret,tiurquie


    C'est là : http://www.i-editions.com/

  • 2010 - 2010 - 2010 - 2010

    2010 - 2010 - 2010 - 2010

    Au moment où l'Art semble ne résister ni à l’acharnement de certains ni à l’indifférence des autres, au moment où une certaine volonté de «déculturation»  semble s'être mise en marche, permettez-moi de poser mes Points sur les i en vous affirmant que je ferai toujours mon possible,  pour vous servir, soutenir et éditer des talents véritables et inédits, engagés dans la création, sur une voie toujours passionnée...
    logofinal.jpg
    Vous assurer de mon, de notre attachement à la Culture et plus particulièrement à la littérature, tout au long de cette nouvelle année qui se dessine doucement et que l'on chiffre 2010.

    Meilleurs voeux à tous !

    Mieux nous connaitre ? cliquez sur notre logo...

    Les points sur les i
    Editions culturelles

    67 rue Saint-Jacques - 75 005 Paris

    Téléphone / Fax : 01 60 34 42 70

    Mobile : 06 80 17 71 08

  • Un extrait de la lettre envoyée au "Chateau".....

    Nous relions (peut-être l'est-elle déjà depuis plusieurs jours) cette lettre reçue par une amie...

    Paris, le 4 juin 2008

    Monsieur le Président et cher Nicolas Sarkozy,

    La direction de France-Télévisions vient de m’annoncer que « Le Bateau-Livre », l’émission littéraire que j’anime sur France 5 depuis février 1996, est supprimée de la grille de rentrée. Aucune explication ne m’a encore été donnée.

    Si j’ose vous écrire, c’est que l’enjeu de cette décision dépasse mon cas personnel. C’est aussi par fidélité à la mémoire d’un ami commun : Jean-Michel Gaillard, qui a été pour moi jusqu’à sa mort un proche conseiller et qui a été aussi le vôtre.

    Jean-Michel, qui a entre autres dirigé Antenne 2, était un homme courageux et lucide. Il pensait que le service public faisait fausse route en imitant les modèles de la télévision commerciale et en voulant rivaliser avec eux. Il aimait à citer cette prédiction : « Ils vendront jusqu’à la corde qui servira à les pendre » et s’amusait qu’elle soit si actuelle, étant de Karl Marx. Nous avions en tous cas la même conviction : si l’audience est un résultat, ce n’est pas un objectif. Pas le seul en tous cas, pas à n’importe quel prix. Pas plus que le succès d’un écrivain ne se limite au nombre de livres vendus, ni celui d’un chef d’état aux sondages qui lui sont favorables.

    La culture qui, en France, forme un lien plus solide que la race ou la religion, est en crise. Le service public doit répondre à cette crise qui menace la démocratie. C’est pourquoi, moi qui n’ai pas voté pour vous, j’ai aimé votre discours radical sur la nécessaire redéfinition des missions du service public, lors de l’installation de la « Commission Copé ».

    Avec Jean-Michel Gaillard, nous pensions qu’une émission littéraire ne doit pas être un numéro de cirque : il faut à la fois respecter les auteurs et plaire au public ; il faut informer et instruire, transmettre des plaisirs et des valeurs, sans exclure personne, notamment les plus jeunes. Je le pense toujours. Si la télévision s’adresse à tout le monde, pourquoi faudrait-il renoncer à cette exigence et abandonner les téléspectateurs les plus ardents parce qu’ils sont minoritaires? Mon ambition : faire découvrir de nouveaux auteurs en leur donnant la parole. Notre combat, car c’en est un : ne pas céder à la facilité du divertissement pur et du people. (Un écrivain ne se réduit pas à son personnage). Eviter la parodie et le style guignol qui prolifèrent. Donner l’envie de lire, car rien n’est plus utile à l’accomplissement de l’individu et du citoyen.

    Certains m’accusent d’être trop élitaire. J’assume : « Elitaire pour tous ». Une valeur, ce n’est pas ce qui est ; c’est ce qui doit être. Cela signifie qu’on est prêt à se battre pour la défendre sans être sûr de gagner : seul le combat existe. La télévision publique est-elle encore le lieu de ce combat ? Y a-t-il encore une place pour la littérature à l’antenne ? Ou bien sommes-nous condamnés à ces émissions dites « culturelles » où le livre n’est qu’un prétexte et un alibi ? C’est la question qui est posée aujourd’hui et que je vous pose, Monsieur le Président.

    Beaucoup de gens pensent que ce combat est désespéré. Peut-être. Ce n’est pas une raison pour ne pas le mener avec courage jusqu’au bout, à rebours de la mode du temps et sans céder à la dictature de l’audimat. Est-ce encore possible sur France-Télévisions ?

    En espérant que j’aurai réussi à vous alerter sur une question qui encore une fois excède largement celle de mon avenir personnel, et en sachant que nous sommes à la veille de grands bouleversements, je vous prie de recevoir, Monsieur le Président, l’assurance de mon profond respect.

    Frédéric Ferney

    P.S. « Le Bateau-Livre » réunit environ 180 000 fidèles qui sont devant leur poste le dimanche matin à 8h45 ( ! ) sur France 5, sans compter les audiences du câble, de l’ADSL et de la TNT ( le jeudi soir) ni celles des rediffusions sur TV5. C’est aussi l’une des émissions les moins chères du PAF.

  • Mettons les points sur les i

    La SARL "8184c7df873d566af6d2526cf80d7c5a.jpgLes points sur les i éditions" a été créée le 22 août 2000 et possède à son actif l'édition de 85 ouvrages, la production de trois disques / F...âmes, Big Bang Ukrainien et Tribu 9.4(1) création d'une trentaine d'expositions. .

    L'ensemble des projets est le fruit de collaborations fructueuses alliant la diversité de chacun dans le respect des aspirations de l'autre.

    La démarche éditoriale restant volontairement ce qu'elle est, militante en faveur de causes comme l'immigration, le travail, le syndicalisme, les sciences sociales et humaines, les biographies, le théâtre et la poésie (éditeur « généraliste »)… l'autorise à prendre le risque désormais de publier en moyenne 15 nouveautés par an.

    La farouche volonté de continuer à se référer aux coutumes fondatrices de l'univers du livre, en ayant toujours à l'esprit comme démarche de refuser les dérives exclusivement financières dans l’accompagnement d’une œuvre de l’esprit.

    C’est aussi pour cela qu'il est indispensable de vivre pleinement la passion du livre, association féconde entre un auteur et son éditeur, en totale harmonie, pour aller à la rencontre du public.

    L’économique est indispensable pour rendre pérenne une structure éditoriale. Il n’en est pas moins vrai que la priorité reste que pour chaque livre sur  lequel elle « gagne » des €uros, les sommes  sont automatiquement réinvesties pour accompagner d’autres projets.

    C'est ainsi que les ouvrages, loin des "coups mercantiles", sont des livres qui seront encore d'actualité dans les prochaines années.

    Le métier d'éditeur ce n'est pas autre chose que cela...

    Alain Guillo -  SARL Les points sur le si  (www.i-editions.com ) et responsable de ce blog

     

     



    [1] (1)Première version

  • Paul Vaillant Couturier

    -5 % sur nos ouvrages à partir de 12 € ( Prix de vente public ) ET LES FRAIS DE PORT SONT OFFERTS POUR LA FRANCE METROPOLITAINE !

    medium_1°_de_couvPVC.pngSoixante-dix ans après sa mort nous devrions mesurer davantage, notamment dans le domaine culturel « la somme » de ce que nous a apporté Paul Vaillant-Couturier. Un bien bel héritage en vérité, que les terribles années de guerre ont masqué, avant que la radicalisation culturelle du PCF, son alignement sur le modèle Jdanovien du Réalisme socialiste, ne renvoient Vaillant-Couturier qu’à un nom de rues.

    Et pourtant, quel précurseur ! « Une synthèse exceptionnelle entre la responsabilité politique et l’imagination culturelle », selon Pascal Ory. Alchimie complexe, issu du croisement d’un environnement artistique précoce, d’un parcours politique courageux et audacieux, de l’exercice d’importantes responsabilités électives et surtout d’un goût prononcé pour la vie, dans toutes ses dimensions, et de la culture dans tous ces aspects. Le métissage de ces différents apports le conduira à esquisser les contours d’une culture dont les traits apparaissent, aujourd’hui encore, d’une profonde et inédite actualité.

    Ceux qui aujourd’hui confondent, ou amalgament, volontairement ou involontairement, « Démocratisation culturelle » et « Démocratie culturelle », auraient tout intérêt à « Relire », ou plus certainement à « Lire », enfin, Paul Vaillant-Couturier…

    Puisse ce modeste essai, dont l’ambition première était, à l’occasion des soixante-dix ans de sa mort, de rendre à Paul ce qui appartenait à Vaillant-Couturier, servir également à ouvrir enfin le véritable chantier d’une culture à réinventer, à renouveler, en faisant, à l’image de Paul Vaillant-Couturier, preuve d’audace politique et d’imagination culturelle.

    144 Pages - 148 X 210 - 14,90 €

    ISBN : 978-2-915640-54-0

    Crédit photo de couverture : Cote 2fi 384 - Archives communales de Villejuif - droits réservés

    Cliquez sur la photo - Merci medium_1°_de_couvPVC.2.png
  • Culture

    Je souhaite que ce livre circule car il va vivement dans le sens de la nécessité

    Pour une culture citoyenne


    Militant, élu, responsable d'action culturelle, l'auteur situe son essai pamphlétaire au centre du débat sur le terrain culturel, objet d'enjeux décisifs. Il en appelle à une redéfinition de la notion même de culture, "ce combustible qui pousse au désir de citoyenneté".


    « Il est rare qu’un livre paraisse nécessaire, c’est-à-dire plus important encore que l’intérêt immédiat qu’il suscite. Je souhaite à celui-ci, qu'il s’impose de cette façon, de retenir beaucoup de regards…


    Je souhaite que ce livre circule car il va vivement dans le sens de la nécessité »
     

    Bernard Noël


    DU PLAISIR« ...Prendre son destin en mains »... Car les affaires, le destin et toutes les grandes décisions se prennent en effet en mains.

    Le livre aussi, à proprement parler.


    En ces temps d'excès et de démesure n'est-il pas rassurant de constater qu'un livre tient toujours entre les deux mains, qu'il est toujours à échelle humaine ?
    Il n'est de livre que de mains. Fût-il de poche ou de luxe, broché ou relié, papier bible ou recyclé, tout livre ne se livre qu'entre vos mains.
    Quel plaisir de flatter une couverture, de caresser les pages, de soupeser l'ensemble, puis, lisant, d'avancer, de revenir en arrière, de ralentir ou d'accélérer sa lecture, librement, sans comptes à rendre. Lecture silencieuse, solitaire, collective ou à haute voix, comme nous y incite "Pour une culture citoyenne"

    Auteur Jean Michel Leterrier

    2-915640-29-7 -
     

    12,00 €
    Cliquez pour le recevoir  !

  • Responsabilité Politique et Imagination Culturelle

    medium_1°_de_couvPVC.pngSoixante-dix ans après sa mort, nous devrions mesurer davantage, notamment dans le domaine culturel, l’héritage que nous a légué Paul Vaillant-Couturier. Ce précurseur, qui selon l’historien Pascal Ory, incarne : « Une synthèse exceptionnelle entre la  responsabilité politique et l’imagination culturelle ». Alchimie complexe, issue du croisement d’un environnement artistique précoce, d’un parcours politique courageux et audacieux, de l’exercice d’importantes responsabilités électives et surtout d’un goût prononcé pour la vie, dans toutes ses dimensions, et de la culture dans tous ses aspects. Le métissage de ces différents apports le conduira à esquisser les contours d’une culture dont les traits apparaissent, aujourd’hui encore, d’une profonde et inédite modernité.

    Puisse ce modeste essai, participer également à l’ouverture de ce nécessaire chantier d’une culture à réinventer, à renouveler, chantier auquel par ses nombreux livres, travaille Jean-Michel Leterrier.

    Pour cela il importe, à l’image de Paul Vaillant-Couturier, de faire preuve d’audace politique et d’imagination culturelle.

    144 Pages - 148 X 210 - 14,90 €

    ISBN : 978-2-915640-54-0

    Crédit photo de couverture : Cote 2fi 384 - Archives communales de Villejuif - droits réservés

    medium_1°_de_couvPVC.2.png
  • La culture en liberté

    medium_PVC.3.png

    "Une synthèse exceptionnelle entre la responsabilité politique et l'imagination culturelle" Pascal ORY

     

    ...Si beaucoup de rues portent son nom, Paul Vaillant-Couturier, n'est pas assez reconnu comme l'homme d'exception qu'il fut. Il faut dire que ce personnage haut en couleur, mélangeait allègrement les genres et prenait un malin plaisir à bousculer les frontières. Avocat, licencié en histoire, il fut tour à tour l'un des principaux fondateurs de l'Association Républicaine des Anciens Combattants, du parti communiste, conseiller général de Paris, puis Maire et député de Villejuif, Rédacteur en chef de l'Humanité, peintre, écrivain, poète, auteur de chansons.

    Rien ne prédisposait pourtant ce brillant rejeton, né en 1892, d'une famille d'artiste, sa mère était cantatrice à l'opéra comique, à embrasser une carrière politique. Lui même ne manquait pas de dons artistiques : compositeur il avait écrit en 1914 le livret d'un drame lyrique mis en musique par Edouard Trémisot ; peintre, il avait exposé à plusieurs reprises, ainsi en mars 1930 à la galerie Renaissance ; écrivain, surtout, il avait signé plusieurs romans, poèmes, pièces de théâtre. Au cœur des années trente, il trouvait encore le temps d'écrire pour la jeunesse des textes qui furent repris par les collections du périodique "Mon camarade", tel "Jean sans pain", illustré par Jean Lurçat en 1933, ou mis en musique par Arthur Honegger, Georges Auric, Yvonne Desportes ou André Jolivet...

    A paraître en septembre 2007

    ISBN : 2-915640-54-8         148 X 210           130 pages         15 €

    cote 2fi 384 - Archives communales de Villejuif - droits réservés.

  • livres

    Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.

    Jules Renard

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu