Avertir le modérateur

vêtements de hiroshima

  • Vêtements de Hiroshima

    Alain-Michel-1.jpg

    Michel et son éditeur préféré -;) lors de la présentation ( A Vitry/Seine ) de l'exposition consacrée aux "Vêtements de Hiroshima" et du livre. Beaucoup de monde et des compliments ( largement mérités ) qui fusent ici et là sur l'excellent travail de l'Ami Michel !

    Il est là... arrivé et MAGNIFIQUE !... dans un premier temps directement chez l'éditeur : Cliquez sur la vignette plus bas ! et fin avril dans les "bonnes" librairies

    COUV 1 -BD Copie.jpg

    D’abord, en 1997 il y eut une série de photographies intitulées "Suaires" ayant pour sujet des vêtements abandonnés que je ramassais dans les décharges, puis, que je photographiais en studio par le procédé dit du calotype.

    Par cette série d'images, j’entendais alors témoigner de la consommation de masse dans ses excès, et au-delà évoquer le drame de la disparition.

    Ce drame de la disparition et de la mort brutale me hantait dans ce sujet, comme une émanation inévitable du vêtement abandonné. J’allais découvrir, en préparant le voyage au Japon, qu’il existait des reliques de l’holocauste nucléaire, ces tristes souvenirs conservés au Peace Memorial Museum, et dont les élèves de l’atelier photo et moi-même vîmes la collection lors de notre visite de 2005.

    Un lien se tissait avec mes “Suaires”, je ressentais le besoin de photographier ces intimes signes du corps des victimes d’Hiroshima, je voulais transcrire cette souffrance transposée dans la trace des tissus. Les vêtements des victimes de l’explosion m‘apparurent comme ces fossiles que l’on découvre enfouis, renfermant les sensations de ce qui a été vécu dans la chair, la douleur, l’impuissance, la honte...


    En photographiant ces vêtements du malheur, j’ai voulu faire un relais de mémoire, sensible, présent, comme les voix des survivants qui racontent encore et toujours sans cesse, ce souvenir brûlant du feu nucléaire, cet instant programmé de l’enfer venu du ciel. La prise de vue a été réalisée à partir d’un appareil de fabrication artisanale en bois, avec le procédé dit du calotype.


    Cette technique photographique remonte aux débuts de la photographie vers 1840, c’est une méthode qui consiste en une impression directe sur papier photographique avec des temps d’expositions de plusieurs secondes.


    Ce dispositif particulier, comparable à un rituel (dans sa mise en œuvre) s’est imposé à moi pour sa lenteur, suscitant le respect et le recueillement.


    La modification assez inattendue du rendu photographique, par l’accentuation des contrastes et la transformation des couleurs, m’inspirait les effets imprévisibles des radiations atomiques comme révélant l’irradiation même des vêtements.


    Préface de M. Tadatoshi Akiba Maire de Hiroshima.

    Photographies calotypes de Michel Aguilera.

    Témoignages des Hibakushas recueillis par Nicolas Grossé.

    120 pages entièrement en quadrichromie – ISBN 978-2-915640- 75-5



    Pour commander c'est sur cette vignette ! 9782915640755.jpg

    Prix de vente public 25,00 €uros

    Contact Presse : ©Editions les points sur les i – 116 avenue de Fontainebleau BP 96 – 94 272 Le Kremlin-Bicêtre Cedex

    Alain : 06 80 17 71 08


    En cliquant sur cette vignette accédez à la galerie virtuelle des Vêtements de Hiroshima.Passez sur chaque vêtements pour l'agrandir.

    Couv VH.png

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu