Avertir le modérateur

fascisme

  • Coquelicot, Pépé et la guerre d'Espagne

    9782359300178.png

    Coquelicot, Pépé et la Guerre d’Espagne, roman, est l’histoire d’un grand-père retiré en Ardèche et qui raconte à sa petite fille venue en vacances des choses de la vie, de sa vie.

    La Guerre d’Espagne est présente dans ce récit que son Coquelicot dévore, un fil conducteur mémoriel pour exprimer dans le décor des monts une géographie de paysages humains, une quête sobre de monde meilleur.

    Avec beaucoup de tendresse, d’amour et de simplicité l’auteur nous invite dans sa promenade baroque à nous appuyer sur les acteurs de l’Histoire pour comprendre et aimer le monde qui vient,contre tout renoncement à l’espoir, à la fraternité.

    -

    Patrick Pérez Sécheret est né en 1951 à Paris d’un père d’origine espagnole qui fit la guerre de 1914-1918. Fils de Poilu, il garde au coeur une aversion active contre la guerre et n’écrit pas pour passer le temps. Auteur de nouvelles, de romans, chroniqueur, critique, il publie ici son premier roman.

    L’auteur a jeté l’ancre, près de Thueyts, dans la haute vallée de l’Ardèche qui lui donna l’asile poétique en 1971. Il a publié une quinzaine de livres de poésie, notamment L’Ardèche brûle à torrents, illustré par Hélène Baissade et préfacé par Jean Ferrat.

     

    cliquez sur cette vignette !

    Coquelicot 1 de couv.png

  • Le Pen, un malfaisant bien protégé

    lepen.jpg

    Sortant du métro Chatelet, tout de suite l'ambiance.... Pont Notre-Dame... Pont au Change... des escouades de gendarmes mobiles, par six, en rang par deux, harnachés, casqués, le bouclier au pied...immobiles. Les légionnaires de César... De César Birout'Haut. Quai de l'horloge, quai de Corse, de longues files de cars... et puis, le Palais de Justice, forteresse qui se veut assiégée. Des détecteurs pour les sacs et au corps..."Mais si, Madame, vous voyez bien que l'égalité hommes-femmes progresse !!!"... et des policiers, des gendarmes  partout: aux portes, aux escaliers, dans les couloirs, dans les arbres peut-être... ils courent, ils marchent, ils se croisent, ils pavoisent, ils nous toisent. 

    Nous retenons ce spectacle si banal, pour qu'il ne semble pas si naturel. Nous sommes dans un palais de Justice, dans un pays en paix,, dans un monde broyé par la délinquance en col blanc. Une délinquance que rien n'inquiète... Alors qui veut-on inquièter ici?

         " La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique. Que ce qui est juste soit fort. que ce qui est fort soit juste!!!" pense Pascal.
         Mais de quelle force nous donne-t-on spectacle ? La force de la justice, c'est d'être juste, ce n'est pas d'être policée.
       
         Et nous ? Nous sommes dans la place et il nous faut trouver la 11e Chambre où comparaît Le Pen. Encore couloirs et escaliers et ascenseurs, et  oui, enfin !! un employé civil et souriant, et aimable qui nous dit " Suivez-moi ..." et nous voila enfin devant la porte si cherchée. Nous sommes nombreux. L'audience est à 13h. Il est 13h... La Chambre est encore occupée. On nous fait retourner à la case départ... et attendre... et attendre. A 14h20, Serge Klarsfeld nous annonce que l'audience commence mais que seules 10 personnes peuvent entrer dans la salle.
    L'audience a eu lieu. Le Pen, a été condamné  le 8 février 2008 pour "apologie de crimes de guerre"  et contestation de crimes contre l'humanité". Il fait appel. L'insoutenable devient banal. C'est un martyr qui se présente.

     La décision est mise en délibéré au 17 décembre.
                                                                            RAS L'FRONT KREMLIN-BICËTRE

  • Des rires....

     2dea6ddf87673b08846f80b87fa65a9c.pngLes femmes et les hommes qui, en dedans ou en dehors de chez nous imagineraient que la France, une fois libérée retrouverait la même figure politique, morale et sociale qu’ils ont connue naguère, commettaient une lourde erreur. La France est résolue à de profondes transformations, elle veut que demain la souveraineté nationale puisse s’exercer entièrement sans les pressions corruptrices d’aucune coalition d’intérêts privés.

    La France veut que ses biens profitent à tous les français, que chaque femme et chaque homme soit assuré de vivre et de travailler dans des conditions honorables de salaire, d’enseignement et de loisirs.

    Charles de Gaulle à Alger le 03 novembre 1943

    C’est justement à cet objectif que travaillait le Conseil National de la Résistance, créé en avril 1943 qui conçut son programme pour une France libérée.

    Avant propos du livre de Denise Foucard

    Auteur d’un livre réédité à nouveau dans notre maison : « Des rires cachent des larmes » publication augmentée d’interrogations de la jeune génération où notre amie intervient régulièrement.


    *

    Pour conter sa participation à la résistance Denise FOUCARD a choisi de nous faire rire "Eh bien oui, nous pouvions rire parce que nous avions entre 17 et 20 ans, que nous aimions la vie, la liberté, l'amour et que notre révolte était la seule voie pour soustraire la France au déshonneur"

    Denise a choisi 13 moments de son action de résistance à Toulouse de 1940 à la Libération. Nous ne l'imaginions pas, notre Amie et Camarade, courageuse et pleine d'à propos Et pourtant nous tremblons pour elle. La voilà agent de liaison, avec une valise bourrée de chargeurs de revolvers. Un homme galant se propose de porter ce lourd bagage. Pas de chance, la milice fouille. L'inconnu persiste et présente sa carte de la milice. Sauvée mais figée, notre Denise doit se débarrasser de l'encombrant colis.

    Plus tard elle nous fait partager son départ précipité d'un refuge de l'Armée Secrète. Ne laisser aucune trace est impératif " Par une impulsion miraculeuse", comme elle dit, Denise contrôle une dernière fois. Au mur une photo punaisée. Il faut la prendre. Stupéfaction : c'est son portrait qu'un amoureux parti trop vite avait oublié.

     Dès lors elle nous conte ses interventions dans les établissements scolaires, les interrogations et l'intérêt que portent les jeunes générations. Elle relate les débats à Paris, Bordeaux, Martigues, Tours, Champigny, Créteil, le Kremlin Bicêtre... Une référence à Guy Môcquet ne manque pas de piment tout comme le rôle des immigrés dans la résistance qui, là aussi, permet de remettre quelques pendules à l'heure...

    Une façon émouvante et particulière de nous faire traverser ces quatre années noires de l'occupation. Quatre années de la jeunesse de nos aînés à qui nous devons tant.

    Un entretien avec Michel DELUGIN, pour le Musée de la Résistance Nationale clôture l'ouvrage.

    untitled.png

    17,90 €

    160 pages

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu