Avertir le modérateur

hathroubi

  • La seule chose à briser, c'est le silence !

    1015044750.jpg654 000 femmes déclaraient avoir été victimes de violences physiques en 2009 soit plus de 20 000 qu’en 2008. C’est ce qui avait conduit le Gouvernement de l’époque à proclamer la lutte contre les violences faites aux femmes « grande cause nationale » en 2010.

    La loi du 9 juillet 2010 institue donc le 25 novembre comme « journée nationale de sensibilisation aux violences faites aux femmes ». Malgré ses initiatives, la parole peine à se libérer. Les femmes mal informées, mal accompagnées ne portent que rarement plainte (seules 16% d'entre elles). En 2013, 129 femmes  étaient  tuées par leurs conjoints ou ex-compagnons et 33 enfants sont morts. Des chiffres qui font froid dans le dos.  

    Derrière ces chiffres se cachent des histoires tragiques.

    Une quinzaine d’auteurs ont donc relevé le défi d’ « humaniser » ces victimes en imaginant une fiction autour de ce thème difficile des violences faites aux femmes : Harcèlement moral, sexuel, viol, insultes, coups.

    Fatima Ait Bounoua, Iman Bassalah, Chloé Juhel, Manon L'hostis, Marion McGuinness, Nadia Henni-Moulaï, Karima Peyronie, Rachid Santaki, Marlène Schiappa, Nadia Sweeny, Mabrouk Rachedi, Erwan Ruty, Djeffa Tisserand, Raphal Yem.

    Les droits d'auteur seront reversés à l’association du "Côté des femmes".

     A Paraitre en Mars 2015

     www.i-editions.com

  • 1983 - 2013 La longue marche pour l'égalité

    1ERcouverture marche beurs.jpgSamedi 3 décembre 1983, ils arrivent à Paris accueillis par 100 000 personnes dans une ambiance de fête.


    Ils ? Ce sont les marcheurs partis de Marseille le 15 octobre 1983 dans l’indifférence quasi-générale des politiques, des médias. Ils réclament la condamnation des trop nombreux crimes racistes, l’égalité des droits, la carte de séjour de dix ans et le droit de vote pour les étrangers.
    Au fur et à mesure des kilomètres parcourus, l’intérêt médiatique s’emballe. Dans l’euphorie générale, la France se prend à se rêver plurielle. Désormais, ces jeunes ne sont plus seulement des enfants d’immigrés.


    Si leurs parents n’osent pas réclamer leurs droits, eux se veulent des acteurs à part entière de cette société française qui peine à les intégrer.


    Cette marche pour l’égalité et contre le racisme, rebaptisée par les médias « marche des beurs », est considérée comme un acte fondateur pour un grand nombre de militants anti-racistes. Si pour certain,
    c’est la date symbolique d’une prise de conscience politique, elle est pour d’autres, le symbole des promesses trahies.
    Car trente ans plus tard, les revendications sont les mêmes : lutter contre les inégalités, les discriminations et les violences policières. Et malgré d’énième « plans Marshall », les banlieues sont plus que jamais ghettoïsées et régulièrement prises de secousses comme à Vaulx-en-Velin (1990), Mantes-la-Jolie (1991), sans oublier celles de 2005…

    Seront-ils toujours condamnés à marcher ?


    17,90 €

    http://www.i-editions.com/catalogue/livres/?id=185

  • Nos deux nouveautés ! disponibles !

    Cliquez sur les couvertures !

     

    EssaiCouv10.jpg

    Couv_ma.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu